[Article] Les représentations du corps dans l’espace urbain. Intérêt de la notion d’imaginaire pour l’étude du parkour

Crédit photo : Thomas Arnaudies, Fédération de Parkour

Daniel JECKER

Culture et Diffusion des Savoirs (CeDS – EA 7440, Université de Bordeaux)

Courir, sauter, franchir et grimper sont autant de possibilités motrices que les adeptes du parkour développent pour se déplacer dans l’environnement choisi comme lieu d’entraînement. Cette activité physique se pratique en milieu urbain comme en milieu naturel et, quel que soit le spot sur lequel un traceur évolue, ce dernier cherche à exploiter au maximum les différents obstacles qui s’y trouvent. Le terme « traceur » a été imaginé et conçu par David Belle, l’un des pionniers de la discipline en France. Ce mot a été construit en prenant pour base le verbe « tracer » ; un verbe qui, lorsqu’il est utilisé de façon intransitive, définit de façon argotique un déplacement très rapide.

En France, si certains pratiquants font le choix d’orienter leurs entraînements en se préparant à des compétitions, la majorité des traceurs s’adonnent au parkour sans intention de poursuivre cette finalité. D’ailleurs, les associations sportives affiliées à la FPK (Fédération de parkour) s’attachent à souligner combien la compétition ne constitue pas l’horizon du parkour.

Dans ce texte, l’objectif sera d’étudier la dimension imaginaire de l’engagement des traceurs dans la pratique du parkour. Le terme imaginaire est ici choisi pour faire référence au système de représentations qu’un traceur a conçu et élaboré au cours de ses expériences, et qui oriente ses conduites. Comment ce système se développe-t-il chez les pratiquants et dans quelle mesure contribue-t-il à dessiner les formes d’engagement – individuelles et collectives – dans la pratique du parkour ?

Pour commencer, nous verrons la manière dont sont traités, dans la littérature, les éléments qui constituent l’imaginaire des traceurs et qui déterminent leur investissement dans la pratique du parkour. Nous nous intéresserons ensuite à l’aspect dynamique de la notion d’imaginaire et à son impact sur le caractère évolutif des conduites des pratiquants : cela nous permettra de proposer des pistes de réflexion avant d’envisager de futures investigations de terrain.

Le parkour comme pratique ludo-sportive

Les productions cinématographiques ont eu un impact important sur le développement du parkour (Archer, 2010) et sur le développement d’un imaginaire collectif autour de cette discipline, restée confidentielle des années 1990 aux années 2000. Les acteurs des principaux films mettant en lumière le parkour (Yamakasi, Banlieue 13, etc.) étant les traceurs à l’origine du développement du parkour en France, la distinction entre la réalité et la fiction peut être mince pour le grand public. La conquête acrobatique de l’espace urbain (Calogirou, 1999), s’inscrit-elle dans un imaginaire télévisuel ou révèle-t-elle au grand public les aspirations réelles des protagonistes de ces films ? Actuellement, aucune recherche d’envergure n’a encore spécifiquement ciblé la communauté des traceurs en France dans le but d’analyser les ressorts des différentes formes d’investissement dans la pratique du parkour. Les publications académiques ayant pour objet d’étude le parkour font rarement l’économie d’une présentation, succincte ou plus détaillée, des déterminants sur lesquels repose l’engagement des pratiquants dans l’activité. La dimension imaginaire de cet investissement est souvent mise en avant : les traceurs seraient prompts à créer leurs mouvements, à imaginer de nouvelles formes de motricité en interagissant avec le milieu urbain, à répéter des formes gestuelles produites par d’autres pratiquants, à s’en inspirer, à les imiter ou à la dépasser.

La « territorialité » des pratiques constitue un premier axe de réflexion pour les chercheurs en sciences sociales ayant décidé de travailler sur les relations entretenues par des populations de sportifs et d’artistes avec l’espace public, d’une part, et sur la construction de liens sociaux au sein même de ces formations auto-organisées de pratiquants, d’autre part. Ces études sont caractérisées par une implication des scientifiques sur le terrain et par l’usage d’une démarche compréhensive. En effet, pour certains auteurs, l’exploitation de l’espace urbain, sous forme de pratiques nomades (Gasparini, Vieille-Marchiset, 2008) correspond à l’émergence de « pratiques ludosportives alternatives » et sont considérées comme de « véritables jeux novateurs » (Lebreton, Héas, 2010). En découvrant que les traceurs trouvent eux aussi « l’aventure au coin de la rue » (Bruckner, Finkielkraut, 1982), des chercheurs se penchent sur l’investissement souvent exigeant (Eichberg, Larsen, 2019) dont font preuve les pratiquants, même si ces derniers se détachent de toutes formes compétitives et aspirent à une simple recherche de plaisir spontané.

