[Article] Les jeux de rôle Gaslamp Fantasy : débats sur un genre néo-victorien contemporain

Jessy Néau

Maîtresse de Conférences en littératures comparées (Centre universitaire de Mayotte
RIRRA21-Université Montpellier 3)

jessy.neau [ at ] univ-montp3.fr

Le genre dit « gaslamp » ou « gaslight » fantasy désigne un ensemble de fictions contemporaines situées dans une époque victorienne où la magie a droit de cité. Il s’agit d’un genre résolument transmédiatique, que l’on retrouve dans des romans1, des webcomics2 mais aussi des jeux vidéo3 et des jeux de rôle. La gaslamp fantasy est fréquemment envisagée comme le sous-genre non technologique du néo-victorianisme, une sorte de cousin antithétique du steampunk qui privilégie une époque victorienne féerique plutôt que gouvernée par des machines à vapeur. Ce genre se nourrit de nombreuses influences, repérables à la présence d’intrigues romance à la Jane Austen, d’une tonalité souvent Gothic revival, ainsi que d’enquêtes criminelles qui laissent une grande place à l’occulte. La gaslamp brouille les limites entre un gothique urbain et un merveilleux insituable, proche de l’heroic fantasy. Le terme, très débattu, et même contesté, semblerait parfois désigner toute forme de fiction contemporaine placée au XIXe siècle dès lors qu’elle comporte du surnaturel, voire endosser une valeur rétroactive en englobant les romans de William Hope Hogson, de Bram Stoker ou d’Arthur Conan Doyle. Les composantes de cette définition, qui s’élaborent de façon très horizontale par les fans et les créateurs, reposent tantôt sur le type de créatures rencontrées, tantôt sur les éléments de construction d’univers, ou encore, sur certains tropes narratifs.

La gaslamp nous interroge donc sur la manière dont les genres de l’imaginaire sont modelés par leurs emplois pratiques et leurs appropriations mais surtout par les débats dont ils font l’objet. Les discussions sur les campaign workshops4 des jeux de rôle de type gaslamp possèdent ainsi une valeur métacritique très importante, que l’on peut examiner à travers quelques exemples de ces débats en ligne, sur des forums et des posts de blogs. Hybridation, fluidité, émanation des usagers, abolition des distinctions entre créateurs et fans ainsi qu’autoréflexivité sont bien les marqueurs d’appréhension des genres de la fantasy. C’est notamment la très forte interactivité de ces pratiques qui permet de renégocier les critères de définition générique, voire de résoudre certaines de leurs contradictions.

La Gaslamp fantasy, un genre contesté et contradictoire

Genre assez peu décrit par la critique universitaire5, et même assez peu apparent dans les catalogues éditoriaux, la gaslamp existe surtout en tant que notion sur les multiples espaces numériques où se réunissent les communautés de fans de fantasy : TVTropes, Reddit, Pinterest, Goodreads, les différents Wikis et webzines spécialisés. Davantage qu’un genre explicitement délimité, la gaslamp est un terme-parapluie qui permet aux fans de placer sous cette bannière des listes d’œuvres et de pratiques de manière encyclopédique et ludique. Cependant, quelques sites proposent tout de même des amorces de définition, par exemple TVtropes : la gaslamp est un « sous-genre de la fantasy, et plus spécifiquement de la fantasy historique, avec un univers évoquant clairement le XIXe siècle ou le début du XXe siècle (ou s’offrant comme un analogue raisonnable de cette période) »6.

Pour Anne Rouyer (2014, en ligne), la gaslamp est ipso facto un mélange, dont l’extension temporelle à tout le XIXe siècle et la présence de créatures magiques (elfes, dragons, fées, sorciers) sont des caractéristiques sine qua non (la gaslamp est la rencontre entre « Jane Austen et/ou Charles Dickens avec Harry Potter »). Tout cela est assez en phase avec la fiction néo-victorienne en général, qui forme un XIXe siècle en tous points recréé par le contemporain. Cependant, une première indétermination surgit : la gaslamp est-elle nécessairement localisée à l’époque victorienne ? La référence à Jane Austen, ainsi que des romans comme Jonathan Strange and Dr Norrell (Clarke, 2014), régulièrement estampillé gaslamp fantasy alors qu’il se situe plutôt dans une Europe alternative post-Napoléon, interrogent à cet égard.

