[Article] Punks, reconstituteurs et joueurs de quidditch : temps et imaginaire dans les loisirs alternatifs

Crédit photo : Raphaël Nice

Audrey Tuaillon Demésy

Culture, Sport, Santé, Société (C3S – EA 4660, Université de Franche-Comté)

À travers trois exemples de loisirs alternatifs (l’histoire vivante, le quidditch et la musique punk), cette contribution invite à questionner les catégories anthropologiques de l’imaginaire et du temps, afin de comprendre comment se construisent et se structurent ces activités ludiques. Au sens le plus large, pensé comme un ensemble de représentations symboliques (Munier, 2018), l’imaginaire mobilisé dans les loisirs alternatifs apparaît comme étant performatif, facilitant le passage, pour les enquêtés rencontrés, de la consommation à la participation, et à la création. Ainsi, la fiction littéraire (Harry Potter) conduit à la mise en vie du quidditch terrestre ; des traces laissées par l’Histoire organisent, par exemple, la reconstitution d’armes ou de costumes en histoire vivante, tandis que des références à une culture punk perçue comme contestataire et transgressive véhiculées par les musiciens et leurs spectateurs produisent un lieu culturel alternatif en territoire rural (Chez Narcisse). Permettant la mobilisation de ressources symboliques inhérentes à chacune de ces activités, l’imaginaire semble structurer l’expression de ces loisirs. Au-delà, l’approche comparative permet de saisir une construction commune du temps par les enquêtés rencontrés.

En d’autres termes, la notion d’imaginaire permet ici de penser le rapport au temps dans les loisirs alternatifs : comment les pratiquants de ces loisirs structurent-ils leurs activités autour d’une conception symbolique du temps circulaire davantage que linéaire ? Il ne s’agit pas d’aborder ce questionnement sous l’angle du « réenchantement » du monde car l’imaginaire du temps circulaire ne semble pas synonyme d’une fuite ou d’un rejet du monde contemporain et il n’est pas non plus associé à la recomposition d’un lien social qui aurait disparu. Il est davantage une façon, pour les enquêtés rencontrés, de construire un temps ludique sous forme de « rencontres focalisées » (Goffman, 1961). Les analyses reposent sur le sens emic, celui que les acteurs donnent à leurs pratiques. Plus encore, les modes de structuration de ces activités alternatives semblent moins faire écho à un retour du sacré dans le quotidien qu’aux désirs d’expérimenter par « soi-même ». Le travail de recherche est toujours en cours et ce texte présente les premiers éléments d’analyses issus du terrain ethnographique mené jusqu’à présent.

Méthodologie mise en place

La formalisation du terme de loisirs « alternatifs » a été permise par l’avancée du travail de terrain et par les dialogues théoriques permis par le croisement des données. En premier lieu, une étude des reconstitutions historiques médiévales a été menée dans le cadre d’une thèse, et poursuivie par la suite (entre 2009 et 2017). L’histoire vivante est une activité culturelle de loisir qui consiste à re-créer et mettre en vie des manières de faire appartenant à un passé révolu (Tuaillon Demésy, 2013). Elle comprend les Arts martiaux historiques européens (AMHE) et la reconstitution historique. La méthodologie a consisté à mener une trentaine d’observations participantes, associées à une soixantaine d’entretiens semi-directifs et à recueillir une centaine de questionnaires ethnographiques (Soutrenon, 2005). Un second terrain, initié fin 2015, concerne la mise en vie du quidditch, le sport issu de la fiction Harry Potter. Cette activité émergente (qui comprend à l’heure actuelle quelques centaines de joueurs en France), a pour particularité d’être un sport collectif mixte, reconnaissant la non-binarité du genre. Une ethnographie multi-située (Marcus, 2010) a permis la mise en œuvre d’observations directes lors de compétitions nationales et internationales, et au cours d’événements associatifs. Une vingtaine d’entretiens avec des joueurs français et étrangers ont été effectués. Enfin, le dernier terrain de recherche en cours est la réalisation d’une monographie (observations participantes et entretiens semi-directifs) portant sur une salle punk en territoire rural (Chez Narcisse). Ce lieu est, en effet, ancré dans une culture de l’alternatif français depuis plus d’une centaine d’années : d’abord cinéma de campagne, puis théâtre, cette salle de concerts vosgienne est aujourd’hui devenue un endroit incontournable de la scène (Guibert et Hein, 2006) du rock alternatif français.