Les liens mêmes qui se créent entre les traceurs, au cœur de leurs entraînements, ont attiré l’attention des chercheurs et ce, notamment lorsque le parkour est pratiqué par des individus marginalisés (Gilschrist, Wheaton, 2011). Selon ces auteurs, le parkour rencontre un important succès auprès des personnes n’ayant pu se construire un système de dispositions culturelles et sociales nécessaire pour intégrer des communautés d’individus pratiquant des activités physiques et sportives traditionnelles. L’idée de collaborer en cours d’apprentissage (O’Grady, 2012) et de transférer la capacité à franchir les barrages matériels vers celle qui consiste à surmonter ceux de la vie a souvent été mise en avant dans la littérature (Bavinton, 2007).

Le parkour comme pratique intrusive dans l’espace urbain au moyen d’une mise en scène périlleuse du corps

D’autres contributions formant la littérature sur le parkour dressent un état des lieux plus alarmiste. La partie suivante va mettre en évidence des observations très éloignées de celles qui viennent d’être présentées. La « corporéité » des traceurs constitue le second axe de réflexion identifié en consultant la littérature traitant du parkour. L’objet d’étude retenu par les chercheurs n’est plus le territoire : l’attention se focalise sur la prise de risques, sur le contrôle des émotions ou sur ce qui a trait aux représentations fonctionnelles. Au fil des lectures, apparaît nettement l’idée que l’investissement des spots en ville n’est plus associé à une intention d’exploration ludique mais qu’il est interprété comme une forme de déconstruction de l’espace urbain (Atkinson, 2009), qu’il suggère le développement de pratiques de déterritorialisation (Brunner, 2011) et que la volonté sous-tendant cette occupation des lieux pourrait être vue comme une forme d’activisme urbain (Daskalaki et al., 2008). Les traceurs s’approprient l’espace de la ville à travers une forme de motricité périlleuse (Guss, 2011) en jouant avec leur peur (Saville, 2008) et leurs limites (Kidder, 2013). L’occupation de l’espace public est encore plus fortement associée à la notion de défi lorsque certaines publications mettent en avant les conduites déployées par les traceurs pour investir cet espace. C’est notamment le cas lorsque l’attrait des traceurs pour la dangerosité d’une situation est mise en avant ou que le challenge qui s’y rattache est révélateur d’un désir de renforcement narcissique (Cazenave, 2007). Des auteurs suggèrent que ces conduites à risques mènent à des « assuétudes comportementales » (Michel et al., 2010), à une « finalité dysfonctionnelle » (Burghardt, Klepacki, 2013), voire à une forme de « trouble addictif au danger » (Michel et al., 2010). Ces études font d’ailleurs écho au travail qui porte sur le lien entre les risques pris par un individu et le développement de l’estime de soi (Assailly, 2010) ou encore, à celui qui souligne la proximité entre la production d’une activité intense et la relation imaginaire à la mort (Le Breton, 2003).

Pourtant, peut-on s’assurer que les faits établis reposent systématiquement sur une interprétation de données de terrain recueillies par les chercheurs eux-mêmes ? Les sources bibliographiques exploitées pour rédiger le présent article laissent penser qu’il importe de rester prudent et de savoir si les représentations du parkour auxquelles il est fait référence sont celles exprimées par les traceurs ou bien celles que les chercheurs supposent qu’ils ont. En effet, les enquêtes qualitatives sur le parkour sont rares (en particulier celles qui ciblent spécifiquement la communauté des traceurs) mais elles forment toutefois une base de données non négligeable. Leur lecture permet de mieux appréhender le rôle des représentations sur la pratique choisie par les traceurs.

Vouloir accéder à la dimension imaginaire de l’engagement des traceurs, et l’étudier, ne peut s’envisager sans organiser le déploiement de moyens d’investigations approfondis. Des échantillons de tailles restreintes, des critères flous de sélection des groupes de sujets ou encore la courte durée de leur suivi pourraient ne pas offrir les conditions requises pour atteindre cet objectif de connaissance.

Pistes de réflexion envisagées pour de futures investigations

Les investigations menées dans le cadre de cette thèse reposeront sur une série d’enquêtes qualitatives de terrain. Les données seront prélevées au moyen d’observations participantes et en exploitant une variété de techniques d’entretiens (entretiens semi-directifs et récits de vie essentiellement). L’étude des représentations des sujets sollicités pourra aussi se faire en analysant les contenus présents dans différents médias tels que les sites spécialisés en ligne, les réseaux sociaux, etc. Il sera tout aussi important d’étudier ces contenus (séquences d’entraînement, clips vidéo, interviews de traceurs, etc.) que de connaître l’exploitation que les traceurs font eux-mêmes de ce matériau qui leur est accessible.

