[Article] Se costumer pour enchanter le quotidien : les magical girls Sailor Moon et Sakura, des rôles plus que des personnages

Aurélien Rossanino

Université Aix-Marseille

aurelien.rossanino[at]rocketmail.com

Comme pour toute forme de culture de genre, le manga fut d’abord examiné par la sociologie avant de devenir un objet d’étude valorisé par les départements de langue japonaise. Aujourd’hui, il semble possible de l’analyser du point de vue de la littérature comparée, même si la notion d’auteur est floue lorsque l’on s’intéresse à des licences ou à des franchises. En effet, bien que l’on trouve un nom d’artiste inscrit sur la couverture des mangas, l’aspect commercial brouille les pistes dès lors que les projets cross-médias se multiplient en parallèle de la publication papier. Il y a néanmoins un dessein global cohérent, concerté entre les divers acteurs qui participent à une même licence, et qui serait le « cahier des charges » (un sous-texte imposé pour tous les créateurs qui élaborent des fictions dans le même lore – et je préfère cette notion de cahier des charges, faute de mieux, à celle tout simplement de récit, puisque les récits sont souvent contradictoires au sein d’une même licence, entre les mangas, les animes, les spectacles, etc.).

Je vais mener ma réflexion autour d’un couple d’œuvres (devenues des licences) qui se donnent la réplique dans les années 1990 au sein du magazine Nakayoshi, dédié au manga, dans une perspective d’étude littéraire. Je propose de comparer deux façons d’incarner les magical girls grâce à un survol thématique de Pretty Guardian Sailor Moon de Naoko Takeuchi (1991) et de Cardcaptor Sakura du collectif d’autrices de manga CLAMP qui lui répond directement en 1996. Sailor Moon est la première grande licence à succès de l’ère Heisei (1989-2019) qui voit un regain d’intérêt pour le folklore extrême-oriental et les formes de théâtre classique dans la paralittérature japonaise. En se transformant pour acquérir des facultés de combat, certaines héroïnes réactualisent des rôles traditionnels de la culture théâtrale japonaise. Usagi, jeune Tokyoïte ordinaire, reçoit des pouvoirs lunaires pour affronter ses ennemis extraterrestres. Elle devient Sailor Moon, figure de proue d’un nouveau genre de personnage populaire qui sera ensuite déconstruit dans Sakura, dont l’antagoniste principal est la banalité du quotidien de la banlieue.

Le folklore chinois de la magical girl japonaise : incarnations et réincarnations

À la fin des années 1980, les créations qui utilisent ouvertement le terme « magical girl », mahō shōjo, sont des séries télévisées dites tokusatsu (c’est-à-dire « à effets spéciaux »), par exemple celles produites par la Toei Fushigi Comedy entre 1989 et 1991 : Mahō Shōjo Chūka na Pai Pai! « La fille chinoise magique Pai Pai ! », Mahō Shōjo Chūka na Ipanema! « La fille chinoise magique Ipanema ! », Fushigi Shōjo Nairu na Totomesu « La mystérieuse fille du Nile Thutmose » ou Bishōjo Kamen Powatorin (ce dernier mot, en français prononcé à la japonaise !) « La Belle fille masquée Poitrine ». Dès le titre, on identifie l’exotisme – de la Chine, de l’Égypte, de la France – comme élément lié à la magie. La magical girl vient d’ailleurs, et cet ailleurs, dans les scénarios de ces séries, est en général un monde extraterrestre. Arborant déjà ces fameux chignons chinois que l’on retrouvera chez Sailor Moon, l’héroïne Pai Pai, pour échapper à un mariage avec un tyran sur sa planète, se réfugie sur Terre où elle entre incognito comme fille au pair dans une famille japonaise. Les magical girls sont ainsi des êtres magiques qui s’incarnent en humaines.

