[Article] Qui sont ces zombies qui arpentent la France ? Le cas Zomb’in The Dark, la course d’orientation en territoire zombie

Paul Chiozzotto,

Argémie, société organisatrice de Zomb’in The Dark

paulchiozzotto [at] gmail.com

 

Zomb’in The Dark est un événement à thématique zombie, créé en 2014 en région parisienne et aujourd’hui présent dans toute la France. Fondé sur le principe d’une course d’orientation nocturne, il oppose deux camps. Les survivants, d’abord, doivent trouver un maximum de balises grâce à leur sens de l’orientation. Face à eux, les zombies, bien moins nombreux mais bien plus féroces, arpentent le terrain de jeu (une forêt, une mine, un bâtiment abandonné…) pour surprendre les survivants et arracher les « languettes de vie », accrochées à leurs ceintures. En bref : les survivants gagnent des points s’ils trouvent des balises mais en perdent si leurs languettes de vie disparaissent.

Aujourd’hui, Zomb’in The Dark est une référence[1] en France dans les loisirs à thématique zombie. Chaque événement rassemble entre 500 et 600 survivants d’un côté, et 50 à 100 zombies, de l’autre. Aujourd’hui, on retrouve des Zomb’in The Dark près de Lyon, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Reims… et bien sûr Paris.

figure 1. Les courses Zomb’in The Dark rassemblent plusieurs centaines de  « survivants » et plusieurs dizaines de  « zombies ». Crédits : Olivier Loser.

Ce succès, avant d’être celui de Zomb’in The Dark, est celui de la figure du zombie en elle-même, dont la popularité a grandi de façon exponentielle au tournant des années 2010. Mais pourquoi, face au raz-de-marée de productions culturelles (films, séries TV, bandes dessinées…) qui mettent en avant le point de vue des survivants, certains participants choisissent-ils le côté obscur de la force ? Pourquoi rejoindre le camp des méchants et des antagonistes de cette course d’orientation ? Ces personnes sont-elles des habituées du jeu de rôle, de cosplay, des fans de culture zombie, des sadiques qui adorent lire la peur dans les yeux de leur proie ?

figure 2. Au moment de l’inscription, les participants choisissent leur camp : survivants ou zombies. Crédits : Jules Bernard.

Pour ma part, je suis organisateur des soirées Zomb’in The Dark : je repère les lieux, noue les partenariats, imagine les scénarios, contacte les prestataires, gère la communication… À défaut d’expertise universitaire, j’ai donc une expérience de près de dix ans en immersion au milieu de ces zombies qui arpentent la France. Dans cet article, je vous propose de découvrir une partie de l’envers du décor, et d’explorer certaines pistes de réflexions au moyen d’observations personnelles, de témoignages et de données chiffrées.

Le zombie, icône de la culture pop

Avant de traiter de l’événement Zomb’in The Dark et de son succès, il faut évoquer la figure du zombie et son avènement comme acteur majeur de la culture populaire.

Une popularisation récente et brutale

La figure du zombie s’est rendu particulièrement visible au cours des vingt dernières années. Cinéma, séries TV, littérature : toutes les formes de culture populaire ont pu être touchées par la figure du zombie.

figure 3. Capture d’écran de l’outil en ligne Google Ngram Viewer : la popularité de terme  « zombies » dans les sources écrites en France s’est fortement accrue dans les années 2010.

 

Ngram Viewer permet de montrer la popularité du terme « zombies » dans les sources imprimées françaises au fil des ans. Si le terme est visible depuis les années 1950-60 et s’est développé tout au long de la fin du XXe siècle, les années 2000 et 2010 ont vu une augmentation très rapide de ces occurrences. The Walking Dead, The Last of Us, World War Z, Dernier train pour Busan… sont autant de productions culturelles qui ont contribué à ce renouveau fulgurant de la figure du zombie.

En 2014, lors de la première édition de Zomb’in The Dark, le zombie n’était donc plus un sujet de spécialistes du genre horrifique : il constituait une figure de premier plan de la culture populaire.