Ainsi, la structuration des loisirs alternatifs n’est pas analysée du point de vue d’un seul exemple ou d’une seule activité, mais selon un croisement qui permet de faire le lien entre les dimensions musicale (Chez Narcisse), patrimoniale (histoire vivante) et sportive (quidditch). Une démarche comparative a été mise en œuvre afin de proposer des pistes d’exploration théorique.

Alternatifs et contestataires ?

La notion de loisirs alternatifs regroupe une pluralité d’enjeux et de définitions. De nombreux travaux discutent des caractéristiques de ces activités, aussi variées que différentes. Du côté du sport et des activités physiques, sont qualifiées d’alternatives les pratiques qui tendent à se positionner en dehors (ou à côté) du sport dit mainstream. Les valeurs habituellement attribuées au sport « traditionnel » sont souvent critiquées par les pratiquants de loisirs alternatifs (c’est par exemple le cas de la performance ou de la compétition). On trouve ainsi, dans les pratiques alternatives (Cohen et Peachey, 2015), le géocaching, le parkour, ou encore, le quidditch. Ces activités répondent à des attentes des pratiquants que les sports traditionnels ne comblent pas (Jarvie, 2006) : la liberté (d’où un ensemble de pratiques associée au free), le jeu, l’hédonisme, une communauté de pratiquants, etc.

La pratique de ces loisirs inclut un engagement qui ne se limite pas au temps de l’activité mais concerne l’ensemble du mode de vie (lifestyle) (Soulé et Walk, 2007). Ces loisirs reposant sur des communautés et des sous-cultures (Hebdige, 2008), les valeurs revendiquées par les pratiquants sont aussi des manières d’intégrer un groupe. Le style de vie est une modalité d’expression d’un sentiment d’appartenance à une communauté. En d’autres termes, prendre part à une activité alternative implique la nécessité de « participer » à sa construction, en se détachant du mode de consommation classique et en faisant par soi-même (Gilchrist et Wheaton, 2016). C’est notamment le cas de la reconstitution historique qui demande un fort engagement en termes financiers mais aussi de temps. Dans le cas du quidditch, l’engagement bénévole des joueurs traduit aussi leur implication dans le développement du sport (Cohen, 2013).

Les loisirs alternatifs forment des lieux de résistance au sport mainstream mais aussi à la culture dominante. Pour cette raison, la dimension contestataire concerne également les pratiques culturelles et musicales. Qualifiées d’underground (Robène et Serre, 2016), celles-ci sont une réponse à l’insatisfaction de l’offre de la culture légitime. Ces approches invitent à penser les loisirs non conventionnels comme véhiculant une idéologie de résistance ou d’alternative aux pratiques dominantes. Il peut s’agir, en ce qui concerne les terrains présentés ici, de la défense de la mixité pour le quidditch (Cohen, Melton et Peachey, 2014) d’une volonté de rendre le passé accessible et de présenter le patrimoine de manière interactive pour l’histoire vivante, ou encore, d’une critique de la société libérale pour la scène punk narcissienne.

Un imaginaire performatif

Les loisirs non conventionnels étudiés ici reposent tous sur le Do It Yourself (DIY). Fabien Hein note que le « régime d’engagement du DIY encourage ses acteurs à inventer et à innover […]. En somme, à expérimenter ». Le DIY favorise la formation d’un « cadre interprétatif » et il englobe une « valeur prescriptive » (Hein, 2012, p. 108). Plus encore, ce « faire soi-même » conduit à des formes d’apprentissage que les enquêtés des loisirs alternatifs rencontrés évoquent fréquemment. En d’autres termes, la culture de la participation structure et organise non seulement la scène punk (dont est issu le DIY), mais aussi les loisirs alternatifs. L’émancipation inhérente au DIY fait écho au détachement d’une culture mainstream telle que mobilisée dans les loisirs étudiés. Le DIY peut ainsi être vu comme un « véritable programme pédagogique » (ibid., p. 110).

