[Article] Du texte à l’écran : The Rings of Power, métamorphose d’une fiction

 

Laura Martin-Gomez

Laboratoire Textes et Cultures (Université d’Artois)

En novembre 2017, les médias annoncent la vente de droits d’adaptation de l’œuvre de Tolkien à Amazon pour la production d’une « adaptation télévisée » qui se passe avant La Communauté de l’Anneau[1]. Le Seigneur des Anneaux est une œuvre littéraire déjà adaptée à de multiples reprises, particulièrement avec un grand succès de réception dans les films réalisés par Peter Jackson (2001-2003). De nombreuses autres adaptations et produits dérivés du Seigneur des Anneaux ou du Hobbit existent et sont plus ou moins proches du matériau source : la Terre du Milieu, univers fictionnel de Tolkien, est devenue de fait un objet transmédiatique (Jenkins, 2013).

Les fans de Tolkien, habitués depuis des décennies à cette résurgence cyclique de nouveaux supports, ont l’habitude de réagir et de spéculer en amont de la sortie annoncée d’une nouvelle adaptation (Martin-Gomez, 2020 : 386-389). La future série Amazon ne fait pas exception : les fans commentent énormément, d’abord dans le silence total des producteurs dans les premières années après la première annonce, puis en réaction au bombardement publicitaire dans les quelques mois avant le début de la diffusion de la série, le 2 septembre 2022.

Cette étude a pour objectif de déterminer quels liens peuvent être établis entre la fiction littéraire de J. R. R. Tolkien et la série Les Anneaux de Pouvoir produite par Amazon Prime. Dans une perspective de réception fanique, nous commenterons les difficultés éprouvées par les fans pour définir l’objet final qu’est la série, tour à tour désignée comme « prequel », « fan fiction », « adaptation » ou « œuvre dérivée ».

« L’ombre du passé » : droits d’auteur et matière fictionnelle de la série

Tout d’abord, reprenons rapidement l’histoire de l’acquisition des droits d’adaptation et des productions qui en ont découlé. J. R. R. Tolkien vend les droits d’adaptation du Seigneur des Anneaux et du Hobbit à United Artists en 1969. Cette vente effective a lieu alors que de nombreuses rumeurs et « fausses alertes » avaient déjà circulé dans les communautés de fans, ce qui fait remonter au tout début du fandom tolkienien la perspective d’adaptation de l’œuvre littéraire (Martin-Gomez, 2020 : 30-44). En 1976, les droits sont revendus à Saul Zaentz, ce qui aboutit à une production par Ralph Bakshi (The Lord of the Rings, 1978) et aux téléfilms de Rankin & Bass (The Hobbit, 1977 et The Return of the King, 1980). Après négociations et divers rebondissements, la New Line Cinema se procure une option qui donne naissance aux six films réalisés par Peter Jackson (Le Seigneur des Anneaux, 2001-2003, et Le Hobbit, 2012-2014). Alors que s’achève tout juste un procès épineux entre le Tolkien Estate et Warner Bros. qui a les droits de diffusion, Amazon obtient un achat « conjoint » de certains droits en 2017 pour produire une série télévisée. Le communiqué de presse indique ainsi brièvement : « Située en Terre du Milieu, l’adaptation télévisée explorera de nouvelles intrigues précédant la Fraternité de l’Anneau de J.R.R. Tolkien. L’accord comprend aussi la possibilité d’une série spin-off »[2]. Le projet qui a été accepté par Amazon et qui a permis d’aboutir à cette vente des droits a été celui présenté par Patrick McKay et J. D. Payne, leur objectif annoncé étant de « chroniquer les cinq premières minutes de La Communauté de l’Anneau de Jackson – le prologue raconté par Galadriel qui narrait l’histoire des anneaux de pouvoir – sur cinq saisons »[3].

