[Article] « Nous sommes des orcs ! » Incarner un monstre de fantasy dans la Russie contemporaine

 

« Né Orc – Protège le Mordor ». Photo Donetsk News Agency, février 2023.

William Blanc

https://ehess.academia.edu/WilliamBlanc

Beaucoup d’analystes comparent aujourd’hui la guerre qui se déroule en Europe au Premier conflit mondial. Il est vrai que les combats de tranchées s’y multiplient, comme il y a plus d’un siècle sur le front de la Somme ou à Verdun. Un autre point commun, qui s’explique sans doute par la virulence des sentiments mobilisés contre le camp adverse, est que l’ennemi y est diabolisé et comparé à un monstre tiré des légendes médiévales. Durant la Grande Guerre, les Allemands, après avoir été assimilés à des Huns, peuple barbare du Ve siècle, sont vite décrits comme des ogres. On retrouve des traces de ce parallèle dès les premiers récits de Tolkien, composé alors qu’il revient blessé du front en 1917, moment où il invente notamment les orcs, guerriers sans âmes au service des forces du Mal (Blanc, 2020a ; 2020b). Or, de manière frappante, dès le début de l’invasion russe en Ukraine, les soldats du Kremlin ont été assimilés à ces créatures non seulement par des artistes ukrainiens, comme Oleg Shupliak dans son œuvre The Great Battle of Ukraine with Mordor (Leloup, 2022), mais aussi par les plus hautes autorités du pays.

figure 1. Oleg Shupliak, The Great Battle of Ukraine with Mordor.
Capture d’écran du compte Instagram de l’artiste réalisée le 23 juin 2023.

La représentation des orcs en Russie post-soviétique

 De leur côté, les Russes ne sont pas en reste et ont accaparé cette imagerie à leur avantage en se comparant eux-mêmes aux orcs des univers de fantasy. Cette pratique touche là encore les plus hautes sphères de l’État, lorsque Vladimir Poutine offre par exemple neuf anneaux aux présidents d’anciennes républiques soviétiques, objets qui font clairement référence aux neuf anneaux des Nazgûls servant Sauron (Chapon, 2022). On retrouve également cette imagerie sous forme d’un patch achetable sur des sites de vente russes. On y distingue, à côté de l’inscription en russe « Né Orc – Protège le Mordor » (« Родился орком – защищай Мордор »), la tour de Barad-dûr au sommet de laquelle trône l’œil de Sauron, ainsi que la Montagne du destin de Mordor. D’après un site pro-Kremlin, cet élément décoratif est visible sur le front non loin de Bakhmout sur les uniformes de soldats du tristement célèbre groupe Wagner en février 2023 [figure 2]. L’article explique toutefois que le patch n’est pas le symbole officiel d’une unité, mais est porté en fonction des goûts de chacun : « L’individualité [des militaires] se manifeste principalement dans le réglage des armes, des éléments d’équipement et, bien sûr, des chevrons. Par exemple, l’un d’eux porte l’inscription “Né Orc – Protège le Mordor” sur sa manche, au mépris de la propagande ukrainienne­­­ »[1] (Donetsk News Agency, 2023 : en ligne).

figure 2. Capture d’écran du site de la Donetsk News Agency réalisée le 27 juin 2023.