Si, dans les discours des enquêtés rencontrés, le DIY se fait souvent l’écho d’une nécessité financière, mais il est aussi considéré comme un principe de vie. Dès lors, le quidditch (en tant que sport imaginaire re-créé [Tuaillon Demésy, 2018b]) l’histoire vivante et la scène punk Chez Narcisse reposent sur cette idéologie visent à produire de nouvelles façons de faire, pour proposer une nouvelle expérience de jeu. La création de ce cadre ludique s’appuie sur le DIY. L’imaginaire dont se réclament les activités alternatives permet de donner un sens à l’engagement des joueurs (Tuaillon Demésy, 2018a). Associé au DIY, l’imaginaire est ainsi un facteur d’émancipation pour les acteurs qui produisent de nouveaux cadres ludiques. Il devient performatif, conduisant à la création d’activités et à l’expression de valeurs inhérentes à chacune de ces sous-cultures. En effet, c’est par le biais de la fiction, de l’Histoire ou des représentations de l’appartenance à une sous-culture punk, par exemple, que s’exposent des savoir-faire et des savoir-être. Ainsi, les règles du quidditch visent à la promotion de la mixité, insistant sur la non-binarité du genre (un joueur peut ainsi se définir comme masculin, féminin ou a-genre), tandis qu’en reconstitution, l’imaginaire est un moyen (couplé à l’attrait historique) d’entrer dans l’activité (notamment parce que les pratiquants souhaitent expérimenter le combat de « chevalier »).

Des bulles temporelles ?

Au-delà, l’imaginaire s’articule avec le temps. L’hypothèse actuellement retenue, qui fait suite aux premiers résultats d’enquête, est que le temps des loisirs alternatifs est divisé en trois axes : une valorisation du temps de l’enfance, un temps présent festif et ritualisé (le moment de l’expérience ludique) et une certaine forme de mélancolie vis-à-vis du temps à venir. Les discours et les pratiques des acteurs rencontrés invitent à discuter et remettre en question le temps linéaire, qui ne semble pas une réponse adaptée aux idéologies (Voirol, 2008) véhiculées par les communautés de ces loisirs alternatifs. Si les travaux portant sur le temps sont courants en anthropologie (Zonabend, 1999 ; Wendling, 2002 ; Elias, 1996 ; Halbwachs, 1950 ; Candau, 1996 ; Yonnet, 1999, etc.) et en physique (Rovelli, 2018), les recherches en socio-anthropologie des loisirs accordent finalement peu de place à cette thématique.

Ces loisirs alternatifs permettent d’appréhender une conception symbolique du temps qui ordonne des façons d’être et de faire pour leurs pratiquants. Alors que nos sociétés contemporaines fonctionnent selon le modèle d’un temps linéaire (Pronovost, 1996), le cas des loisirs alternatifs permet de porter une attention spécifique à un temps construit par les acteurs comme étant davantage circulaire ou, plus exactement, représenté symboliquement sous forme de « bulles » temporelles.

