[Appel à contributions] Frontières et Limites de la Fantasy : précurseurs, apparentés, compagnons de route [FR/ENG]

 

Appel à contributions

Frontières et Limites de la Fantasy

Précurseurs, Apparentés, Compagnons de Route

27 février – 1er mars 2019

Anna Vaninskaya (University of Edinburgh), Justine Breton (U. de Picardie), Xavier Escudero (ULCO), Claire Jardillier (ULCO), Marc Rolland (ULCO)

C’est Lin Carter dans A Look Behind the Lord of the Rings (1969) qui, avec plus d’enthousiasme que de science, a été l’un des premiers à inscrire l’oeuvre de J.R.R. Tolkien dans une tradition littéraire, celle de la ‘Epic Fantasy’. Ainsi, bien loin d’être une œuvre unique, répondant aux seules définitions de la « création secondaire » établies par l’auteur lui-même, ce cycle de romans prend place dans une tradition composée d’épopées gréco-romaines, de chansons de geste, de sagas scandinaves, des romans de l’Arioste et, plus récemment, de la production romanesque d’auteurs tels William Morris, Lord Dunsany, E.R. Eddison, C.S. Lewis, James Branch Cabell et bien d’autres.

Si nous savons quel a été le rayonnement de William Morris, rappelée par des études récentes depuis la thèse de Kelvin Massey en 2007 (The Roots of Middle Earth : William Morris’ Influence upon J.R.R. Tolkien) jusqu’à l’introduction à la traduction française de The Well at the World’s End par Anne Besson (2016), le rôle de « précurseur » que C.S. Lewis reconnaît à E.R. Eddison ainsi que la place de fédérateur occupée par Lewis lui-même au sein des Inklings, la référence absolue en termes de Fantasy en ce début de XXIe siècle demeure Tolkien. Ainsi, tracer les points communs entre différents auteurs dûment classés dans la ‘Fantasy’ n’a rien d’évident. Dans le grand désordre des appellations, peut-on réellement considérer comme appartenant au même genre l’oeuvre de Tolkien et la trilogie de Gormenghast de Mervyn Peake ? Et que dire de James Branch Cabell, romancier américain qui est bien plus à sa place aux côtés de ses contemporains Sinclair Lewis et F. Scott Fitzgerald, mais que l’on place lui aussi parmi les inventeurs de la Fantasy.

Nous nous proposons donc de refaire le point sur les influences croisées et les appartenances génériques des auteurs qu’on s’accorde, à tort ou à raison, à considérer comme les inventeurs de la Fantasy, sachant que même l’influence de Morris sur Tolkien, si elle est incontestable, semble un rien occultée et gagnerait à être explicitée et commentée dans toute son ampleur. En partant de là, nous interrogerons les parentés entre ces romanciers et leurs contemporains, qui appartiennent formellement à d’autres genres plus reconnus dans la tradition fin-de-siècle, comme le « romantisme noir » tel qu’il a pu être défini par Mario Praz, ou le « Romantic Revival » de Stevenson, de Rider Haggard. Cabell n’est-il pas plus proche d’Oscar Wilde ou de Sinclair Lewis dans sa célébration de la « Fairy Child » ? Dunsany, du conte de fées pour adultes très en vogue à la fin de l’époque victorienne comme l’a démontré Jeff Zipes ? E.R. Eddison, apprécié et reconnu comme l’un des leurs par Tolkien et Lewis, est très proche de Gabriele D’Annunzio par bien des thèmes qu’il illustre et par sa philosophie – qui déplaisait fort à Tolkien – sans qu’on puisse prouver dans l’état actuel des choses un lien avéré. Nous nous efforcerons donc de montrer comment ces auteurs sont influencés par les écoles littéraires et esthétiques de leur temps. En effet, comment comprendre William Morris sans rappeler les liens qui l’unissaient aux pré-raphaëlites ? Au lieu de ‘Fantasy’ – un terme qui s’appliquerait alors, en priorité, aux successeurs de Tolkien, sans oublier les formes « héroïques » de Howard, reprises plus tard par Sprague de Camp et bien d’autres – ne pourrait-on pas parler d’une phase tardive ou résurgente du romantisme ?