figure 1. Arbre des droits des oeuvres de Tolkien

Bien évidemment, ce projet pose dès le départ des problématiques liées aux droits d’auteur. Bien que les détails contractuels soient confidentiels, nous pouvons estimer que le contenu fictionnel auquel les showrunners ont accès est assez maigre. Il y a les références ou éléments de récits tirés du Seigneur des Anneaux : ainsi les poèmes mentionnant Gil-Galad et Elendil ou encore le récit de Gandalf dans le chapitre 2, « L’ombre du passé » (« The Shadow of the Past »), auquel le titre du premier épisode de la série fait évidemment écho (en anglais, « A Shadow of the Past », l’article indéfini proposant une très légère variation avec le titre dans le livre, là où le titre français « L’ombre du passé » efface la distinction). Les Appendices proposent par ailleurs de maigres éléments sur le Deuxième Âge : les « Annales » (Appendice A) comportent quelques pages sur les rois de Númenor tandis que « Le Compte des Années (chronologie des Terres de l’Ouest) » (Appendice B) propose quelques paragraphes sur l’histoire du Deuxième Âge. Il y a probablement eu quelques accords ponctuels et précis comme pour l’usage de la carte de Númenor par exemple, publiée dans Contes et Légendes Inachevés et dont les droits d’adaptations n’ont pas été vendus. Une quantité importante d’informations sur la période que la série entend raconter est donc hors limites, comme par exemple le chapitre du Silmarillion du même nom que la série (« Les Anneaux du Pouvoir et le Troisième Âge ») ou encore les textes publiés dans Contes et Légendes Inachevés qui traitent de Númenor, mais aussi des Istari ou des Palantiri[4]… Il a été par ailleurs annoncé que le Tolkien Estate garderait un œil sur la production avec l’idée qu’il serait impossible de contredire ce que Tolkien a écrit, la presse parle de « collaboration » ou de « coopération » avec le Tolkien Estate [5] : ceci viendrait conforter l’idée que la série respecterait le « canon » de l’œuvre.

Il s’avère ainsi que le synopsis annoncé de la série amène instantanément son lot de difficultés en termes de source fictionnelle et de droits d’auteur : le contenu narratif de la série tiré de l’œuvre de Tolkien pointe vers la nécessité d’un véritable exercice d’équilibriste. De ce fait, dès 2017, les fans se sont interrogés sur le degré d’invention fictionnelle nécessaire pour produire la série.

Une série « Terre du Milieu » par Amazon Prime

Production d’un studio jeune mais affilié à l’une des entreprises les plus influentes mondialement, la série « Amazon Prime » a bénéficié d’une stratégie marketing tout à fait remarquable. Après une absence totale d’annonces pendant presque un an et demi, une carte de la Terre du Milieu est dévoilée avec le titre provisoire sous forme de hashtag « #LOTRonPrime » en février 2019. Celle-ci affiche quelques noms de lieux, qui provoquent discussions et suppositions quant au récit à venir, et elle est ensuite complétée au cours des semaines qui suivent. Puis, il se passe presque deux ans sans autre annonce que celle de quinze membres du casting en janvier 2020. En 2021, le synopsis de la série est dévoilé en janvier puis une première photo officielle est diffusée en août. Ce n’est qu’à partir de janvier 2022 que les annonces se multiplient et s’accélèrent avant la sortie en septembre : titre et premier teaser (janvier), affiches et bande-annonce (février), bandes-annonces plus longues (juillet-août). L’espacement chronologique des annonces, qui a permis la spéculation importante des fans, laisse place à une accélération de dévoilement des contenus, en parallèle d’une campagne marketing très soutenue. En effet, si le studio a opté pour une absence de merchandising (à la surprise des fans), la publicité, permise par la forte de frappe du groupe Amazon, est quant à elle omniprésente. Au-delà des nombreuses publicités en ligne, nous pouvons mentionner le trailer diffusé au lancement du SuperBowl aux États-Unis ou les rubans adhésifs aux couleurs de la série sur les colis Amazon.

Le choix des termes utilisés dans le cadre de la série nous a semblé intéressant du point de vue de son identification. Tout d’abord, le titre définitif n’a été dévoilé que neuf mois avant sa sortie. Auparavant le titre était simplement « The Lord of the Rings » (utilisé dans le hashtag « LOTRonPrime » ou les publicités), associé à l’idée qu’il s’agissait d’une franchise. Par ailleurs, les diverses annonces officielles autour de la série se sont gardées de définir celle-ci comme une adaptation, optant plutôt pour un repérage chronologique par rapport au Seigneur des Anneaux, comme dans le synopsis révélé en janvier 2021 : « La future série d’Amazon Studios porte aux écrans pour la première fois les légendes héroïques du fabuleux Deuxième Âge de l’histoire de la Terre du Milieu. Ce drame épique se situe des milliers d’années avant les événements du Hobbit et du Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien »[6]. Le générique du premier épisode de la série indique quant à lui que la série est « basée sur Le Seigneur des Anneaux et les Appendices de Tolkien ».