En premier lieu, l’expérience ludique est un moment festif. C’est le temps du présent, celui dans lequel la communauté se retrouve et produit le loisir. Ce sont ainsi les matchs pour le quidditch, la mise en costume pour la reconstitution, les rencontres et stages pour les AMHE et les concerts pour les punks. Le temps présent est celui de l’échange, qui permet à l’activité de s’exercer et de se reproduire. Le second temps qui transparaît dans les discours des acteurs rencontrés est celui du passé et, plus spécifiquement, de la jeunesse. En reconstitution, se costumer est une manière de se rappeler des jeux de l’enfance. La mise en vie du temps révolu du Moyen Âge n’est pas, pour autant, un simple retour en arrière. Ce temps re-créé est amélioré : c’est celui d’une expression ludique qui sert à mettre en vie des savoir-faire dans le cadre du loisir. Le quidditch, quant à lui, est présenté comme un sport (de) jeunes (Tuaillon Demésy, 2017). Quant à la culture punk Chez Narcisse, le temps de la jeunesse est systématiquement valorisé, par les musiciens, comme par les habitués, car il est perçu comme un âge d’or. Enfin, le troisième temps est celui du spleen. Issu de la poésie baudelairienne, le spleen est associé à mélancolie (ici, d’un passé révolu ou d’un avenir incertain) mais permet aussi de penser l’idéal (d’un futur à construire). D’une part, ce temps est verbalisé par les enquêtés comme étant celui de la mort (le No Future). L’avenir, s’il existe, est conçu comme étant sombre et incertain. Dès lors, le temps présent festif est une manière d’y échapper, momentanément. Pour les joueurs de quidditch, par exemple, l’avenir est aussi le temps des adultes et le synonyme d’un abandon du merveilleux. Mais le futur est aussi un temps qui n’existe pas encore, donc un idéal qu’il est possible de construire, à travers des loisirs contestataires. Dans les discours, cette utopie à venir est souvent pensée à l’aune du plaisir et du fun, mais aussi, d’un point de vue politique, à travers la nécessaire prise de conscience d’un monde présent à changer, notamment en termes écologiques (pour certains musiciens punk, par exemple), en termes de mixité dans le sport (pour le quidditch) ou encore, en termes de transmission d’un patrimoine en voie d’oubli (pour l’histoire vivante).

L’imaginaire permet de faire le lien entre ces conceptions du temps et les activités pratiquées puisqu’il est « une force de représentation qui confère leur pleine réalité et efficience aux trois dimensions du présent, du passé et de l’avenir » (Wunenburger, 2016, p. 72). Ce n’est ainsi pas un hasard si les loisirs alternatifs ont trait à l’imaginaire et produisent des représentations symboliques d’un temps circulaire, dans lesquelles le passé et l’enfance sont valorisées, tandis que le présent festif et rituel est cathartique : il sert à entrevoir, entre les brumes d’un futur incertain, quelques parcelles d’un avenir meilleur.

Conclusion

L’imaginaire semble une notion-clé pour comprendre la construction des loisirs alternatifs autour de la symbolique d’un temps à trois facettes. En effet, les acteurs rencontrés mettent l’accent, dans leurs discours, sur un nécessaire changement de temporalité qui permet l’évasion et la création d’un nouveau monde (celui de l’Histoire, de la fiction, d’une culture musicale underground). Des communautés forment l’assise de chacune de ces activités. La notion d’imaginaire permet de saisir de quelles manières des pratiques sociales ludiques (ici, les loisirs alternatifs) s’appuient sur un ensemble de supports (littéraires, historiques, musicaux, etc.) et d’idéologies (résistance aux logiques hégémoniques de la culture dominante, par exemple) permettant la création de nouveaux espaces-temps (des « rencontres focalisées »). Elle apparaît comme une ressource mobilisée et mobilisable par les enquêtés pour justifier et enclencher leurs pratiques corporelles. S’articulant avec des représentations symboliques du temps circulaire, elle est un outil permettant de comprendre comment se structurent les loisirs alternatifs et quelles sont les significations en jeu dans les discours des enquêtés.

Dans cette continuité, il est possible d’appréhender ces pratiques comme des loisirs performatifs puisque l’imaginaire conduit à produire des mondes sociaux. Les approches de la performativité dans les mises en scène, notamment, rappellent que celle-ci est une rupture (Féral, 2013, p. 209), qui vise à « montrer le faire ». Toute performativité requière, en outre, une appropriation par le sujet (ibid., p. 214). Plusieurs critères semblent ainsi définir ces loisirs :

– une pratique qui repose sur une communauté et s’ancre comme étant une sous-culture et donc, une réponse à un ordre établi ;

– une volonté de faire par soi-même et la mise en place du DIY ;

– un imaginaire qui devient performatif, associé à une symbolique du temps non linéaire.