Un public très… grand public

Cette popularisation de la figure du zombie (ou même de la culture post-apocalyptique au sens large) est particulièrement palpable dans le public que l’événement Zomb’in The Dark attire. À mi-chemin entre l’épreuve sportive (course d’orientation) et la pop’ culture (en territoire zombie), Zomb’in The Dark pouvait s’adresser à des publics spécifiques : personnes sportives, fans de films d’horreurs, jeune public consommateur des séries TV les plus récentes…

Pourtant, avec une moyenne d’âge autour de 30 ans et une répartition hommes/femmes proche de l’équilibre (55 % d’hommes, 45 % de femmes environ), le profil-type du participant à Zomb’in The Dark est difficile à établir. Nos questionnaires de satisfaction[2] montrent en général que moins de 10 % de nos « survivants » se déclarent « sportifs ». À l’inverse, un tiers d’entre eux se déclarent « fan de culture zombie », et un autre tiers « amateur/amatrice de sensations fortes ». Zomb’in The Dark est donc une preuve de plus de la popularité de la figure du zombie, auprès d’un public bien plus large que les sportifs, ciblés à l’origine par les organisateurs.

Les participant·es zombies : du chasseur-cueilleur au chasseur-runner

Zomb’in The Dark n’est pas la première manifestation « IRL » (in real life, dans la vraie vie) du succès médiatique et culturel de la figure du zombie. Les zombie walks (marches zombies), ces déambulations horrifiques qui ont pu rassembler des centaines de participants dans certaines villes de France, ont existé bien avant l’invention de notre course d’orientation. Pour autant, la principale différence entre ces zombie walks et notre événement est la possibilité de choisir son camp et d’interagir avec le camp opposé. Les survivants doivent échapper aux zombies, comme les héros de toutes ces fictions si populaires, et les zombies doivent essayer de les attraper.

I’m the bad guy

Alors que les fictions mettant en scène des zombies adoptent en très grande majorité le point de vue des survivants, il peut paraître surprenant qu’à chaque édition, plusieurs dizaines de participants choisissent spontanément d’incarner les zombies, ces méchants de l’histoire.

Pour comprendre ce choix, j’ai analysé les réponses au questionnaire de satisfaction envoyé à nos zombies après chaque événement, et ce pendant 18 mois[3]. À la question « Pourquoi avez-vous décidé de vous inscrire côté zombies ? », deux mots revenaient très fréquemment dans les réponses des participants : « Faire peur ».

Le premier levier de motivation pour devenir un zombie est donc cette joie teintée de cruauté d’effrayer l’adversaire, ainsi que le plaisir enfantin de faire « bouh ! » en sortant de sa cachette et de voir que la farce a fonctionné. Au-delà de ce premier critère, j’ai pu identifier trois types de motivations que nos zombies ont citées :

  • des motivations liées aux émotions, évoquées par 50 % des zombies répondants ;
  • des motivations liées à la transformation en zombie, ou zombification, pour 31 % des zombies répondants ;
  • des motivation liées à des aspects plus pratiques, énoncées par 19 % des zombies répondants.

figure 4. La principale motivation des participants qui s’inscrivent côté zombies est la possibilité d’effrayer le camp d’en face. Crédits : Arnaud Marie.

Des motivations liées aux émotions

D’abord, j’ai identifié des motivations liées aux émotions que l’on ressent ou que l’on procure lorsque l’on est un zombie, avec en premier lieu cette possibilité de faire peur, tout en n’ayant pas peur soi-même : « Je trouve un plaisir sadique à bien fiche la trouille aux joueurs. Ma récompense est quand ils crient »[4].

Certains zombies déclarent qu’ils étaient trop peureux pour jouer les survivants et qu’ils ont donc préféré faire peur, plutôt que d’avoir peur. D’autres soulignent la portée cathartique de leur choix, notamment la possibilité d’évacuer les frustrations de l’année en pouvant, un soir par an, hurler dans l’espace public et adopter un comportement presque bestial : « C’est thérapeutique de faire peur et de crier sur des gens »[5] ; « un kiff monumental et un défouloir du stress accumulé dans l’année »[6].