Dans un précédent texte (Blanc, 2023a : 109-123), nous avons déjà esquissé une généalogie permettant d’expliquer ces usages somme toute surprenants de l’imagerie d’un monstre de fantasy dans un conflit moderne. Résumons-la à grands traits. Dès sa parution en 1954-1955, Le Seigneur des Anneaux, au grand dam de Tolkien lui-même, est analysé comme une analogie de la Guerre froide : les elfes et les puissances de l’Ouest représentant l’OTAN alors que le Mordor de Sauron, ses neufs Nazgûls et ses armées d’orcs incarnent les forces du Pacte de Varsovie (Yates, 1996). Cela explique que ces romans aient été longtemps interdits en URSS, avant d’être traduits de manière tronquée. Il faut attendre la chute du Mur et la fin du régime stalinien pour qu’une parution complète voit le jour (Merriner, 2021). Mais là encore, nombre de Russes considèrent les livres de Tolkien comme un récit qui les dévalorise[2]. De ce fait, un auteur russe, Kirill Eskov, décide de publier Le dernier porteur de l’Anneau en 1999, dans lequel il raconte l’action du Seigneur des Anneaux du point de vue des habitants du Mordor, notamment des orcs. Ceux-ci n’y sont plus dépeints comme des créatures maléfiques mais au contraire comme les membres d’une civilisation scientifiquement avancée menacée par la colonisation des elfes venus de l’Extrême Occident. Ces envahisseurs n’ont qu’un seul but, décrit par l’un des protagonistes : reconstruire « le monde à leur goût » afin qu’il n’y ait « plus de place pour les civilisations technologiques comme celle du Mordor » et transformer « la Terre du Milieu en un gazon bien tondu et les Humains en amusants animaux de compagnie » (Eskov, 2017 : version numérique). On voit bien là en filigrane à la fois une critique de la fantasy occidentale mais aussi les échos du trauma de la chute de l’URSS, qui se pensait comme une nation messianique diffusant le rationaliste socialiste sur l’ensemble du Globe (Siddiqi, 2008).

Retourner le stigmate

À bien y regarder, Kirill Eskov reprend aussi à son compte une vieille pratique de l’intelligentsia russe puis soviétique. D’un côté, celles-ci, depuis Pierre Ier au début du XVIIIe siècle, ont voulu imiter sur le plan culturel les pays de l’Europe de l’Ouest afin de combler ce qu’elles percevaient comme un retard. De l’autre, lassées d’être regardées de haut par l’Occident qui les comparait souvent de manière péjorative à des peuples barbares vivant dans les steppes durant l’Antiquité ou le Moyen Âge (Scythes, Mongols, Tatars), elles ont affirmé avec fierté leur filiation avec ceux-ci (Laruelle, 1999 ; 2004). On retrouve là une pratique désormais bien connue des sciences sociales : le « retournement du stigmate » (Plumauzille et Rossigneux-Méheust, 2014 ; Mercier, 2021), dans lequel un groupe infériorisé reprend à son compte une représentation négative qui lui est associée pour en faire une source d’orgueil, une marque de différence et, en fin de compte, un ciment identitaire. Le fait de porter une même cicatrice sociale permet ainsi de créer un sentiment d’appartenance. Dans le cas russe, cette pratique se cristallise par exemple au moment du déclenchement de la révolution bolchevik de 1917. Face au discours qui assimile les armées rouges à de nouveaux barbares, Alexandre Blok, dans son poème Les Scythes (1918), renchérit et dit à l’Occident de prendre garde : la Russie est prête à faire déferler sur le monde ses guerriers asiatiques. Une idée similaire se retrouve dans le film Tempête sur l’Asie (1929) de Vsevolod Poudovkine, dans lequel les soldats soviétiques sont comparés aux hordes de Gengis Khan prête à balayer l’Europe.

Après la chute de l’URSS, cette imagerie sera reprise par les eurasistes, courant de pensée nationaliste russe pour qui l’exceptionnalisme de leur pays serait dû à sa géographie, à cheval sur le Vieux Continent et l’Asie. Pour eux, se revendiquer des peuples des steppes devient un motif de fierté retrouvé après le déclin provoqué par soixante-dix années de communisme. Ils voient ainsi l’empire de Gengis Khan comme un modèle pour la Russie contemporaine. Cette imagerie culmine avec la production en 2007 du film russe Mongol dans lequel l’État multiethnique réuni sous l’autorité centralisée du chef mongol du XIIIe siècle semble annoncer la Russie poutinienne (Eng, 2018). Ce discours s’entremêle avec le roman d’Eskov pour aboutir à une volonté de renverser les représentations. En somme, pour nombre de nationalistes russes du début du XXIe siècle, Tolkien est une œuvre de propagande dénigrant leur pays qu’il est urgent de détourner.

