[appel à contributions] L’histoire en clichés, images et représentations de l’histoire à travers ses stéréotypes (Chazey-sur-Ain, France)

Appel à communication

Colloque Fest’Ain d’histoire, festival historique multi-époque

13-14 octobre 2018 à Chazey-sur-Ain (35 min de Lyon)

L’histoire en clichés, images et représentations de l’histoire à travers ses stéréotypes.

Vulgarisation de l’homosexualité et de la pédophilie dans la Grèce antique, manque d’hygiène et ceinture de chasteté au Moyen Age… les clichés et stéréotypes sont nombreux dès lors que l’on s’intéresse à une période historique. Tout un chacun est ainsi capable de reconnaître grossièrement à quelle époque fait référence une image parce que son imaginaire historique est fondé sur des représentations bien précises de celles-ci, parfois justes ou fausses, et généralement diffusées par l’imaginaire populaire et ses médias.

En effet, qu’il s’agisse du cinéma contemporain, des almanachs du XVIIIe siècle ou plus largement de la culture orale, les préjugés concernant des périodes historiques ont toujours eu bon train. Toutefois, la notion de cliché à travers le temps repose sur trois principales nuances. Il faut d’abord considérer les préjugés que peuvent avoir un peuple sur un autre peuple, comme ce fut le cas des Romains qualifiant de barbares les sociétés étrangères. Il peut aussi être question des stéréotypes portés au sein d’une société sur d’autres membres de cette même société (profession, genre, classe sociale, etc.). Enfin, il semble important de s’interroger sur les clichés développés par une époque au sujet d’une autre période historique. La notion d’époque n’est-elle d’ailleurs pas à elle seule une question de représentation de la périodisation de l’histoire qui « n’est jamais un acte neutre ou innocent » ? Ainsi, comme l’écrit Jacques Le Goff : « l’évolution de l’image du Moyen Age à l’époque moderne et contemporaine le prouve. S’exprime à travers elle une appréciation des séquences ainsi définies, un jugement de valeur, même s’il est collectif. Par ailleurs, l’image d’une période historique peut changer avec le temps1  ».

L’étude des clichés historiques semble donc permettre une réflexion méta-sociétale. Le stéréotype, selon Marcel Grandière, apparaît en effet comme « une vraie construction intellectuelle, un outil pour comprendre mis en place par une société, un groupe, une personne, pour traduire en éléments intelligibles et donner du sens à des “réalités” perçues, mais difficiles à cerner, un outil même pour créer des images sociales et de toute nature2  ». Autrement dit, le stéréotype historique est une lecture de l’histoire qui interroge d’abord sur la société à l’origine du cliché dans la mesure où il témoigne de la façon dont celle-ci cherche à se définir elle-même à travers un regard subjectif sur les époques qui l’ont précédée et qui lui ont permis de se construire en tant que telle. En appréhendant le décalage entre notre conception d’une époque et la réalité historique des faits, il s’agit donc de comprendre le sens que l’on veut donner au passé pour éclairer notre perception du présent.

L’objectif de ce colloque est donc de se questionner sur les représentations contemporaines des périodes historiques à travers l’étude de leurs stéréotypes. Il s’agira ainsi de remettre en question la façon dont les historiens, les reconstituteurs et le public prennent en compte dans leur construction imagée de l’histoire les différentes sources auxquelles ils ont accès. On pourra aussi envisager le lien entre les préjugés historiques et le développement des fictions pour élargir notre questionnement quant à la place de l’imaginaire dans notre société. Pour ce faire, il sera par exemple possible de s’interroger sur la place de l’humour, notamment de la parodie, et de son but dans l’usage contemporain des clichés.

Ce colloque est organisé dans le cadre de Fest’Ain d’histoire, festival historique multi-époque qui se tiendra au Château de Chazey-sur-Ain (01) les 13 et 14 octobre 2018. Il est ouvert à tous les passionnés d’histoire, qu’ils soient chercheurs en lettres et sciences humaines, journalistes, auteurs, etc. Le comité de lecture sera constitué d’individus répondant à ces mêmes critères variés et privilégiera les propositions qui s’inscriront dans une démarche de vulgarisation scientifique.

Nous vous prions, par ailleurs, de noter que nous ne serons en mesure de défrayer les participants du colloque. Seuls les repas seront offerts.

Les propositions de communication de 500 mots maximum accompagnées d’une courte notice bibliographique sont à envoyer à fadh.colloque@gmail.com avant le 31 juillet 2018.

1. Jacques LE GOFF, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches ?, Paris, Seuil, 2014.
2. Marcel GRANDIÈRE, Michel MOLIN, Stéréotype, outil de régulations sociales, Rennes, Presses Universitaires, 2004.

adresse

Chazey-sur-Ain


Laurent Di Filippo

Docteur en SIC et en études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.