Des motivations liées à la zombification

Ensuite, de nombreux zombies (près d’un tiers) indiquent avoir choisi leur camp pour le plaisir de la transformation en elle-même. Le talent de nos maquilleuses professionnelles est régulièrement souligné, de même que la possibilité d’inventer entièrement un personnage de zombie, avec sa tenue, ses accessoires, sa démarche et sa personnalité. Ce type de réponse se rapproche de celles que l’on attendrait du public de zombie walks et de l’univers du cosplay : « [Je viens] pour le maquillage fait par des professionnelles en priorité et j’adore me déguiser et les jeux de rôle. »[7]

figure 5. L’idée de devenir quelqu’un d’autre, notamment avec l’aide de maquilleuses professionnelles, fait également partie des motivations souvent évoquées par les zombies. Crédits : Jules Bernard.

Des motivations plus pratiques

Enfin, certains zombies ont été attirés par des considérations beaucoup plus pratiques, voire financières. Le prix de l’inscription, par exemple, est moins élevé côté zombies que côté survivants. De même, la durée de jeu des zombies (plus longue), la possibilité de marcher au lieu de courir, ou encore l’envie de découvrir le côté zombies après avoir participé en tant que survivants l’année précédente, sont autant de motivations indirectement liées à l’imaginaire du zombie en lui-même. En attirant ce public motivé par des aspects pratiques, notre événement contribue peut-être au développement de la culture zombie et à sa mise en scène, en faisant découvrir ces loisirs à des personnes qui y étaient a priori étrangères jusqu’alors : « Ayant déjà participé en temps que survivants, on a souhaité tenter l’aventure du côté zombies »[8].

Le zombie, un modèle à suivre ou un espace de liberté ?

Après avoir cherché à comprendre qui étaient nos zombies et pourquoi ils choisissaient d’incarner ce rôle, restait une question majeure : quel zombie devenaient-ils ? D’un point de vue pratique, pour incarner un zombie, nos participants ont trois aspects à prendre en compte : le maquillage, la tenue et l’attitude.

Le maquillage, la base de la zombification

Le maquillage, d’abord, est assuré par des professionnelles qui viennent maquiller une dizaine de personnes. Les participants peuvent leur demander telle ou telle plaie zombifiante ou laisser nos maquilleuses leur faire des propositions.

Toutefois, avec plusieurs zombies à maquiller, la marge de manœuvre de chaque maquilleuse est limitée. Nous prévenons donc nos zombies en amont de l’événement : s’ils souhaitent un maquillage plus complet (sur tout le corps, par exemple), ils peuvent le préparer chez eux, puis compter sur nos maquilleuses pour des finitions ou un aspect très technique (une plaie au visage, notamment). Ce degré d’investissement supplémentaire peut leur permettre d’incarner un zombie encore plus impressionnant, tout en leur prodiguant une certaine fierté du travail accompli. À l’inverse, le maquillage fourni par nos maquilleuses, qui ont chacune leur style, peut amplement suffire à transformer un humain en zombie très convaincant.

Ces différentes approches du maquillage créent déjà une grande variété dans l’apparence de nos zombies sur un seul événement. Les zombies eux-mêmes peuvent avoir une influence non négligeable sur leur apparence finale, ne serait-ce qu’en discutant avec leur maquilleuse.