Détourner la fantasy occidentale

C’est tout le propos de Maxim Kalashnikov et Yuri Krupnov lorsqu’ils publient en 2002 un essai intitulé La Colère des Orcs, sous-titré « L’Amérique contre la Russie », dans lequel ils mettent en parallèle leur démarche et celle d’Alexandre Blok et de son poème. Ce type d’usage s’accélère après la montée des tensions entre l’Ukraine et la Russie suite au mouvement Euromaïdan (2013-2014) puis l’annexion de la Crimée par Vladimir Poutine et le déclenchement de la guerre du Donbass (2014), présentée par le Kremlin comme une réponse à l’impérialisme occidental. L’imagerie des orcs est ainsi utilisée dans plusieurs œuvres de culture populaire, du Chant Orc (2014) composé par l’écrivain et musicien d’extrême-droite Mikhail Elizarov au roman de Pavel Mochalov Le Tankiste de Mordor (2017) dans lequel, dans une forme de prolongement du texte d’Eskov, un soldat soviétique traverse les dimensions pour aller aider le Mordor dans sa lutte contre les elfes et les humains de l’Ouest. Pareillement, le morceau Warcraft (2017) du groupe de rap nationaliste russe Sel de la Terre (Borentsein, 2019) fait de très nombreuses références à la fantasy contemporaine :

« Dans la capitale, des demi-elfes tiennent leur cour à la table des cafés,

Et évitent de s’asseoir avec la plèbe […]

Là, ils applaudissent les gays […]

Et échangent des mots d’esprits timides comme des filles. […]

Bien sûr [pour eux], le reste des gens sont des orcs.

Les orcs lavent leurs toilettes […]

Ce qui est effrayant, c’est comment ils se reproduisent,

Puisque les demi-elfes ne savent pas comment se battre ou baiser.

Je suis un petit gars laid avec des dents jaunes,

Comme la moitié de la Russie, je suis couvert de cicatrices, mes lèvres sont gercées

[…]. Je suis ton cauchemar, comme un prolo, comme un cosaque. […]

Refrain :

Les frères n’ont pas abandonné l’orc roux[3]

[…] Ils portent le patch de Novorossia[4]

Le Christ pantocrator donnera des clopes et du feu aux soldats.

Oui, nous sommes des orcs. Pas ceux de Tolkien, mais de Warcraft[5]. »

On le voit, ce morceau s’inscrit dans un discours désormais classique qui assimile les Russes à des « barbares » des steppes (ici, des « cosaques »), puis à des monstres de fantasy. S’y ajoutent des antagonismes géographiques, genrés et sociaux. Les rappeurs comparent le peuple russe à des orcs, auxquels ils opposent la bourgeoisie des villes qui serait, pour eux, occidentalisée et donc assimilable à des elfes. Sel de la terre trace aussi un lien entre barbarie et virilité. Le groupe, là encore, n’invente rien. Depuis le XVIIIe siècle, il est en effet courant de voir dans le mâle sauvage un individu qui aurait gardé sa puissance physique (donc sexuelle) intacte, à la différence de l’homme civilisé, urbain et sédentaire, vision que l’on retrouve dans des classiques de la fantasy comme Conan le Cimmérien, inventé par Robert E. Howard en 1932 (Blanc, 2016a ; 2023b ; Di Filippo, 2016). En somme, l’orc russe prolétaire et barbare vaut mieux que les élites moscovites américanisés, « gays », qui « ne savent pas comment se battre ou baiser ».

Mais ces propos s’inscrivent aussi dans le contexte plus large de la fantasy anglophone. En effet, depuis les années 1970, sous l’influence de la décolonisation, nombre d’auteurs du genre ont changé leurs manières de représenter l’altérité monstrueuse, bien conscients que celles-ci symbolisaient souvent les populations extra-européennes, y compris chez Tolkien qui compare ses orcs à des Mongols (Blanc, 2018 ; 2019). La très populaire franchise vidéoludique Warcraft – à laquelle fait directement référence Sel de la Terre – lancée en 1994 est l’un des cas les plus emblématiques de ce type de changement. D’abord représentés comme des monstres agressifs, les orcs sont peu à peu dotés d’une histoire riche et sont dépeints comme des êtres qui, à l’origine, étaient en phase avec la nature et mus par un solide sens de l’honneur, avant d’être corrompus par des démons et poussés à la guerre. Manipulés, ils ont réussi à se libérer de leurs maîtres infernaux et ont fondé une société qui n’a rien à envier à celle des humains. Celle-ci, ce qui n’a sans doute pas manqué de plaire au public russe, est décrite en employant un vocabulaire qui renvoie nettement aux Mongols médiévaux : « horde », « shaman ». Pareillement, ils vivent dans des yourtes qui, là encore, font écho au mode de vie traditionnel des peuples des steppes (Blanc, 2016b).