C’est dans ce cadre que les showrunners McKay et Payne ont développé leur histoire. Nous allons voir comment la série se veut à la fois un hommage à l’œuvre de Tolkien (pour un public fan de l’œuvre littéraire), une allégeance aux adaptations de Peter Jackson (pour les fans de la Terre du Milieu en tant qu’univers déjà transmédiatique), et une série hollywoodienne (pour le grand public, qui doit pouvoir apprécier la série sans forcément déjà connaître l’univers).

Tout d’abord, les scénaristes se sont définis comme grands fans de Tolkien et leurs interviews ou leurs discours lors d’avant-premières affichent systématiquement cette identité. En cela, ils rejoignent la posture déjà adoptée par Peter Jackson il y a plus de vingt ans, l’objectif étant de réduire les inquiétudes des fans quant au contenu narratif de la série : implicitement, l’idée sous-jacente est qu’être un « grand fan » impliquerait un respect strict de l’œuvre littéraire. Cette posture les amène par ailleurs à citer l’auteur lui-même, quitte à tronquer ses citations, comme avec la lettre 131 à Milton Waldman[7] : cela leur permet ainsi de justifier le processus de « réappropriation créatrice » comme étant légitimé par l’auteur lui-même. Dans la série, certains choix narratifs ou photographiques semblent spécifiquement dirigés vers les fans de Tolkien et peuvent fonctionner comme des « easter eggs »[8] littéraires, comme l’évocation de Valinor et de l’attaque de Morgoth et Ungoliant, passages du Silmarillion esquissés sans être explicites, la toute première image diffusée représentant d’ailleurs les Arbres de Valinor. Les réalisateurs semblent mettre un point d’honneur à représenter des lieux de la Terre du Milieu jusque-là non portés à l’écran (comme le Forodwaith dans le premier épisode) ou de proposer une romance elfe-homme (en écho à celles contées dans Le Silmarillion ?). Dans diverses interviews est aussi mise en avant l’importance du travail effectué sur les accents ou la langue utilisée par chaque peuple, comme en hommage au philologue qu’était Tolkien[9].

En parallèle, une véritable allégeance, en particulier esthétique, semble vouée aux adaptations de Peter Jackson[10]. Par exemple, l’intégration des hobbits et de magiciens a été annoncée comme nécessaire pour représenter la Terre du Milieu :

Est-ce que la série va mettre des hobbits dans le Deuxième Âge ? Pour faire court (si on peut dire), oui et non. « L’une des choses très spécifiques que disent les textes est que les hobbits n’ont jamais fait quoi que ce soit d’historique ou de remarqué avant le Troisième Âge », dit McKay. « Mais est-ce qu’on a vraiment l’impression d’être en Terre du Milieu si vous n’y avez pas des hobbits ou quelque chose comme des hobbits ? »[11]

Ainsi, la torsion de la fiction originelle passe par cette idée que certains personnages sont attendus par le public qui est déjà familier d’une certaine Terre du Milieu. De plus, l’hommage esthétique aux films de Peter Jackson est rendu évidemment à travers la photographie soignée, le travail sur les costumes ou encore le choix d’une équipe artistique qui est partiellement la même (John Howe et Alan Lee ont ainsi participé aux deux projets). Le Balrog ou le Sauron dans la série semblent ainsi directement tirés du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson. Cependant certains choix se démarquent de ceux des films, comme pour la représentation des orques ou des wargs, ou les coiffures des elfes. Ainsi, alors que dans les films de Peter Jackson les elfes avaient tous les cheveux longs et lisses, ceux de la série ont parfois des coupes assez courtes, ce qui n’a pas été sans faire réagir de nombreux fans. Il est possible que pour ce choix esthétique, ce soit le film de Ralph Bakshi qui ait servi d’exemple. Parfois, comme dans le cas de Narsil[12], le même objet est représenté différemment dans les films et la série, probablement pour une question de droits (les accessoires étant les plus à mêmes d’être reproduits et vendus comme produits dérivés…). Tout comme le récit contient des références à peine voilées au Silmarillion, les scénaristes ont aussi intégré des citations partielles des films comme avec la réplique de l’Étranger, « [dans] le doute, Eleanor Brandepied, il faut toujours suivre son flair », dont la formule est directement tirée de La Communauté de l’Anneau lorsque Gandalf s’adresse à Merry dans la Moria – un des multiples moyens de relancer l’abondante spéculation autour du personnage mystère qu’est l’Étranger.

