[Article] Quels usages aujourd’hui de la notion d’imaginaire ?

Crédit photo : Pixabay

Compte rendu de l’atelier« Imaginaire et mondes sociaux »

Audrey Tuaillon Demésy

Sébastien Haissat

Culture, Sport, Santé, Société (C3S – EA 4660, Université de Franche-Comté)

Le 26 octobre 2018, suite à un constat mené par plusieurs collègues lors d’échanges scientifiques formels et informels, a été organisée à Besançon une journée « atelier » autour de la thématique de l’imaginaire dans les loisirs. En effet, cette notion – qui semble à la fois riche et complexe – est pourtant souvent employée sans être toujours clairement définie. L’objectif de cette rencontre était de discuter et d’interroger l’imaginaire à partir de nos sujets d’étude.

Nous avons choisi d’avoir une approche croisée et pluridisciplinaire, puisque chaque chercheur apportait les théories de sa discipline afin de saisir la notion d’imaginaire : littérature, sociologie, études scandinaves, sciences de l’information et de la communication, sciences de gestion, STAPS.

Le matin était ainsi consacré à la présentation des recherches de chaque intervenant, tandis que l’après-midi a permis un débat fructueux. Que faire de cette notion ? Comment la délimiter ? Quels auteurs mobiliser pour en parler ? Avec quels autres concepts l’éclairer ? Quelles méthodes employer pour la saisir ? La notion d’imaginaire telle que mobilisée dans nos différents travaux est aussi issue d’une intuition de recherche : les concepts qui s’y rattachent (notamment représentation, mythe, symbole ou signification), ne nous sont pas apparus comme étant suffisants pour comprendre les mondes sociaux que nous étudions et la notion d’imaginaire paraissait apporter une valeur heuristique à nos travaux.

Il ne s’agit pas ici de proposer une revue de littérature ni de dresser un état des lieux des travaux actuels portant sur l’imaginaire mais, plus humblement, de proposer à la lecture quelques réflexions collectives que nous avons eues, en partant de nos terrains respectifs. De cette journée, nous avons retenu trois grands axes à questionner : quelles relations la notion d’imaginaire entretient-elle avec celle d’imagination ? Comment se distingue-t-elle (ou se rapproche-t-elle) de celle de représentations sociales ? Comment les méthodes utilisées pour recueillir des données produisent-elles des manières de concevoir l’imaginaire ? Suite à ces échanges, nous évoquons quelques caractéristiques de l’imaginaire pour l’étude des loisirs, ainsi que plusieurs thématiques avec lesquelles associer cette notion, afin de lui donner plus de sens.

Imagination et imaginaire

Si, dans le sens commun, l’imaginaire est souvent associé à l’imagination, il s’en détache néanmoins par plusieurs aspects. D’abord, l’imagination semble se situer au niveau de l’individu : elle est alors une capacité (imaginative) personnelle. Autrement dit, il s’agit de la faculté créatrice à se projeter, par exemple, dans un monde imaginaire. Jean-Jacques Wunenburger la définit comme un « processus psychique qui engendre des images fondamentales ; des récits fondateurs qui mettent en ordre l’existence » (Wunenburger, 2003, p. 5)

L’imaginaire, pour sa part, serait un instituant, pour reprendre les propos de Cornelius Castoriadis (1970). Il se situe à un niveau collectif et non pas individuel. Il est donc une invention « absolue », ou encore, le produit de glissements de significations. Ainsi, l’imaginaire apparaît comme étant un construit social. Dans cette perspective, il serait un « langage symbolique », un « mode de représentation » (Wunenburger, 2003, p. 5). En littérature, l’imaginaire fait directement écho à la théorie des « mondes » (des univers fictionnels), comme « produits d’un usage (lecture, jeu, spectacle…) » (Besson, 2015, p. 34). Ceux-ci sont alors des supports à partir desquels l’acteur social se projette dans d’autres espaces-temps. Les imaginaires littéraires s’expriment ainsi dans des constructions – les mondes – qui permettent « l’expérience de la fiction » (ibid., p. 39).

L’imaginaire semble former un système relié aux symboles produits par une société donnée. Il est à la fois structurant et contenu, organisateur de pratiques et matière à penser des univers alternatifs ou à véhiculer des idéologies (autrement dit, des ressources symboliques). C’est ce que l’on retrouve à travers les modes de consommations geek, la pratique du quidditch terrestre, les jeux qui mobilisent par exemple les récits scandinaves, etc.

Imaginaire et représentations sociales

Le concept de représentation est entendu par Denise Jodelet comme un système d’interprétation, « une forme de connaissance socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et encourageant à la construction d’une réalité commune à un espace social » (Jodelet, 1989, p. 36). Quelle différence y a-t-il entre imaginaire et représentation ?

En effet, la notion d’« imaginaire social » peut être appréhendée comme un ensemble de représentations dites « imaginaires », parce qu’elle mobilise des croyances et des mythes générateurs de significations propre à un groupe social, ayant des implications symboliques dans les pratiques et la vie quotidienne. Dans cette perspective, l’imaginaire social semble apparaître comme une catégorie ou un champ de représentations spécifiques dépendantes du contexte. Dans cette continuité, les travaux de Jean-Claude Abric montrent que la signification et l’organisation d’une représentation sociale s’organise autour d’un noyau central (Abric, 1994). Ce dernier renferme la caractéristique d’être consensuel, collectivement partagé et surtout, fait l’objet d’une stabilité et d’une cohérence lui permettant de résister au changement. Contrairement à cela, l’imaginaire social ne semble pas nécessairement se laisser enfermer dans un tout homogène ou être organisé de façon rigoureuse et cohérente. De plus, il apparaît comme un processus productif et dynamique, car il détient une capacité créatrice, celle de transformer ou de faire advenir de nouvelles formes de représentations sociales.