Quelques points communs sont à souligner – la création d’un univers secondaire, le culte de la ‘Northernness’ partagé autant par Morris que, plus tard, par Eddison, Lewis et Tolkien, et qui se transmettra à toute la ‘Heroic Fantasy’ ; la méfiance sous-jacente, voire le dégoût éprouvés par ces auteurs devant le spectacle désolant du monde moderne industrialisé, et qui les font se tourner vers un Moyen Age rêvé, soit pour s’échapper, soit pour proposer des voies de régénération. Ces ressemblances dissimulent bien souvent des options philosophiques, politiques, spirituelles non seulement différentes mais antagonistes. Il existe d’ores et déjà une importante littérature consacrée au christianisme de Tolkien ; le décryptage de l’étrange métaphysique de l’amour chez E.R. Eddison, ainsi que de ses valeurs aristocratiques est encore bien embryonnaire, mais dans les deux cas on est bien loin de Morris, le socialiste, qui croit en l’avènement potentiel d’un « Paradis terrestre » et pour qui l’homme est créateur de mythologie au lieu que pour Tolkien il n’est que sous-créateur.

Quant au rayonnement de ces auteurs, bien avant Tolkien, témoignant ainsi de l’attrait fondamental de sa thématique et de ses valeurs, certains ont connu une immense popularité. Ainsi The Well at the World’s End de William Morris, qui a tout d’une féerie archétypale, fut une des lectures préférées des soldats de la Grande Guerre ; Lawrence d’Arabie serrait dans son paquetage The House of the Wolfings du même auteur.

Un genre plus périphérique, celui qui traite de mondes perdus ou les ‘romans archéologiques’ de H. Rider Haggard, dont les reines immortelles peuvent figurer dans les mêmes catégories que les Galadriel ou les Dames d’Abondance, sera tout à fait à sa place dans notre étude. Il en va de même pour les mondes teintés de magie de Marie Corelli, dont certaines œuvres comme The Sorrows of Satan préfigurent l’univers de Charles Williams,aussi fantastiques que Vathek, de William Beckford, cent ans plus tôt, et dont l’immense popularité n’avait rien à envier à celle, plus tard, du Lord of the Rings.

Parmi les facteurs qui unissent ces romans (et qui fera l’objet d’une étude spécifique) le langage est primordial. Les auteurs étudiés ont fait le choix de réinventer leur langue, archaïque et souple en même temps, pour marquer leur désir de rejet, de fuite ou de réenchantement du monde moderne. Ils adhèrent pour l’essentiel au jugement de Morris :  »  (…) all language was beautiful. But now language is utterly degraded in our daily lives, and poets have to make a new tongue each for himself. Before he can ever begin his story he must elevate his means of expression from the daliy jabber to which centuries of degradation have reduced it.  » (Collected Letters 2 : 483). Les archaïsmes seraient donc des « integral thoughts » et les créateurs auront pour tâche d’harmoniser ethos, mythos et lexis. (Shippey, The Road to Middle Earth, 220-1). L’importance des paysages, de la couleur, la réaffirmation du Beau, de la délectation, au moment où l’utilitaire industriel se répandait dans la société est au centre de leur art. D’autres axes de convergence pourraient être le recours à la mythologie, classique, celtique, scandinave, l’image de la femme et son rôle changeant, prise entre archaïsme et autonomie.