Naoko Takeuchi, dans Sailor Moon, inverse la nature du personnage : Usagi, la protagoniste, est une adolescente ordinaire qui va se découvrir une identité magique et non le contraire. En créant cette transformation en Sailor Moon, la mangaka va réactualiser un personnage de la tradition chinoise : Chang’e1. Chang’e est un rôle au sens littéral, puisqu’elle est un personnage d’opéras (xiqu) issus de contes populaires.

Dans la culture folklorique chinoise, il est une histoire célèbre2 : lors de temps immémoriaux, dix soleils, fils du dieu Di Jun, se partageaient la tâche d’éclairer successivement la Terre. Un jour, les dix enfants-soleils voulurent jouer tous ensemble sur Terre, provoquant sécheresse et mort. L’archer céleste Hou Yi sauva le monde en abattant neuf des dix soleils avec son arc. Hou Yi fut chassé des cieux pour avoir occis les fils de Di Jun mais devint empereur sur la Terre. La Reine Mère de l’Ouest offrit ensuite à Hou Yi et à sa femme, Chang’e, des pilules d’immortalité. Le couple décida de garder le médicament divin pour ses vieux jours, mais Chang’e ne résista pas à la curiosité : elle se mit à goûter les pilules et, surprise par son mari, les avala toutes dans son effarement. Sous l’effet des pilules, Chang’e s’envola jusqu’à la lune, astre duquel elle devint à la fois prisonnière et princesse. Elle réside depuis dans son « palais du grand froid »3 et pleure son mari resté sur Terre.

Naoko Takeuchi va réécrire cette légende à travers son manga : Chang’e, habitante de la Terre, s’envole vers la lune où elle demeure en exil ; Usagi, au contraire, va apprendre au cours du manga qu’elle est en réalité la princesse de la lune exilée sur Terre. Or, Chang’e n’est pas seulement séparée de sa planète natale, elle l’est aussi de son amant. L’impossible serait que la lune et la Terre se réunissent pour que les amants se retrouvent. La quête amoureuse d’Usagi comprend aussi cette dimension cosmique : pour accomplir son destin de reine de la lune, elle doit retrouver son amant le roi de la Terre. Dans le manga, Usagi découvrira en Mamoru, le jeune homme qu’elle aime, la réincarnation d’un prince4 dont elle a été séparée dans une vie antérieure. Cette idée est un nouvel emprunt à la tradition littéraire chinoise. Je prends l’exemple du roman Le Rêve dans le pavillon rouge (Cao Xueqin, XVIIIe siècle), dans lequel les « couples d’esprit » se réincarnent pour effacer ce que l’auteur appelle leurs « dettes de galanterie » : les deux protagonistes, Jia Baoyu et Lin Daiyu étaient auparavant des êtres d’une nature féerique qui, ignorant leurs précédentes incarnations, se sont retrouvés humains pour poursuivre, sans le savoir, leur romance interrompue. Usagi et Mamoru sont aussi des incarnations humaines d’êtres surnaturels qui furent séparés dans une autre vie.

Le vrai mystère de la légende de Chang’e est : pourquoi décide-t-elle d’avaler les pilules d’immortalité sans son mari ? Le récit se noue sur une « bêtise ». Certes, on peut imaginer qu’une tradition machiste faisait de la femme une Ève par qui le malheur arrive. Le personnage d’Usagi me paraît une réponse intéressante à la « bêtise » de Chang’e car Usagi ne fera que ça, des bêtises. La psychologie du personnage est celle d’une adolescente tête en l’air. L’aspect lunaire d’Usagi en fait un personnage attachant, sans que ses défauts ne soient renvoyés à sa féminité, mais plutôt à son âge d’adolescente.

Sailor Moon et le kabuki : la magical girl est un rôle de théâtre

Mais si Usagi est une Chang’e modernisée, elle ne devient magical girl qu’en incarnant le rôle de Sailor Moon. Le passage d’Usagi en Sailor Moon est littéralement celui d’une comédienne qui entre dans un rôle. « Moon prism power, make up ! » crie-t-elle en anglais dans la version originale5. « Make up ! » : « maquillage ! » – autrement dit « rôle ! ». Les plans des transformations des Sailors6 montrent le vernis qui apparaît sur leurs ongles et le rouge à lèvres sur leurs visages (dans ces séquences, elles sont nues comme des comédiennes au vestiaire en train de se changer).