La culture populaire n’occasionne pas uniquement une grande promotion des genres, mais aussi de nouvelles manières de les théoriser. Ainsi, les débats sur le volet interactif de la gaslamp peuvent apparaître comme de véritables laboratoires génériques. Les pratiques ludiques ont beaucoup à nous apprendre sur la fabrique des genres fictionnels contemporains, notamment parce qu’elles amènent de nouveaux outils pour les aborder.

Une étude de quelques discussions en ligne sur les jeux de rôle Gaslamp fantasy

Dans l’univers des jeux de rôle, les « campaign workshops » désignent la préparation des jeux, et se situent donc en amont de la phase de jeu elle-même. Ces ateliers sont généralement initiés par un meneur de jeu, qui peut parfois avoir lui-même rédigé son scénario, voire avoir aussi écrit des romans pouvant être utilisés comme sources d’inspiration. La communauté de rôlistes potentiels peut alors réagir aux propositions de campagnes, suggérer des modifications ou des ajouts, commenter certains effets de construction de monde. Les ouvrages qui posent les bases de la campagne précèdent et accompagnent la production des scénarios : ils détaillent surtout les éléments de création d’univers (« settings »), ainsi que les variétés de personnages qui le peuplent. On peut les trouver sous forme de posts de forums ou bien de documents partagés en ligne.

Pour cerner les caractéristiques d’un jeu de rôle de type Gaslamp, on peut s’intéresser à un manuel créé par Philip Drew (2013), lequel est également auteur de romans gaslamp fantasy. Il a ainsi adapté ses propres romans en jeux de rôle. Ce livre se présente comme un guide touristique, voire anthropologique, de l’univers gaslamp, en exposant ses règles, ses références artistiques et ses mœurs. Le monde gaslamp est un monde altéré par rapport au monde réel, souvent par une logique de substitution : le quartier londonien de Whitechapel devient de cette façon Blackchapel, et Lord Byron est devenu un homme politique après avoir achevé sa carrière littéraire. La géopolitique du monde gaslamp est de l’ordre de l’Histoire contrefactuelle, les Français ayant par exemple gagné la bataille de Sedan, ce qui entraîne la continuation du Second Empire après 1870. De même, la Guerre de Sécession n’est pas terminée, ce qui fournit aux joueurs l’occasion de prendre part à un monde davantage instable, fait d’équilibres distincts de ceux de l’Histoire réelle.

L’un des éléments intéressants pour résoudre les questions définitoires de la gaslamp fantasy réside dans la manière dont Philip Drew présente certaines caractéristiques en termes de choix de jeu. Ainsi, la différence entre steampunk et gaslamp fantasy est une question de stratégie pour une créature donnée : elle peut opter pour la magie ou la technologie selon les situations de jeu7. On voit donc que la notion de jouabilité est utile pour une distinction plus générale des genres contre laquelle on pouvait se heurter auparavant, et aussi pour comprendre leurs conciliations très fréquentes au sein d’un même univers de jeu.

Par ailleurs, dans le résumé d’une proposition de jeu titrée Gloriana, conçue pour la dernière édition du jeu sur table Dungeons and Dragons, les éléments de construction d’univers s’inscrivent bien sous l’égide Gaslamp : Gloriana est un royaume féerique sur lequel trône une dragonne impérialiste, drapée dans les splendeurs et la cruauté de l’ère victorienne8.