Conclusion

En ce réclamant des orcs positivés de Warcraft qu’ils opposent à ceux maléfiques de Tolkien, Sel de la Terre assimile donc la Russie à un peuple qui, longtemps dépeint négativement par une forme d’impérialisme culturel, réussirait à prouver qu’il vaut autant, si ce n’est plus, que ses contempteurs. Le Russe, comme l’orc, serait en somme un guerrier honorable n’ayant jamais cherché qu’à vivre en paix dans ses steppes, jusqu’à ce qu’il soit poussé au combat. Ce faisant, le groupe de rap nationaliste oublie, ou feint d’oublier, la réalité historique qui a présidé à la création de l’État moscovite. Depuis le XVIe siècle, celui-ci est une puissance impériale qui a colonisé – souvent avec violence – de nombreuses régions de l’Eurasie, dont l’Ukraine. Plus qu’un renversement du stigmate, s’affirmer être un orc en Russie contemporaine permet donc également de tricher avec le passé puis le présent, d’imaginer une Russie innocente de tout impérialisme (Dullin, 2023), et de représenter en fin de compte une guerre d’agression comme un conflit de libération. En somme, c’est une arme de propagande.

Bibliographie

Blanc W., 2016a, « Conan le barbare », dans Bruno Dumézil (dir.), Les Barbares, Paris, PUF, pp. 464-468.

Blanc W., 2016b, « World of Warcraft », dans Bruno Dumézil (dir.), Les Barbares, Paris, PUF, pp. 1387-1388.

Blanc W., 2018, « Monstres », dans Anne Besson (dir.), Dictionnaire de la fantasy, Paris, Vendémiaire, pp. 254-258.

Blanc W., 2019, « Progressisme ou barbarie ? Les orques dans l’histoire des univers de fantasy », dans Anne Besson (dir.), Fantasy & Histoire(s), Actes du colloque des Imaginales 2018, ActuSF, Chambéry, pp. 297-316.

Blanc W., 2020a, « Les Orques ou les porcs de la fantasy. Le sens de l’animalisation de l’autre dans les œuvres de l’imaginaire », Fantasy Art and Studies, n°9, pp. 145-155.

Blanc W., 2020b, « Les Allemands, dépeints en “Huns” de la Grande Guerre », Retronews. En ligne :: https://www.retronews.fr/conflits-et-relations-internationales/long-format/2020/04/06/les-allemands-depeints-en-huns-de-la.

Blanc W., 2023a [2019], Winter is Coming. Une brève histoire politique de la fantasy, Montreuil, Libertalia.

Blanc W., 2023b : « L’illustration de fantasy : un sublime de la confrontation entre monstruosité et barbarie, d’Edmund Burke à Frank Frazetta », dans Anne Besson, Florent Favard, Natacha Vas-Deyres (dir.), Fantasy & médias, Actes du colloque des Imaginales 2022, Chambéry, ActuSF, pp. 21-46.

Borentsein E., 2019, « Salting the Earth », net. En ligne: https://www.eliotborenstein.net/soviet-self-hatred/dnpl5r4mxj77y1w2hgh9msztcnmowi.

Di Filippo L., 2016, Du Mythe au jeu. Approche Anthropo-communicationnelle du Nord. Des récits médiévaux scandinaves au MMORPG Age of Conan : Hyborian Adventures, thèse en sciences de l’information et de la communication et en études scandinaves, Université de Lorraine/Université de Bâle.

Dullin S., 2023, « Un impérialisme révélé dans la guerre. La Russie à nu », Cogito, Le magazine de la recherche. En Ligne: https://www.sciencespo.fr/research/cogito/home/un-imperialisme-revele-dans-la-guerre-la-russie-a-nu.