Mais surtout, leurs transformations s’accomplissent en exécutant un kata du genre mie dans l’esprit du théâtre kabuki7. Les katas sont des poses théâtrales, des mouvements impliquant tout le corps, parfois accompagnés d’une inflexion de voix exagérée. Ils sont souvent particuliers à tel ou tel acteur, comme des poses signatures – le mie est une « pose avec laquelle l’acteur conclut une action en figeant brusquement son expression dans une sorte de plan fixe spectaculaire » (Tschudin, 2011 : 475). Le rôle peut être joué par différents comédiens, chacun aura son mie, moment le plus applaudi par le public8. D’ailleurs, déjà à l’époque d’Edo, les acteurs étaient portraiturés sur des cartes à collectionner dans leurs meilleurs mie. Lorsque les Sailors se transforment, elles sont dessinées dans des positions originales (bras croisés, doigts levés) qui sont des mies et c’est ainsi qu’elles sont représentées sur les cartes à collectionner dérivées de l’anime ou du manga.

Si, au Japon, des projets d’adaptation pour la scène de Sailor Moon se montent régulièrement dans la forme modernisée de la comédie musicale, c’est que l’œuvre originale s’y prête, le manga ayant été composé avec certains codes du kabuki (les mies des Sailors sont enfin exécutés devant des spectateurs qui les applaudissent). Différentes chanteuses ont interprété le rôle, transformant leur apparence physique grâce à des perruques colorées similaires à celles que l’on retrouve dans le kabuki, puisque les couleurs des cheveux des personnages du manga (jaunes, bleus, rouges, etc.) empruntent déjà à cette tradition théâtrale9.

Un exemple probant de la présence du kabuki dans le récit même de Sailor Moon est le seppuku10 d’Usagi. Sailor Moon se suicide en s’éventrant à l’aide d’une épée : cette scène très violente prend tout son sens sur scène, le seppuku du samouraï étant l’apogée quasi obligatoire des pièces de kabuki tragiques dites jidai-mono qui mettent en scène des nobles des temps anciens… ce qu’ont été toutes les héroïnes de Sailor Moon dans leurs vies lunaires antérieures.

Les régulières adaptations scéniques de Sailor Moon ne sont pas uniquement des projets artistiques mais un élément d’une vaste entreprise commerciale, l’univers de ce manga se déclinant très vite en produits du quotidien (soins du corps, papeterie) employés par des petites filles qui peuvent, à leur tour, facilement incarner la magical girl. Sailor Moon étant apparue sur scène11 sous les traits de différentes comédiennes, elle est devenue un rôle qui peut être partagé, et notamment par toutes ses petites fans. Il leur suffit d’une pose, d’une phrase, d’un stylo ou d’une brosse à cheveux aux couleurs de la marque et d’un uniforme scolaire qu’elles possèdent puisqu’il est obligatoire au Japon12. L’empreinte de Sailor Moon dans l’imaginaire collectif, c’est cet uniforme qui ressemble à celui des marins (c’est pourquoi on l’appelle le « Sailor »), dont la prononciation japonaise, sera13 fuku, permet à Naoko Takeuchi de l’amalgamer avec les Sélénites, les habitantes de la lune, et de faire d’un habit journalier, un costume féerique.