La tenue, marqueur de singularité

Toutefois, la principale variation d’un zombie à l’autre réside dans la tenue. Les participants zombies sont entièrement en charge de leur tenue et totalement libres de leurs choix. Ils peuvent venir avec un costume très élaboré mais aussi avec de simples vêtements qu’ils pourront tâcher ou déchirer, comme un zombie random (banal) de fiction. Il n’est pas rare, sur un même événement, de croiser un zombie nonne, un zombie Pocahontas, un zombie footballeur américain… On est alors à la limite d’une certaine forme de mise en abyme : nos zombies choisissent de devenir un premier personnage (la nonne quand elle était humaine) qui subit lui-même une nouvelle transformation (en nonne zombie). Les possibilités de jeu sur cette double transformation sont alors très nombreuses : la nonne zombie gardera-t-elle une attitude simili-religieuse, une fois devenue zombie ? Avancera-t-elle les mains jointes, pour effrayer un peu plus les survivants ?

figure 6. Les zombies sont totalement libres quant au choix de leur tenue. Le zombie nonne, notamment, rencontre toujours son petit succès. Crédits : @Hamza_Haghmame sur Instagram.

Le comportement : qu’est-ce qu’un zombie ?

Dernière dimension de la zombification, le comportement du zombie est lui aussi laissé à l’entière discrétion des participants (en dehors de certaines règles du jeu basiques). Le zombie va-t-il marcher, courir ou ramper ? Se contentera-t-il de grogner ou marmonnera-t-il « ceeerveau » ? Sa tenue influencera-t-elle son personnage ? Un zombie en pyjama lapin sautera-t-il à pieds joints jusqu’à ses proies ?

Toutes ces libertés laissées à la discrétion de nos zombies leur permettent d’incarner le personnage qu’ils veulent, en fonction de l’idée qu’ils se font de ce qui constitue les attributs d’un zombie. En tant qu’organisateurs, nous constatons régulièrement que la réponse à la question « qu’est-ce qu’un zombie ? » peut varier énormément d’une personne à l’autre. Fréquemment, des survivants, par ailleurs ravis de leur expérience, sortent de l’événement en s’étonnant gentiment que les zombies les aient pris en chasse : « Ça ne court pas normalement, un zombie ! »[9].

Cette règle, qui semble une évidence pour nombre de survivants, n’est inscrite nulle part dans le règlement du jeu. Il ne s’agit que d’une conséquence de la domination des zombies des films de Romero ou de The Walking Dead, relativement lents, dans l’imaginaire collectif. Pourtant, dans d’autres productions culturelles populaires (28 jours plus tard, World War Z…), les zombies courent et sont parfois plus rapides que lorsqu’ils étaient humains.

La figure du zombie est donc extrêmement malléable. À mi-chemin entre la science-fiction et le fantastique, elle peut s’adapter à tous les scénarios et à tous les registres : horreur, humour, divertissement grand public, engagement anticapitaliste, plaidoyer écologique… Notre événement souligne un apparent paradoxe : plus la figure du zombie est populaire, plus son apparence, son origine, son fonctionnement et son sens profond peuvent changer. En somme, plus on croit connaître le zombie, plus il est capable de nous surprendre. De là à être plus qu’une mode passagère ?

figure 7. Le zombie permet de réinventer toutes les figures de la pop’ culture – ici les jumelles du film The Shining. Crédits : @Hamza_Haghmame sur Instagram.

Notes

[1] À cet égard, nous sommes régulièrement contactés par différents acteurs de la culture populaire (Sony Pictures, par exemple), qui souhaitent établir des partenariats sur la thématique zombie.

[2] 718 réponses collectées entre 2020 et 2022.

[3] 158 réponses collectées entre 2020 et 2022.

[4] Citation extraite des réponses anonymes au questionnaire de satisfaction envoyé aux participants zombies entre 2020 et 2022.

[5] Idem.

[6] Idem.

[7] Idem.

[8] Idem.

[9] Propos souvent énoncé lors des événements mais n’émanant d’aucun questionnaire ou autre source écrite.



Citer ce billet
Laurent Di Filippo (2023, 24 août). [Article] Qui sont ces zombies qui arpentent la France ? Le cas Zomb’in The Dark, la course d’orientation en territoire zombie. Mundus Fabula. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/reqe

Laurent Di Filippo

MCF en SIC, docteur en SIC et études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search