[Appel à contribution] Pensées et réalisations utopiques : la part du travail, Les Mondes du Travail n°24

Pensées et réalisations utopiques : la part du travail

Appel à contribution pour la revue semestrielle Les Mondes du Travail n°24

Depuis la crise de 2008, l’emprise d’un capitalisme financiarisé et dérégulé s’accentue sur les sociétés au point de faire vaciller les systèmes démocratiques. Les États deviennent plus autoritaires tandis qu’il est davantage admis que les sociétés doivent être gouvernées efficacement, c’est-à-dire sur le modèle entrepreneurial et au profit des seuls actionnaires. Les formes de compétitions interindividuelles, l’augmentation continue de la rentabilité, deviennent des normes de société. Les richesses produites sont très inégalement réparties au point de menacer le contrat social. Dans ce cadre, les individus ont pour fonction d’entretenir le système en participant à la production, dans des conditions salariales dégradées, et par une hyperconsommation destructrice sur le plan écologique. Alors qu’une dystopie inédite s’annonce (la finitude possible de l’espèce humaine), les discours enjoignant à faire preuve de réalisme, de responsabilité et de pragmatisme s’inscrivent dans la lignée de la sentence thatchérienne « il n’y a pas d’alternative ». Les crises d’un capitalisme hégémonique et sans nuance comme celle que nous vivons sont pourtant des moments réputés propices à l’émergence d’utopies pour inventer un avenir plus désirable, comme le cri, cette fois deleuzien : « Du possible, sinon j’étouffe… ».

Car la production des utopies aide à penser et dépasser les cadres normatifs dominants et tout autant un avenir alternatif, Les Mondes du Travail propose d’examiner quelques projets utopiques pour penser les possibilités de vivre autrement. Si l’utopie peut être appréhendée comme un fait social total qui englobe toutes les dimensions de la vie, on s’intéresse aussi à la place qu’y occupe le travail. Depuis Thomas More, les utopies sont des sociétés idéales fondées sur des principes d’égalité, de justice sociale et politique. L’utopie « classique » ou idéaliste est une critique radicale de la société et la proposition d’une société idéale dont l’existence n’est pas possible ; elle pense le réel en se situant en dehors de lui. C’est ce qui la distingue des utopies « expérimentales », réelles ou concrètes, qui sont des inventions de systèmes sociétaux « meilleurs » mis en pratique. En leur temps, Robert Owen, Charles Fourier ou Jean-Baptiste Godin ont réalisé leurs projets utopiques dans un espace localisé, souvent sous forme de microsociétés. Ces expériences plus ou moins visibles et réussies, sont « réelles » parce qu’à la fois désirables, viables et faisables.

Ainsi, depuis une décennie, une série de travaux en philosophie politique, histoire, économie et sociologie font état d’utopies renouvelées, d’expériences en cours aux envergures variées, qui cherchent à élargir le champ des possibles, à penser un avenir désirable. Qu’il s’agisse d’utopies qui cherchent à advenir ou de pratiques dont il s’agit de révéler la portée utopique, les projets sociétaux et communautaires prennent des formes diversifiées : utopies néo-rurales et néo-urbaines, Zones À Défendre, municipalités participatives ou autonomes, assemblées populaires, cyber-communaux en ligne, coopératives de production ou de distribution, tiers-lieux, banques d’échanges, hackerspaces, etc. Ces expériences sont portées par des mouvements et des théories critiques du capitalisme, de la société de consommation, s’appuyant sur la simplicité volontaire, la sobriété heureuse, les communs, le municipalisme, l’écosocialisme, la démocratie du faire, la transition, la décroissance, voire l’effondrement… –

Quels sont les projets de transformations sociales et que cherchent-ils à remettre en cause ?

– Quelles conceptions éthiques et/ou morales sont porteuses des principes d’action ?

– Quelles sont les conditions d’émergence de ces expériences ?

– A quelles échelles sont-elles envisagées et pratiquées ?

– Quelles catégories sociales sont porteuses et engagées dans ces expérimentations ?

– Quelle place y tient le travail et quelles conceptions du travail sont défendues ?

– Le travail doit-il être libérateur, émancipateur ou faut-il au contraire s’en émanciper ?

– Sur quels critères repose la division du travail ?

– Quelles technologies sont mobilisées et, plus largement, quels modes de production, de

diffusion et de circulation des connaissances sont envisagés ?

– Quels retours historiques, avec quelles actualités ?

Le dossier accueille des contributions qui s’appuient sur des projets utopiques, des expériences concrètes, en cours ou passées, ici et ailleurs, et qui interrogent la place et l’avenir du travail dans nos sociétés, en pratique et/ou théorie.

Les contributions ne peuvent pas excéder 40 000 signes, espaces inclus.

Date de livraison des articles : 15 décembre 2018. Date de publication : septembre 2019

Adresse de livraison des fichiers : info@lesmondesdutravail.net

Coordination du dossier : Séverin Muller (Université de Lille, Clersé-CNRS)


Laurent Di Filippo

Docteur en SIC et en études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.