Cardcaptor Sakura ou le jeu des enfants comme nouvelle puissance magique

Incarner une héroïne fantastique par le jeu plutôt que par la magie, c’est le thème repris par le collectif CLAMP14 dans son manga Cardcaptor Sakura, à tort considéré comme une œuvre de magical girl. Désillusionons-nous : Sakura ne se transforme pas, elle n’est pas une magical girl (elle n’a pas d’identité autre que Sakura Kinomoto) : lorsque Sakura est confrontée à la magie, c’est son amie Tomoyo qui lui confectionne des costumes pour que, justement, elle ressemble à une magical girl. Tomoyo est le « regard caméra » incarné en personnage, puisqu’elle filme avec son caméscope les hauts-faits de Sakura, comme si le public entrait dans l’œuvre. Les personnages centraux de Cardcaptor Sakura sont des enfants chargés de pacifier des phénomènes magiques représentés par les cartes d’un tarot surnaturel échappées d’un vieux grimoire. Or, tout l’aspect prodigieux de l’œuvre peut être perçu comme métaphorique, un univers imaginaire vu à travers les yeux des enfants, ou mieux, à travers l’objectif de la caméra de Tomoyo qui représente concrètement le regard des enfants.

Sakura prend place dans le réel des lectrices visées : une banlieue de Tokyo (fictive), Tomoeda, dont le seul divertissement est le centre commercial. On y achète ce qui pourrait être des produits dérivés Sailor Moon : des gadgets (miroirs de poche, porte-clés, etc.) en forme de cœurs ou d’étoiles. Sakura et Tomoyo passent leur temps libre à confectionner gâteaux, peluches et menus objets qui dans l’univers de Sailor Moon apparaissent magiquement à Usagi et aux autres Sailors. CLAMP annule les propriétés magiques des costumes et accessoires : ils ne sont plus une part du surnaturel surgissant dans la réalité mais une esthétique assumée comme fictive dans un récit qui se présente comme identifiable au réel. Au contraire de Sailor Moon, pas de lutte cosmique aux répercussions sur le reste du monde : les héroïnes et les héros de Sakura vivent leurs aventures sans témoins, comme un jeu d’enfants.

Le nœud du sous-texte de ce manga est le trauma de la mort de la mère de Sakura qui a eu lieu avant le début du récit. Tout l’univers magique de Sakura peut être lu comme le refuge d’une enfant dans un monde qui la réconforte (réconfortant aussi pour la petite lectrice) : là où le familier d’Usagi, Luna, était sans conteste un être vivant, un chat, le récit insiste sur le fait que Kerobero, la créature magique qui guide Sakura dans sa quête, doit impérativement passer pour une peluche devant les adultes pour ne pas troubler le réel : pour Sakura, c’est un être magique qui devient une peluche mais, pour les adultes, c’est une peluche qu’une enfant considère comme un être vivant. On peut aussi évoquer le fait que les cartes magiques ne sont pas des ennemies mais la transposition des angoisses enfantines : la peur du noir, la peur d’être oubliée, remplacée, confondue, de devenir muette – autant de nuances autour du thème de l’abandon.

Mon interprétation peut être appuyée par le personnage de Takashi, un petit garçon camarade de Sakura qui abuse de sa crédulité pour raconter des mensonges enfantins : « TAKASHI : Connaissez-vous le beach volley ? À Hawaï, on a pratiqué le beach volley en bord de mer avec une noix de coco… / SAKURA : Mais c’est lourd et dur les noix de coco ?! / TAKASHI : Oui ! Il y avait d’ailleurs beaucoup de blessés pendant les parties. »15. Il montre que la représentation du monde des enfants n’est pas la même que celle des adultes, qu’elle est faite de fictions, d’exagérations voire de violence.

La magical girl termine donc son parcours de « rôle » grâce à Sakura. De l’incarnation d’une figure littéraire ou théâtrale classique modernisée (Sailor Moon), elle devient le double imaginaire, grâce au jeu enfantin16, d’une petite fille qui se réfugie dans un univers magique valorisé comme étant le moyen d’enchanter son quotidien d’enfant en manque d’affection17 dans une banlieue morne. De Sailor Moon à Sakura, l’uniforme scolaire n’est plus une pénible contrainte imposée par les adultes, il est devenu, sans changer d’un fil, la tenue magique d’aventures imaginaires.

Bibliographie

Artaud A., 1938, Le Théâtre et son double, Paris, Gallimard.

Cao X., 1981, Le Rêve dans le pavillon rouge [XVIIIe siècle], traduit du chinois par Alézaïs J., d’Hormon A., Li Tche-houa, Paris, Gallimard, La Pléiade.