L’approche comparative réalisée sur trois loisirs distincts tend à montrer ces activités alternatives invitent leurs pratiquants à une dynamique participative, à partir d’un désir de changement social. Dès lors, l’imaginaire du temps occupe une place centrale en tant que cadre structurant des moments ludiques, d’une part, et des styles de vie, de l’autre.

Références bibliographiques

Candau J., 1996, Anthropologie de la mémoire, Paris, PUF.

Cohen A. 2013, The impacts and benefits yielded from the sport of quidditch, Partial fulfillment pour le doctorat en Philosophie, Texas, A&M University.

Cohen A. et Peachey J. W., 2015, « Quidditch : Impacting and Benefiting Participants in a Non-Fictionnal Manner », Journal of Sport and Social Issues, 39, 6, pp. 521-544.

Cohen A., Melton E. N. et Peachey J. W., 2014, « Investigating a Coed Sport’s Ability to Encourage Inclusion and Equality », Journal of Sport Management, 28, pp. 220-235.

Elias N., 1996, Du temps, Paris, Fayard.

Féral J., 2013, « De la performance à la performativité », Communications, vol. 92, n° 1, pp. 205-218.

Gilchrist P. et Wheaton B., 2016, « Lifestyle and Adventure Sports among Youth », in Green K. et Smith A. (dir.), Routledge Handbook of Youth Sport, Londres, Routledge, pp. 186-202.

Goffman E., 1961, Encounters : two Studies in the Sociology of Interaction, Harmondsworth, Penguin Books.

Guibert G. et Hein F., 2006, « Les scènes métal. Introduction », Volume !, vol. 5, n° 2, pp. 5-18.

Halbwachs M., 1950, La mémoire collective, Paris, PUF.

Hebdige D., 2008, Sous-culture, le sens du style, trad. fr., Paris, Zones [1re éd. : 1979].

Hein F., 2012, « Le DIY comme dynamique contre-culturelle ? », Volume !, vol. 9, n° 1, pp. 105-126.

Jarvie G., 2006, Sport, Culture and Society : an Introduction, Londres/New-York, Routledge.

Munier B., 2018, « L’imaginaire, un concept-voyou », Hermès, 80, 1, pp. 51-55.

Pronovost G., 1996, Sociologie du temps, Paris, L’Harmattan.

Robène L. et Serre S., 2016, « “On veut plus des Beatles et d’leur musique de merde !” Introduction au dossier “La scène punk en France (1976-2016)” », Volume !, vol. 13, n° 1, pp. 7-15.

Rovelli C., 2018, L’ordre du temps, Paris, Flammarion.

Soulé B. et Walk S., 2007, « Comment rester “alternatif” ? Sociologie des pratiquants sportifs en quête d’authenticité subculturelle », Corps, vol. 2, n° 1, pp. 67-72.

Soutrenon E., 2005, « Le “questionnaire ethnographique”. Réflexions sur une pratique de terrain », Genèses, n° 60, pp. 121-137.

Tuaillon Demésy A., 2013, La re-création du passé. Enjeux identitaires et mémoriels, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Tuaillon Demésy A., 2017, « Le quidditch moldu. De l’imaginaire à la réalité », Questions de communication, 31, pp. 393-413.

Tuaillon Demésy A., 2018a, « Sports imaginaires re-créés », in Anne Besson (dir.), Dictionnaire de la fantasy, 2018, Paris, Vendémiaire, pp. 366-368.

Tuaillon Demésy A., 2018b, « Être “quiddkid” : l’engagement des joueurs dans une pratique alternative », Sciences du jeu, n° 10, https://journals.openedition.org/sdj/1291.

Voirol O., 2008, « Idéologie : concept culturaliste et concept critique », Actuel Marx, 43, pp. 62-78.

Wendling T., 2002, Ethnologie des joueurs d’échecs, Paris, PUF.

Wunenburger J-J., 2016 [2003], L’imaginaire, Paris, PUF.

Yonnet P., 1999, Travail, loisir : temps libre et lien social, Paris, Gallimard.

Zonabend F., 1999, La mémoire longue, Paris, Jean Michel Place.


Laurent Di Filippo

Docteur en SIC et en études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.