De nombreuses interviews sont consultables sur les sites de partage de vidéos en ligne dédiés au parkour (YouTube essentiellement). Il est intéressant de noter l’existence de ce qui pourrait s’apparenter à des formes d’éléments de langage : dans leurs discours, les pratiquants formulent souvent, en des termes très proches de ceux des acteurs majeurs de la discipline, les motivations qui les poussent à s’investir dans l’activité parkour. Le recours fréquent à ces expressions choisies invite à questionner leur emploi et à interpréter leur caractère répétitif : « Être fort pour être utile », « être et durer », etc. Leur prise en compte donne-t-elle accès à leurs propres représentations ou à celles qu’il convient de médiatiser ? Si tel est le cas, pourquoi ?

L’objectif, en inscrivant les pratiques observées dans leur contexte et dans leur durée, est justement de « montrer l’importance des engagements moraux des acteurs vis-à-vis des autres »(Bertaux, 2010 : 120). C’est pourquoi la dimension imaginaire de l’engagement des traceurs devrait moins être prise en compte comme une production figée de l’esprit, et gagnerait davantage à être considérée comme un processus au cours duquel leur système de représentations évolue. Les conceptions d’un sujet, et la manière dont il se projette, se structurent de façon dynamique et l’assurance d’un suivi longitudinal aurait un grand intérêt scientifique. Or, comme le fait remarquer Daniel Cefaï (2006 : 43) : « Le partage entre pur observateur, observateur comme participant, participant comme observateur, pur participant, se déploie selon une échelle du moins au plus “impliqué”, ou du plus au moins “détaché” ». Vouloir accéder aux éléments personnels qui sous-tendent l’engagement des traceurs implique que le chercheur prenne certaines précautions. En premier lieu, il lui appartient de créer les conditions pour accéder à l’information sur le terrain afin « d’analyser les acteurs ou agents comme ils agissent » (Dumez, 2013 : 12).Dans l’objectif d’interpréter finement les conduites des traceurs, les donnés traitées gagnent à être celles qui ont été prélevées sur le terrain, et non celles qui ont été rapportées. Après l’« effort de mise en dialogue, de tri, de distribution et d’ordonnance » des données (Gibout, 2012 : 196), la tâche revient au chercheur de poursuivre son immersion pour analyser les conditions de leur évolution. La façon dont les traceurs bâtissent, au cours d’interactions sociales, les structures mentales sur lesquelles reposent leur engagement devrait aussi inviter les chercheurs à se mettre « au défi de saisir l’imbrication du collectif et de l’individuel » (Duchesne, Haegel, 2008 : 115). L’enjeu de la présente recherche doctorale sera justement de concevoir les moyens à mettre en œuvre pour mener finement de telles investigations. Tenter d’atteindre ce qui constitue l’imaginaire des traceurs exige sans doute la construction, dans le réel, des conditions d’une « observation armée » (Arborio, Fournier, 2010 : 9) et une entreprise de recueils d’informations qui permette « d’analyser les acteurs ou agents comme ils agissent [et qui] s’appuie sur leurs discours, leurs intentions (le pourquoi de l’action), les modalités de leurs actions et interactions (le comment de l’action) » (Dumez, 2013 : 12).

Il conviendra de questionner la manière dont, au sein d’un groupe de traceurs, les représentations que chaque individu a construites influencent et conditionnent les conduites et les attitudes de ses pairs. Les propos recueillis lors des entretiens devront permettre de comprendre comment l’imaginaire contribue à définir les rôles de chaque traceur du groupe.

Conclusion

L’imaginaire est à appréhender comme un élément-clé de l’investissement des traceurs dans la pratique du parkour mais aussi comme un moteur puissant de leur engagement dans cette activité physique. Accéder au contenu des représentations sur lesquelles repose la mobilisation des traceurs est une tâche complexe pour les chercheurs et évaluer leur évolution au gré des interactions sociales entre les membres d’un groupe, a fortiori, l’est encore plus. La conception et l’élaboration d’un cadre de recherche précis, valorisant les méthodes d’observation directe, semblent offrir les moyens d’évaluer la dynamique des processus orientant les conduites des traceurs.

L’étude de la littérature montre que deux principaux axes de réflexion ont été suivis jusqu’à présent : la « territorialité » des pratiques et la « corporéité » des pratiquants. Le premier axe a été exploré par les chercheurs qui se sont penchés sur l’appropriation de l’environnement urbain par les traceurs. Comme nous l’avons vu, les écrits existants mettent en avant les intentions hédonistes des traceurs et attribuent un caractère ludique aux explorations menées en ville. En revanche, le second axe correspond aux publications ayant pris pour objet d’étude la mise en scène risquée des corps dans l’espace public. Les déplacements acrobatiques des traceurs sont interprétés comme des défis où la dangerosité ne fait qu’accentuer le désir de renforcement narcissique.

