[Article] Les personnages de fiction dans les médias de masse. Expression d’un imaginaire social

Crédit photo : Pixabay

Sébastien Haissat

Culture, Sport, Santé, Société (C3S – EA 4660, Université de Franche-Comté)

Fiction et réalité semblent s’opposer, mais ces deux notions ne sont pas si éloignées l’une de l’autre. En effet, la fiction peut apparaître comme une manière d’étudier la réalité sociale. Ainsi, les personnages présentés dans les publicités, les films, les séries télévisées ou les récits littéraires, par exemple, sont des portes d’entrée à la compréhension du monde réel. Ils cristallisent en eux les aspirations, les croyances et les idéologies qui composent l’imaginaire d’une société. L’analyse des personnages de fiction est d’autant plus intéressante lorsque ceux-ci sont présentés dans les récits comme des modèles à suivre. En faisant figure d’excellence en raisons de leurs qualités et de leurs caractéristiques, ils peuvent ainsi être appréhendés comme le miroir de ce qu’une société valorise et se représente comme idéal d’accomplissement. Dès lors, quelles sont les formes d’excellence véhiculées par les personnages de fiction ? En quoi ces représentations de l’excellence participent-elles à la construction d’un imaginaire social qui oriente les conduites ?

À travers l’exemple d’une étude sur Barbie, nous relaterons comment cette poupée personnifiée apparaît dans les discours du fabricant comme un modèle d’aboutissement individuel. Les représentations de l’excellence qu’elle incarne forment un imaginaire de la réussite sociale à l’américaine. Puis nous montrerons comment ce travail de terrain a inspiré un projet de recherche plus approfondi sur les représentations de l’excellence chez les personnages féminins de fiction.

La poupée Barbie, une figure de l’excellence féminine

Barbie est une poupée mannequin qui connait un fort succès depuis sa fabrication en 1959 aux Etats-Unis. Véritable phénomène de société, elle est décrite par Mattel comme une source d’inspiration pour les petites filles. L’analyse des vingt-deux modèles de « Barbies sportives »1 que j’ai mené dans neuf catalogues de Mattel USA des années 1980 montre que le fabricant de la poupée véhicule des représentations sociales fortes qui composent un imaginaire social de la réussite.

Les différents modèles de « Barbies sportives » sont présentés dans les catalogues de Mattel par le biais de photographies associées à des textes qui agissent comme de petits récits illustrés. Par ce biais, la poupée est mise en scène dans diverses activités physiques et sportives (danse, aérobic, équitation, ski, patinage artistique, etc.). Elle pratique seule ou accompagnée de ses amis(e)s et se donne parfois en spectacle auprès d’un public admirateur. L’analyse des messages (iconographique et contenu de discours) ont permis de dégager un ensemble de significations et d’en extraire les représentations sociales, entendues comme des systèmes d’interprétations et des façons de penser socialement élaborés (Jodelet, 1989). Plus précisément, ces messages véhiculent des représentations de l’excellence : Barbie incarne des formes accomplies, c’est-à-dire « parfaitement maîtrisée et proche de la perfection » (Perrenoud, 1987, p. 64) de manières d’être et de faire dans différents domaines, et se positionne ainsi comme un modèle à imiter.

En effet, Barbie fait figure d’excellence en matière d’apparence physique et vestimentaire. Elle est décrite dans les catalogues comme ayant une beauté à « couper le souffle » (Breathtakingly beautiful) car elle possède un physique féminin idéalisé (jeune, grande et mince) bien qu’aux mensurations irréalistes. De plus, elle incarne l’élégance dans le sens où elle maîtrise la complexité des codes vestimentaires en se présentant toujours à la mode en toutes situations. Son caractère éblouissant (dazzling) et associé à son style « fashion ». En somme, Barbie « sait paraître » et cette idée est présente dans les messages.

Elle représente également l’excellence en matière de divertissement. Son usage du temps libre est exemplaire car elle dispose d’un matériel sportif actualisé et spécialisé lui procurant des sensations d’évasion exaltantes (fun). Cette conception hédoniste est rattachée à une logique de consommation, faisant même du « shopping » un loisir à part entière source de plaisir intense.

Enfin, Barbie est une référence en matière de sociabilité parce qu’elle développe des valeurs de popularité et de sollicitude. Elle est décrite comme « sollicitée, admirée et très entourée » (Hanquez-Maincent, 2000, p. 82) en raison des démonstrations sportives qu’elle effectue lors de galas prodigieux. Elle n’en demeure pas néanmoins soucieuse des autres et développe pour cela une véritable éthique du « care », notamment auprès de ses animaux domestiques. Elle représente ainsi un modèle d’attitude, très présente dans la socialisation de genre féminine, ou la préoccupation d’autrui est une valeur centrale.