Les premiers commentaires des potentiels joueurs, postés directement sur le forum RPG.net, portent sur l’époque à laquelle Gloriana est censée se dérouler. Le nom évoque un roman de Michael Moorcock qui date de 1979 intitulé Gloriana ou la Reine inassouvie, uchronie qui présente l’empire d’Albion comme un âge d’or sur lequel règne la Reine Gloriana. Si la cour vit au rythme de la souveraine, le gouvernement est entre les mains du chancelier Montfallcon et de son réseau d’espions et d’assassins, parmi lesquels l’énigmatique et redoutable capitaine Quire. La quatrième de couverture l’assure : « Albion n’est pas l’Angleterre, Londres n’est plus dans Londres et le monde de la Renaissance a changé ; de même, Gloriana n’est pas Élisabeth Ire. Pourtant… ». Tout cela évoque donc une sorte de Renaissance revival et beaucoup moins l’époque victorienne. Cependant, les détails de la période victorienne sont très fournis dans le jeu Gloriana alors même que le jeu reprend de manière très directe beaucoup d’éléments du roman de Moorcock : les reines Victoria et Elizabeth Ire paraissent ainsi comme fusionnées en une seule et même monarque

La description d’Albion et de ses êtres, dans le jeu Gloriana, imite celle de l’Empire victorien et permet ainsi de créer des personnages magiques ancrés dans l’anglicité comme les dragons dynastiques. On retrouve dans le tableau de Galatia, empire ennemi d’Albion, un analogue de la France et, à cet égard un commentaire sur le forum vient souligner l’affiliation des elfes, ces créatures narcissiques et très raffinées, avec les Français de la cour de Louis XIV. Nieflehim correspond au nord de l’Europe, peuplé de soldats qui dominent des gobelins et des trolls. L’époque victorienne fournit ainsi un substrat de base pour l’émergence d’êtres qui sont fantastiques mais dont les rapports sociaux et géopolitiques sont très influencés par l’Histoire réelle, selon une carte spatiale qui est aussi une carte du temps.

Les auteurs des discussions sur les forums, dans le projet Gloriana, notent cet intense débordement des échanges avec d’autres périodes, qui peuvent dès lors apparaître comme des prétextes aux situations. Les campaign workshops font ainsi ressortir des éléments saillants sur le genre dans lequel ils s’inscrivent : le « setting » composé de magie et d’industrie, la notion d’« analogue » avec notre monde, la différenciation par rapport au steampunk et qui trouve parfois des solutions concrètes résidant, par exemple, dans le thème de l’énergie motrice des sortilèges (tantôt vapeur, tantôt pouvoir télépathique). Les discussions tendent à pointer que ce sont les créatures gaslamp qui éclairent la définition du genre, notamment parce que les débats portent sur des questions comme : quel type de créatures faire jouer et avec quel mélange de technologie et de magie pour pouvoir résoudre des situations de jeu ? Tous les éléments du décor victorien (urbanité londonienne, division sociale très importante entre classes sociales, Empires coloniaux) sont présents pour donner des matrices aux relations entre créatures magiques : leurs hiérarchies, leur appartenance ou exclusion, leur recomposition avec d’autres groupes.

Le monde de la gaslamp fantasy montre ainsi une époque victorienne « plus dynamique » que l’époque victorienne historique, non seulement parce qu’elle fait intervenir des créatures féeriques mais aussi parce qu’une certaine jouabilité est au plus profond de sa réinvention actuelle. Par conséquent, le débordement de la gaslamp sur de nombreux genres (relevant à la fois de la low et de la high fantasy) et sur d’autres périodes que la seule époque victorienne (le siècle de Louis XIV, l’époque élisabéthaine) est permis par le côté extrêmement ludique de ce genre qui s’apparente davantage à une pratique active qu’à un corpus délimité. Les modes d’emploi des jeux de rôle gaslamp proposent des stratégies ainsi que des « situations » optionnelles pour aborder un phénomène bien particulier plutôt que des règles guidant l’ensemble du jeu.

Dès lors, élaborer des théories sur les genres transmédiatiques et contemporains de la culture populaire, comme la gaslamp, passe sans nul doute par une attention accrue portée à ses praticiens dans leur versant le plus actif.