Eng R., 2018, « Chinggis Khan on Film: Globalization, Nationalism, and Historical Revisionism », The Asia-Pacific Journal : Japan Focus, vol. 16-22, n° 1. En ligne : https://apjjf.org/2018/22/Eng.html.

Laruelle M., 1999, « L’Orient “intérieur” de la Russie : Asie steppique et Empire mongol dans la pensée eurasiste », Slavica occitania, n°8, pp. 251-271.

Laruelle M., 2004, « La question du “touranisme” des Russes », Cahiers du monde russe, 45/1-2, pp. 241-266.

Mercier A., 2021« Retournement du stigmate » Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. En ligne: http://publictionnaire.huma-num.fr/notice/retournement-du-stigmate.

Merriner J. 2021, « Comrades of the Rings », com. En ligne: https://foreignpolicy.com/2021/07/24/soviet-union-tolkien-art-dissidents.

Plumauzille C., Rossigneux-Méheust M., 2014, « Le stigmate ou “La différence comme catégorie utile d’analyse historique” », Hypothèses, n°17, pp. 215-228.

Siddiqi A., « Imagining the Cosmos: utopians, mystics, and the popular culture of spaceflight in revolutionary Russia », OSIRIS, vol. 23, n° 1, 2008, pp. 260-288

Yates J., 1996, « Tolkien the Anti-totalitarian », Mythlore: A Journal of J.R.R. Tolkien, C.S. Lewis, Charles Williams, and Mythopoeic Literature, vol. 21, n°2, pp. 233-245.

Sources primaires

 Chapon B., 2022, « Guerre en Ukraine : “Poutine assume d’incarner Sauron et est malin dans sa référence à Tolkien” », fr. En ligne: https://www.20minutes.fr/culture/4016724-20221229-guerre-ukraine-poutine-assume-incarner-sauron-malin-reference-tolkien.

Donetsk News Agency, 2023, « Жизнь на паузе. Как выглядит освобожденный Соледар после жестоких боев  », dan-news.ru. En ligne : https://dan-news.ru/stories/zhizn-na-pauze.-kak-vygljadit-osvobozhdennyj-soledar-posle-zhestokih-boev/.

Eskov K., 2017 [1999], Le dernier porteur de l’Anneau, trad. Anne-Marie Tatsis-Botton, Saint-Joseph-de-Rivière, 500 nuances de geek.

Leloup D., 2022, « Entre l’Ukraine et la Russie, la bataille pour l’héritage du Seigneur des anneaux », fr. En ligne: https://www.lemonde.fr/pixels/article/2022/04/14/entre-l-ukraine-et-la-russie-la-bataille-pour-l-heritage-du-seigneur-des-anneaux_6122172_4408996.html.

Notes

[1] Notre traduction.

[2] Ce phénomène est sans doute aidé par le fait que, dans nombre d’univers de fantasy imitant la Terre du Milieu de Tolkien, le mal est souvent situé à l’Est, comme c’est le cas du monde de la franchise Warhammer inventé à partir des années 1980.

[3] Cette appellation d’« orc roux » renvoie selon E. Borenstein à un combattant séparatiste pro-russe, Arsen Pavlov, assassiné en 2016.

[4] Nom d’un parti pro-Kremlin fondé dans la région séparatiste de Donetsk.

[5] Notre traduction, à partir de la traduction anglaise d’E. Borentsein.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laurent Di Filippo (24 août 2023). [Article] « Nous sommes des orcs ! » Incarner un monstre de fantasy dans la Russie contemporaine. Mundus Fabula. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/reqf


Laurent Di Filippo

MCF en SIC, docteur en SIC et études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. J’ai adoré la lecture. Merci.
    C’est éclairant. Je savais pas pour l’imagerie récupérée par les Russes ni l’assimilation qu’on a prêté à Tolkien. Peut-être que des fois, faut aussi que regarder des oeuvres avec une âme d’enfant, y a des gentils, y a des méchants et ça fait du bien parce qu’on sait bien que le vrai monde c’est pas comme ça 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search