Ces modèles d’excellence peuvent être appréhendés comme un « ensemble interactif de représentations corrélées, organisées » (Popovic, 2011, p. 29) qui compose un imaginaire de la réussite sociale. En d’autres termes, s’accomplir, à l’image de Barbie suggère une attention particulière apportée au souci du corps, en se conformant à des normes d’apparences physiques et vestimentaires clairement identifiées, de rechercher le plaisir immédiat par la consommation matérialiste et de développer ses relations sociales pour devenir populaire tout en restant attentif à l’égard d’autrui. Ainsi, la notion d’imaginaire mobilisée est à la fois le produit structuré d’un système de représentations issu de la société américaine du moment, mais aussi un organisateur de pratiques agissant comme un guide dans la réalisation de soi. A travers la figure de Barbie, Mattel traduit donc un imaginaire de la réussite qu’il serait possible d’associer à l’idéologie de l’« American way of life » dans un univers miniature. Il n’est donc pas étonnant que devant l’impératif constant de se réaliser par soi-même dans un avenir incertain (Ehrenberg, 1995), ce personnage de fiction constitue toujours une ressource identitaire qui fait sens auprès de nombreux consommateurs.

Vers une étude des représentations de l’excellence chez les personnages féminins de fiction

Ce travail de terrain sur la poupée Barbie a fait émerger le projet d’engager une réflexion plus ambitieuse sur les représentations de l’excellence chez les personnages féminins de fiction dans les médias de masse. Cette perspective envisage d’identifier des formes de représentations de l’excellence féminine, de comprendre comment celles-ci participent à la construction d’imaginaires collectifs, mais aussi d’analyser les niveaux d’appropriation de ceux-ci par le public.

Sur la base de nouvelles figures de fiction comme les super héroïnes, les sirènes ou les femmes cyborg, l’intérêt de ce travail réside tout d’abord dans l’analyse des formes d’excellence féminines à travers le cinéma et les séries télévisées américaines. Ainsi, selon une approche comparative et socio-historique, il convient de saisir la façon dont ces représentations de l’excellence sont construites : quels messages et significations ces figures féminines de fiction diffusent-elles ? Quelles sont leurs représentations iconographiques (comment sont-elles mises en scène) ? Existe-t-il des modèles dominants ? Selon quelles normes ou caractéristiques sont-elles présentées comme des idéaux ? Dans quelles mesures constituent-elles des guides de conduites et de savoirs pratiques ? Les résultats qui émergeront de ce questionnement permettront d’interroger le rattachement de ces modèles d’excellence à des imaginaires collectifs. Enfin, une attention particulière sera apportée à la réception de ces modèles auprès du public français afin d’éviter une analyse trop empreinte de déterminisme médiatique (Hall, 1980) : comment sont-ils interprétés selon les caractéristiques sociales des publics concernés ? Quel est le degré d’appropriation et d’intériorisation de ces modèles ? Dans quelle mesure sont-ils relativisés, bricolés (Certeau, 1980), reconfigurés ou détournés ? Les données recueillies seront l’occasion de mesurer l’influence normative culturelle des représentations de l’excellence féminine et des imaginaires collectifs qui s’y rapportent.

Ce projet de recherche est l’occasion d’identifier les formes de représentations sociales féminines existantes dans les médias audio visuels. Il permet également d’appréhender comment le cinéma et la télévision construisent et constituent des instances de socialisation qui agissent dans la construction des identités de genre (Julliard & Quéméner, 2014), notamment à travers les discours véhiculés (Courbières, 2013), tout en interrogeant les degrés d’intériorisation.

Références bibliographiques

Certeau M. (de), 1990 [1980], L’invention du quotidien I. Arts de faire, Paris, Seuil.

Courbières C., 2013, « Représentations du féminin : sexe, concept et définitions », Communication & langages, n° 175, pp. 141-152.

Ehrenberg A., 1995, L’individu incertain, Paris, Hachette.

Hall S. 1980 [1973], « Encoding/decoding », Culture, Media, Language : Working Papers in Cultural Studies, 1972-79, London, Hutchinson,pp.128-138.

Hanquez-Maincent M. F., 2000, « Image et mirage de l’Amérique, la poupée Barbie », Revue Française d’Etudes Américaines, n° 83, pp. 76-89.

Jodelet D., 1989, Les représentations sociales, Paris, PUF.

Julliard Virginie & Quemener Nelly, 2014, « Le genre dans la communication et les médias : enjeux et perspectives », Revue française des sciences de l’information et de la communication, n° 4, en ligne: https://journals.openedition.org/rfsic/693.

Perrenoud P., 1987, « Sociologie de l’excellence ordinaire. Diversité des normes et fabrication des hiérarchies », Autrement, janvier, n° 86, pp. 63-75.

1Face au nombre considérable de Barbie existantes et occupant un poste en 74e section CNU (Sciences du sport), c’est naturellement que j’ai limité mon analyse aux modèles de « Barbies sportives ».


Laurent Di Filippo

Docteur en SIC et en études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.