Cette tradition littéraire serait-elle surtout l’apanage de la tradition anglophone ? Dans un souci comparatiste nous nous efforcerons d’élargir notre étude à d’autres langues. Proche d’E.R. Eddison dans certains de ses inspirations, même s’il s’agit plutôt d’un ‘développement convergent’ que d’influences à proprement parler (Joseph Young), Gabriele D’Annunzio, s’il n’invente pas des mondes ‘secondaires’ se forge une langue particulière pour renouer avec ses époques de prédilection que sont l’Antiquité et la Renaissance italienne. Ernst Jünger, dans ses romans que l’on situe tantôt dans la Fantasy, tantôt dans l’anticipation, comme Heliopolis, assume la même fonction de critique et de rejet du monde déshumanisé et industrialisé, sa langue au classicisme assumé se mettant au service de ses prédilections, et son « recours aux forêts » peut s’apparenter à l’ « évasion du prisonnier » par le biais de la littérature, défendue par Tolkien, pour répondre à l’accusation d’ « escapism ». Dans le monde lointain de l’Inde du Nord, influencé, il est vrai, par les Britanniques, leur science, leur littérature, et sans éluder les spécificités culturelles, le monde picaresque de Ratan Nath Sarshar dans son épopée Fasana-e-Azad, peut lui aussi, dans toute sa particularité, réunir les formes archaïques et médiévales du Dastan et les ressources du roman psychologique moderne, ainsi que la volonté exprimée de marcher sur les traces de Don Quichotte. Plus récemment, ne pourrait-on y reconnaître un « apparenté » ou mieux encore un « fellow traveller » de la Fantasy, la grande fresque de Shamsur Rahman Faruqi, The Mirror of Beauty (2014) recrée un monde onirique moghol dans un langage poétique réinventé autour de la figure d’une héroïne qui tient à la fois du personnage historique et de la princesse surnaturelle qui semble habiter un portrait enchanté transmis d’époque en époque. Dans le domaine hispanique, le genre steampunk que revendique l’écrivain Miquel Giménez (né à Barcelone en 1959) dans son roman Mystero. El imperio de las tinieblas (Mystero. L’empire des ténèbres, 2007, roman traduit aux Éditions Ramsay, à paraître à l’automne 2018) permet non seulement d’apprécier le renouvellement du genre de la fantasy en Espagne mais également de redécouvrir le roman d’aventures hybride de la première moitié du XXe siècle (entre le policier, la science-fiction, le comic et le pulp) à travers, notamment, la figure de l’écrivain Guillermo López Hipkiss (1902-1957), créateur de personnages justiciers au code chevaleresque.

Quelle part prend, en effet, la fantasy dans le genre steampunk ? Le personnage de Mystero, sorte de Fantômas martien et inventeur d’une réalité parallèle, doté de pouvoirs magiques et surnaturels, d’une nature parfaite ainsi que le narrateur s’emploie à le décrire, viendrait-il se placer au croisement d’une réalité dystopique et fantas(t)ique, assisté de personnages sortis des romans d’Arthur Conan Doyle, Jules Verne, Alexandre Dumas, George Orwell, Brian Hodge, Emilio Salgari, Maxwell Grant, Souvestre et Allain, Robert E. Howard, Maurice Leblanc, Edgar Wallace, Sax Rohmer, Rex Stout, Guillermo López Hipkiss, Stan Lee, Alan Moore, H.P. Lovecraft et Arthur Machen ?

*

Les contributions concerneront en priorité tout auteur qui pourrait être considéré comme « précurseur », à la fois par la création d’un monde secondaire que par l’élaboration d’un style littéraire qui se détache de ceux des courants littéraires plus centraux de la fin du XIXe-début du XXe siècle. Il pourrait s’agir des influences plus récentes attribuées à ces auteurs à condition que ces dernières en viennent directement et non médiées par l’oeuvre de Tolkien. Des thèmes spécifiques à ces auteurs, et qu’on ne retrouvera pas nécessairement par la suite, pourront faire l’objet d’une étude tout comme leur dette envers les autres courants et écoles littéraires de leur temps.

Les propositions de communication (une page maximum) devront être adressées de préférence à

Marc Rolland (Marc.Rolland@univ.littoral.fr) avant le 20 septembre de préférence.

 

* *

 

Fantasy : Forerunners and Fellow Travellers

It was Lin Carter who, in A Look Behind the Lord of the Rings (1969) first set the world of J.R.R. Tolkien against the backdrop of a literary tradition, that of ‘Epic Fantasy’. Far from being a masterpiece in isolation, answering only to the author’s own definiton of a  » secondary creation  », this cycle was to be reconsidered as part of a corpus that ran from the Greco-Roman epics, through Medieval romances, Scandinavian sagas and even the later works of Ariosto, to the novels of William Morris, Lord Dunsany, E.R. Eddison, C.S. Lewis, James Branch Cabell and others.