Imaginaire et méthodologie

Un autre constat qui est rapidement ressorti de nos échanges est la nécessité de penser conjointement la notion d’imaginaire avec la méthodologie de recueil de données utilisée. En effet, en fonction de l’angle choisi par chaque chercheur, l’imaginaire est appréhendé différemment. Plus le terrain de recherche sera saisi selon une approche micro-sociologique, plus la notion d’imaginaire sera perçue au niveau des interactions des individus. Au centre de la réflexion, apparaît l’importance du sens que les acteurs donnent à leur pratique de loisir. L’imaginaire sera alors un outil pour la compréhension des interactions sociales au sein de mondes sociaux délimités.

À l’inverse, appréhendé dans une perspective davantage « macro » (par exemple, à travers l’étude de « figures » telles Barbie), l’imaginaire est davantage pensé comme organisateur de pratiques. Dès lors, le lien peut être fait avec la linguistique, puisque l’imaginaire peut aussi être découpé, par exemple en unité de sens, signifiant, signifié, etc.

Caractéristiques de la notion d’imaginaire

Suite aux différentes présentations et aux échanges de l’atelier-débat, nous proposons quelques éléments de réflexion permettant de mieux circonscrire la notion d’imaginaire. Dans nos sociétés contemporaines, lorsque l’on s’intéresse aux loisirs, l’imaginaire :

– repose sur un fond culturel ;

– est lié à la culture populaire ;

– n’est pas le monde sensible ;

– comprend une capacité créatrice ;

– est à la fois le contenu (des produits qui diffusent un imaginaire) et le contenant ;

– peut être une catégorie de fiction ;

– permet le passage des mondes fictionnels aux mondes sociaux ;

– entretient un lien avec les temporalités et participe à les redéfinir ;

– pousse à atteindre un idéal.

Faire du lien…

Si l’imaginaire « social » est souvent appréhendé comme un tout organisateur, ne devrait-on pas, lorsque nous traitons de l’imaginaire, systématiquement l’associer à des catégories ou domaines précis pour éviter une définition trop large et peu opérante ? Il s’agirait, par exemple, de parler d’imaginaires (au pluriel), de les associer à des adjectifs ou d’autres notions afin de spécifier à quel domaine ils se rapportent : imaginaire de la réussite, imaginaire de la fantaisie, imaginaire sportif, etc. Autrement dit, il conviendrait de faire de l’imaginaire des catégories de représentations dynamiques et créatrices. Dans cette logique, l’imaginaire féerique apparaît comme une forme de l’imaginaire qui laisse une place importante au merveilleux, tandis que l’imaginaire fictionnel peut être celui qui fait directement écho à la fiction.

Les associations sémantiques que nous avons retenues en ce qui concerne l’étude des mondes sociaux des loisirs sont les suivantes :

– Culture populaire, pratiques sociales et imaginaire

Comment les médias, les groupes d’individus ou les communautés (de sportifs, de joueurs, de lecteurs, etc.) mobilisent-ils l’imaginaire issu de la culture populaire pour donner du sens à leurs activités ?

– Des œuvres aux acteurs

L’imaginaire est ici un outil pour comprendre les diverses formes d’appropriation d’une œuvre (littéraire, ludique, filmique, etc.). Ainsi, quelles sont les modalités d’utilisation d’une création initiale, par exemple, par des lecteurs/acteurs, des consommateurs, etc. ?

– Jeu, évasion et imaginaire

Cette thématique permet d’appréhender l’imaginaire comme une dynamique, permettant aux acteurs (par le biais de leurs pratiques de loisirs) de sortir momentanément d’un quotidien souvent perçu comme assujettissant. L’évasion est ici constitutive de ces expériences ludiques.

Pour conclure et aller plus loin…

En conclusion, d’après nos différents travaux de recherche et suite aux foisonnants échanges que nous avons eus, nous retenons de cette journée d’atelier que l’imaginaire, pour être une notion opérante, doit être pensé comme étant structurant et encadrant. Il est aussi un univers de significations. Il forme un ensemble, une matière (par exemple, féerique), une combinaison de symboles qui donnent lieu à des motifs (Conan devient ainsi, par exemple, la figure du Barbare) ou des pratiques de consommation de loisirs.

Certes, loin de nous l’ambition de vouloir définir une fois pour toute l’imaginaire, mais ce moment de réflexion collective nous a permis de faire un état des lieux des savoirs sur cette notion et de proposer, modestement, quelques pistes de recherche. Cette première expérience de pensées croisées est amenée à se poursuivre et nous espérons pouvoir enrichir ainsi un champ d’étude en pleine effervescence.

Bibliographie indicative

Abric J.-C., 1994, « L’organisation interne des représentations sociales : système central et système périphérique », in Guimelli, C. (dir.), Structures et transformations des représentations sociales, Paris, Delachaux et Niestlé, pp. 73-84.

Besson A., 2015, Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS éd.

Castoriadis C., 1975, L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil.

Durand G., 1997, Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod (1re éd. : 1960).

Eliade M., 1963, Aspects du mythe, Paris, Gallimard.

Jodelet D., 1989, Les représentations sociales, Paris, PUF.

Taylor C., 2004, Modern Social Imaginaries, Durham et Londres, Dukes University Press.

Wunenburger J.-J., 2003, L’imaginaire, Paris, PUF.


Laurent Di Filippo

Docteur en SIC et en études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 14/05/2019

    […] Audrey Tuaillon Demésy, Sébastien Haissat, Introduction, Quels usages aujourd’hui de la notion d’imaginaire ? […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.