Gomarasca, Alessandro (dir.), 2002, Poupées, robots, la culture pop japonaise, traduit de l’italien par Maugenest T., Paris, Autrement.

Lévi-Strauss, Claude, 2011, L’Autre Face de la lune : écrits sur le Japon, Paris, Le Seuil.

Linarthova V., 1996, Sur un fond blanc, Paris, Gallimard, coll. Le Promeneur.

Pigeot, J., 1998, « Des jeux d’enfants aux concerts célestes : les représentations du divertissement dans le Japon ancien », Extrême-Orient, Extrême-Occident, n° 20, pp. 63-86.

Pimpaneau J., 1999, Chine, mythes et dieux, Arles, Éditions Philippe Picquier.

Pimpaneau J., 2014, Chine : l’Opéra chinois classique. Promenade au jardin des poiriers, Paris, Les Belles Lettres.

Pons, P., 1988, D’Edo à Tôkyô, Paris, Gallimard.

Stevenson C., 2008, Japanese Popular Music: Culture, Authenticity and Power, Londres, Routledge.

Tschudin, J.-J., 2011, Histoire du théâtre classique japonais, Toulouse, Anacharsis.

Yatabe K., 2008, « Le Japon moderne et l’invention de la jeunesse », in  La Dynamique du Japon de 1854 à nos jours, Paris, CNRS Éditions.

Notes

1 Connue au Japon sous le nom de Jôga.

2 Pour toutes les variantes, voir Jacques Pimpaneau, Chine, mythes et dieux, Arles, Éditions Philippe Picquier, 1999.

3 Qui, dans le manga Pretty Guardian Sailor Moon, a un équivalent : le Crystal Palace.

4 La réécriture du personnage de Hou Yi.

5 Dans le manga comme dans son adaptation en série animée.

6 Usagi est accompagnée d’un groupe d’amies de son âge qui sont, elles aussi, des êtres surnaturels liés aux astres réincarnés en collégiennes tokyoïtes.

7 Genre théâtral qui voit le jour au XVIIe siècle. Il mêle chant, théâtre et danse. Le répertoire est notamment emprunté aux grands récits épiques japonais.

8 Littéralement : un mie réussi déclenchera une salve d’applaudissements.

9 Les cheveux colorés sont un attribut des personnages surnaturels ou héroïques du kabuki.

10 Le suicide rituel de la caste militaire. Dans les fictions classiques japonaises, le samouraï retourne son sabre contre lui suite à l’accomplissement d’un acte déshonorant. Sailor Moon, à la fin du premier arc narratif du manga (chapitre 12), doit combattre le jeune homme qu’elle aime et se tue après l’avoir vaincu. Au chapitre suivant, les amants sont ressuscités par le pouvoir des autres Sailors.

11 Ou à la télévision.

12 Sailor Moon marquait d’ailleurs un essai d’identification du personnage principal à son public, les (pré-)adolescentes.

13 Le son [ʀ] se prononce [l] en japonais.

14 Nanase Ōkawa, Mokona, Tsubaki Nekoi et Satsuki Igarashi.

15 CLAMP, Cardcaptor Sakura [1996], traduction Reyda Seddiki, Pika, Paris, 2000.

16 Mais aussi à la consommation (le titre « chasseuse de carte » renvoie tout de même à la collection de produits dérivés, à l’accumulation et à la consommation). Je l’ai dit, Sakura et ses amis ont pour principal lieu de loisir le centre commercial (c’était déjà le cas dans Sailor Moon).

17 Si son père et son frère l’aiment, Sakura, en l’absence de mère, doit s’occuper seule d’elle-même car les hommes de la maison sont toujours au travail.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laurent Di Filippo (24 août 2023). [Article] Se costumer pour enchanter le quotidien : les magical girls Sailor Moon et Sakura, des rôles plus que des personnages. Mundus Fabula. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://mf.hypotheses.org/2543


Laurent Di Filippo

MCF en SIC, docteur en SIC et études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search