William Morris’ influence upon Tolkien has never been disputed, and recent scholarly works and articles, from Kelvin Massey’s PhD thesis in 2007 (The Roots of Middle Earth : William Morris’ Influence upon JRR Tolkien) to Anne Besson’s introduction to the French translation of The Well at the World’s End (2016) have mined this quarry of sources. C.S Lewis described E.R. Eddison as a precursor, and Lewis himself, as the central figure of the Inklings, was himself influential. Nowadays, however, the indisputable reference as far as Fantasy is concerned is Tolkien. This being said, so many authors are now jumbled together under the heading of ‘Fantasy’ that it can be arduous to find common ground between various authors so labelled. In the great free-for-all of generic marks and labels, can we really claim that Tolkien’s works and the Gormenghast trilogy of Mervyn Peake, which seems redolent of Kafka and the Gothic strain, belong to the same genre ? And what about Cabell, an American novelist who seems more at home on the shelf beside Sinclair Lewis’ Babbitt or F. Scott Fitzgerald’s  »A Diamond as Big as the Ritz », but who is nonetheless hailed as one of the inventors of Fantasy.

The purpose of this symposium is to investigate crosscurrents and generic marks of authors who are considered, nolens volens, as the inventors or precursors of Fantasy, bearing in mind that that even Morris’ influence on Tolkien, though it is indisputable, is hardly trumpeted and deserves to be presented, studied and explained more thoroughly. We can move on from there and study relationships between these novelists and their contemporaries who are usually associated from a generic point of view with mainstream trends in  »Fin de Siècle » literature, such as the  »Dark Romanticism » as defined by Mario Praz, or the  »Romantic Revival » of Stevenson or Rider Haggard. Isn’t Cabell, for instance, in his celebration of the  »Fairy Child  » closer to Sinclair Lewis and Oscar Wilde ? And Lord Dunsny, can’t he be said to have sprung from the widespread Fairy Tales for Adults genre at the end of the Victorian age, as defined by Jeff Zipes ? In many of his fundamental themes and values, E.R. Eddison, who was claimed as one of their own by both Lewis and Tolkien both, although the latter found the tenets of his philosophy distasteful to the extreme, it bears close similarities inspiration-wise to the Italian author, Gabriele D’Annunzio, though our current state of research has yet to establish a direct link. We will therefore try to ascertain how these authors testify to the influences of literary and aesthetical movements of their age. It is impossible to understand William Morris, for example, without calling to mind his link with the Pre-Raphaelite Brotherhood. Instead of ‘Fantasy’, a term we will consequently attribute to Tolkien and his successors, to say nothing of the ‘Heroic’ variety of Howard and Sprague de Camp, shouldn’t we speak of a late and resurgent form of Romanticism ? Besides the prerequisite of crafting a secondary world, other common denominators between these authors are their fascination for ‘Northernness’, their mistrust if not hatred for the modern industrial age which impelled them to look back to a Medieval dream universe, either to escape or to suggest ways to regenerate the present. There too superficial resemblances may hide philosophical, political or spiritual standpoints that are not only at variance, but appear to be utterly antagonistic. Besides Tolkien, whose Christian philosophy has been copiously documented, an E.R Eddison, whose ethos founded on aristocratic values is worlds apart from a socialist like William Morris, whose belief in the Fall of Man was tempered by the hope that a just society might usher in an earthly paradise, and whose vision of man as creator of myths is at variance with that of Tolkien, for whom man is at best a sub-creator.

Testifying to the relevance of such themes and underlying values, some of these authors were immensely popular long before Tolkien’s trilogy became a best seller. Despite its dreamy atmosphere of an archetypal fairy tale, Morris’s The Well at the World’s End was a favorite among soldiers of the First World War. And Lawrence of Arabia kept a copy of the House of the Wolfings with him at all times.

Our study can also encompass genres retrospectively minted such as the Lost Worlds or Archaeological novels, like those of H. Rider Haggard, whose immortal queens (She) are not out of place alongside Galadriel or Morris’ Lady of Abundance (in The Well) or the Wood Sun (in The Wolfings), or the magical worlds of Marie Corelli, whose Sorrows of Satan seem to announce the worlds of Charles Williams, as otherworldly as Beckford’s Vathek, a century earlier, and whose popularity in the early twentieth century was comparable to that of Tolkien a century later.