La présente contribution a mis en évidence le fait que ces travaux ont fortement tendance à lier, plus ou moins explicitement, les conduites d’un traceur à ce qui constitue et anime son imaginaire. L’un des enjeux du travail de thèse à venir sera donc de tenir compte des contributions apportées par les chercheurs ayant exploré ces deux axes afin d’appréhender au mieux l’hétérogénéité des populations de traceurs qui seront rencontrées.

Bibliographie

Arborio A.-M. et Fournier P., 2010, L’observation directe. L’enquête et ses méthodes, Paris, Armand Colin.

Archer N., 2010, « Virtual Poaching and Altered Space : Reading Parkour in French Visual Culture », Modern & Contemporary France, vol. 18, n° 1, pp. 93-107.

Assailly J.-P., 2010, La psychologie du risque, Paris, Lavoisier.

Atkinson M., 2009, « Parkour, anarcho-environmentalism and poiesis », Journal of Sport and Social Issues, vol. 33, n° 2, pp. 169-194.

Bavinton N., 2007, « From obstacle to opportunity : Parkour, leisure, and the reinterpretation of constraints », Annals of Leisure Research, Vol. 10, n°s3-4, pp. 391-412.

Bruckner P., Finkielkraut A., 1982, Au coin de la rue, l’aventure, Paris, Seuil.

Brunner C., 2011, « Nice looking obstacles. Parkour as urban practice of deterritorialization », AI & Society, vol. 26, n° 2, pp. 143-152.

Calogirou, C., 1999, « Le parcours ou la conquête acrobatique de l’espace urbain : entretien avec David Belle, fondateur du groupe Yamakasi », Ville, école, intégration, n° 116, pp. 97-112.

Cazenave N., 2007, « La pratique du Parkour chez les adolescents des banlieues : entre recherche de sensation et renforcement narcissique », Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, n° 55, pp. 154-159.

Cefaï D., 2006, « Une perspective pragmatiste sur l’enquête de terrain», in Paille, P. (dir.), La méthodologie qualitative. Postures de recherche et travail de terrain, Paris, Armand Colin, pp. 33-62.

Daskalaki M., Stara A. et Imas M., 2008, « The Parkour Organisation : inhabitation of corporate spaces », Culture and Organization, n° 14, pp. 49-64.

Duchesne S., Haegel F., 2008, L’enquête et ses méthodes. L’entretien collectif, Paris, Armand Colin.

Dumez H., 2013, Méthodologie de la recherche qualitative. Les 10 questions clés de la démarche compréhensive, Paris, Vuibert.

Eicheberg H., Larsen S.-H., 2019, « Parkour : between craftsmanship and playfulness », in Larsen S.-H. (dir.), Play in Philosophy and Social Thought, London, Routledge, pp. 143-156.

Gasparini W., Vieille-Marchiset G., 2008, Le sport dans les quartiers. Pratiques sociales et politiques publiques, Paris, PUF.

Gibout C., 2012, « Artisan-sociologue : une figure alternative d’appréhension du social dans le champ des APSA », in Vieille-Marchiset, G. et Tatu-Colasseau, A., Sociologie(s) du sport. Analyses francophones et circulation des savoirs, Paris, L’Harmattan, pp. 189-212.

Gilchrist P., Wheaton B., 2011, « Lifestyle sport, public policy and youth engagement : examing the emergence of parkour », International Journal of Sport Policy and Politics, Vol. 3, n° 1, pp. 109-131.

Guss N., 2011, « Parkour and the Multitude : Politics of a Dangerous Art », French Cultural Studies, vol. 22, n° 1, pp. 73-85.

Kidder J. L. (2013). « Parkour : Adventure, Risk and Safety in the Urban Environment », Qualitative Sociology, vol. 36, n° 3, pp. 231-251.

Lebreton F., Héas S., 2010, « Urbanité ludique et cultures sportives : analyse de quatre pratiques physiques de l’espace parisien », Loisir et Société, vol. 33, n° 2, pp. 195-219.

Le Breton D., 2003, « Activités physiques et sportives et intégration : aspects anthropologiques », EMPAN, n° 51, pp. 58-64.

Michel G., Bernardet S., Aubron V., Cazenave N., 2010, « Des conduites à risques aux assuétudes comportementales: le trouble addictif au danger », Psychologie française, n° 55, pp. 341-353.

O’Grady A., 2012, « Tracing the city – parkour training, play and the practice of collaborative learning », Theatre, Dance and Performance Training, n° 3, pp. 145-162.

Saville S., 2008, « Playing with fear : parkour and the mobility of emotion », Social & Cultural Geography, vol. 9, n° 8, pp. 891-914.


Laurent Di Filippo

Docteur en SIC et en études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.