Bibliographie

Armstrong K., 2021, A Stitch in Time, K.L.A. Fricke Inc (livre auto-publié).

Besson, A., 2015, MOOC Fantasy, De l’Angleterre victorienne au Trône de fer. En ligne : https://www.fun-mooc.fr/courses/univartois/35001S02/session02/courseware/ad9e8f03c6bc47779814c. Consulté le 28 mai 2023.

Clarke, S., 2014, Jonathan Strange and Dr Norrell, Londres, Bloomsbury.

Datlow, E., 2013, Queen Victoria’s Book of Spells: An Anthology of Gaslamp Fantasy, New York, NY, Tor Books.

Drew, P.., 2013, The Gaslamp Fantasy Campaign Book, livre électronique auto-édité disponible sur plusieurs plateformes dont Kindle.

Duvezin-Caubet, C., 2017, Dragons à vapeur : pour une poétique de la fantasy néo-victorienne, Thèse de doctorant soutenue le 29 septembre 2017. En ligne : https://theses.hal.science/tel-01680496/document Consulté le 28 mai 2023.

Foglio, K., 2001-, Girl Genius. En ligne : https://www.girlgeniusonline.com. Consulté le 28 mai 2023.

Hieber, L.R., 2020, A Spectral City, NetGalley (livre auto-publié).

Rouyer, A., 2014, « Bewitched, Bothered and Betrothed: An Intro to Gaslamp Fantasy », archive du site de la New York Public Library. En ligne : https://wayback.archive-it.org/18689/20220312211246/https://www.nypl.org/blog/2014/04/22/bewitched-bothered-betrothed-intro-gaslamp-fantasy Consulté le 28 mai 2014.

Notes

1 Par exemple dans les deux best-sellers autopubliés en ligne A Stitch in Time de Kelley Armstrong (2021) et A Spectral City de Leanna Renee Hieber, NetGalley (2020), ou l’anthologie de nouvelles Queen Victoria’s Book of Spells: An Anthology of Gaslamp Fantasy (Datlow, 2013).

2 Le plus connu est Girl Genius, de Kaja Foglio : c’est d’ailleurs cette dernière qui invente le terme de « Gaslamp fantasy » (Foglio, 2021).

3 Par exemple dans Dishonored (Bethesda, 2009).

4 Les campaign workshops sont des ateliers de préparation des campagnes de jeux de rôle, où tous les détails du jeu sont présentés et peuvent faire l’objet de discussion : ils sont distincts du scénario du jeu de rôle, tout en l’accompagnant et en le complétant.

5 Voir cependant la thèse de Caroline Duvezin-Caubet (2017) et le MOOC d’Anne Besson sur la Fantasy (2015).

6 Site Internet TVTropes, page « Gaslamp fantasy », https://tvtropes.org/pmwiki/pmwiki.php/Main/GaslampFantasy. Traduction personnelle.

7 « Si une personne essaie d’inventer un nouveau dispositif, elle peut utiliser le moyen le plus simple de le réaliser. Si c’est un sorcier et qu’il peut réaliser ce qu’il veut en utilisant principalement la magie, il le fera. S’il peut produire ce qu’il veut le plus facilement en n’utilisant que des artifices mécaniques, alors il est probable que ce sera la voie qu’il empruntera » (Drew, 2013 : éd. électronique). Traduction personnelle.

8 « Gloriana : Setting Pitch », post sur le forum du site RPG.net, 12 juillet 2020, https://forum.rpg.net/index.php?threads/campaign-workshop-gloriana-gaslamp-fantasy-for-d-d-5e.849431. Traduction personnelle.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Laurent Di Filippo (24 août 2023). [Article] Les jeux de rôle Gaslamp Fantasy : débats sur un genre néo-victorien contemporain. Mundus Fabula. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/req9


Laurent Di Filippo

MCF en SIC, docteur en SIC et études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search