Among all the commonalities these novels display, language deserves a study in its own right. The authors mentioned here all chose to reinvent their language, giving it a distinctively archaic cast, signifying their rejection, or escape, from the modern world and their wish to reenchant it. As Morris wrote :  »  (…) all language was beautiful. But now language is utterly degraded in our daily lives, and poets have to make a new tongue each for himself. Before he can ever begin his story he must elevate his means of expression from the daily jabber to which centuries of degradation have reduced it.  » (Collected Letters 2 : 483). The archaisms that characterize this type of literature are accordingly  »integral thoughts », and authors attempt to balance  »ethos, mythos and lexis » according to Thomas Shippey (The Road to Middle Earth, 220-1). Many of these literary works emphasize landscape, color, beauty as primary values in contrast with the spread of the ugliness of the modern industrial age. Other points in common are the inspirational role of Classical, Celtic of Scandinavian mythologies, the changing figure of women, caught between archaism an modernity.

Is this specific to the English language tradition ? Our comparative outlook has led us to broaden the scope of this study to include the literary production of other languages and cultures.

While the striking similarities between Gabriele D’Annunzio and E.R. Eddison appear to be the result of  »cnvergent development » rather than direct inspiration (Joseph Young) – the Italian novelist and poet also resorted to an enriched and distinctive language of his own, voluntarily fraught with archaisms, to recall his favorite Golden Ages of the Antiquity and the Italian Renaissance. The German author Ernst Jünger, in novels like Heliopolis that are labelled Science Fiction or Fantasy, casts a critical eye on and rejects the dehumanized industrial world in a classical style which serves his purpose. The flight to the forest (Waldgänger) mirrors the flight of the prisoner, a theme brandished by Tolkien in answer to accusations of being escapist. In Northern India, though heavily influenced by British and Western science and literature, the picaresque world of Pandit Ratan Nath Sarshar, in his epic Fasana-e-Azad (1878-1885) also joins the archaic and the medieval forms of the Dastan to the ressources of the modern psychological novel with the avowed ambition of penning an Indian Don Quixote. More recently (can this be labelled a ‘fellow traveller’ of Fantasy), the great romance of Shamsur Rahman Faruqi, The Mirror of Beauty (2014), recreates a Moghul period dream-world replete with a reinvented poetical language and a heroine who is at the same time a real-life figure and dream princess who seems to inhabit a haunted portrait.

In Spanish literature, the steampunk genre brandished by Miquel Giménez (born in Barcelona in 1959) in his novel Mystero. El imperio de las tinieblas (Mystero. L’empire des ténèbres, 2007, French translation published by the Éditions Ramsay, in the fall of 2018) not only invites an appraisal of the fantasy genre in Spain but also a rediscovery of the hybrid adventure genre on the beginning of the twentieth century (somewhere between the detective and science fiction novel the comic and pulp fiction) through the personnage of the author Guillermo López Hipkiss (1902-1957), whose characters were chivalrous defenders of justice.

What is the fantasy component in steampunk ? The main character of Mystero, a sort of Martian Fantomas, inventor of a parallel universe, endowed with magical powers, and seemingly perfect according to the autho’s description, is he to be set at the crossroads of a a dystopian and Fantasy (or fantastic) reality, with the assistance of characters straight out of novels by Arthur Conan Doyle, Jules Verne, Alexandre Dumas, George Orwell, Brian Hodge, Emilio Salgari, Maxwell Grant, Souvestre et Allain, Robert E. Howard, Maurice Leblanc, Edgar Wallace, Sax Rohmer, Rex Stout, Guillermo López Hipkiss, Stan Lee, Alan Moore, H.P. Lovecraft et Arthur Machen ?

*

Contributions should deal in priority with any authors who can be labelled as  »precursor » both in the way they craft a secondary world and in the way they harness literary style and language that recall worlds past. Or simply any author of the ‘Romance’ or ‘Romantic Revival’ tradition who seems significant in various ways. Influences brought to bear more recently by these authors may also be studied as long as they come to us in a direct line and not mediated through Tolkien. Themes particuler to these authors that have faded since, and their debt towards literary currents of their times are also welcome.

Proposals (maximum one page) should be sent to

Marc Rolland (Marc.Rolland@univ.littoral.fr) preferably before September 20th 2018.

adresse

Boulogne-sur-Mer (France)


Laurent Di Filippo

Docteur en SIC et en études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.