Enfin, la production d’une série au budget aussi important que celui annoncé pour Les Anneaux de Pouvoir implique sans surprise une adaptation à un public contemporain, ce qui a amené le studio à respecter certaines exigences de diversité dans le casting, tout en créant un certain nombre de personnages qui viennent faciliter cette mixité voulue. Le choix assumé de resserrer drastiquement la chronologie des événements relatés par Tolkien est explicitée par les showrunners :

Si l’on suit précisément le texte au pied de la lettre, on se retrouve à raconter une histoire dans laquelle les personnages humains meurent à chaque saison parce que l’on fait des sauts de 200 ans dans le temps, et on ne rencontre pas les personnages importants du canon avant la saison 4. Écoutez, il y a probablement des fans qui veulent que nous fassions un documentaire de la Terre du Milieu, mais nous allons raconter une seule histoire qui unit tous ces éléments.[13]

Leur propos semble justifier la présence de personnages principaux sur plusieurs saisons dans l’idée que cela est nécessaire pour permettre le succès d’audience ou le succès commercial.

La combinaison d’exigences commerciales et de présupposés sur ce qui est attendu par les fans de Tolkien ou de la Terre du Milieu amène ainsi une création fictionnelle hybride, qui peut laisser perplexe l’ensemble des publics visés, même si cela a lieu pour des raisons différentes. Les showrunners semblent en effet suivre plusieurs objectifs et viser plusieurs publics à la fois, avec parfois dans leurs propres discours une mise en opposition de ces différents publics. Prenons l’exemple de la légende du mithril, racontée par Gil-Galad dans l’épisode 5 : à partir de l’information dans le texte de Tolkien que l’anneau Nenya de Galadriel est en partie composé de mithril, l’intrigue, complètement inventée pour la série, se déroule en s’agrémentant d’éléments connus du public fan des films comme le Balrog, tout en allant à l’encontre de l’esprit de la fiction initiale (l’idée que les elfes puissent être sauvés d’un dépérissement rapide grâce à l’utilisation d’un métal n’est pas cohérente avec la manière dont Tolkien concevait ses peuples et son univers). Ce passage semble ainsi fonctionner comme un MacGuffin[14] pour justifier les relations tendues entre les elfes et les nains, et le sentiment d’urgence vécu par les Elfes face à leur déliquescence accélérée. Les éléments scénaristiques semblent ainsi principalement présents pour leurs effets spectaculaires, qui viennent souligner le registre épique du récit, par exemple avec l’apparition de l’homme-comète ou l’explosion d’Orodruin qui « crée » le Mordor.

« Le bruit et la fureur » : questions de réception

La stratégie commerciale autour de la série Les Anneaux de Pouvoir s’intègre dans un contexte de production sérielle de fantasy très chargée. Dans le sillage du succès de Game of Thrones (2011-2019), de multiples studios et plateformes ont lancé leurs propres séries ou acheté les droits d’auteur. Nous pouvons citer, parmi d’autres, The Witcher (depuis 2019) et Dark Crystal : Age of Resistance (2019) pour Netflix, His Dark Materials pour New Line (2019-2022), ou encore The Wheel of Time pour Amazon Prime (depuis 2021). La diffusion de la série est elle-même confrontée à une simultanéité avec celle qui est considérée comme une concurrente directe, House of the Dragon (HBO ; série préquelle à Game of Thrones, annoncée en 2019, qui est diffusée à partir d’août 2022), la première diffusion étant avancée de quelques jours avec deux épisodes au lieu d’un seul. La sortie de la série s’inscrit aussi dans un moment de « franchisation » massif d’univers fictionnels, bien au-delà des maintenant traditionnels Marvel ou DC Comics, avec une production importante de « préquelles » et « suites » comme la susmentionnée House of the Dragon, mais nous pouvons évoquer aussi la minisérie The Witcher : Blood Origin ou encore Willow (suite du film de 1988 par Disney+).

Dans ce contexte de prolifération des objets sériels, la couverture médiatique est un élément crucial pour se distinguer et accentuer l’effet d’attente. La série Les Anneaux de Pouvoir est ainsi proclamée, à l’instar d’une prophétie auto-réalisatrice, comme « très attendue ». La multiplication des annonces provoque une mobilisation massive de « trolls » sur les réseaux sociaux, avec des propos polémiques souvent à tendance raciste, proches de ceux tenus par les suprémacistes blancs américains, en particulier en réaction aux affiches diffusées en février 2022. En écho à cette visibilité décuplée par les réseaux, Amazon Prime fait preuve d’une volonté de censure (posture qui pourrait avoir été prévue en amont pour accentuer la médiatisation autour du phénomène de la série), par exemple en bloquant la possibilité de poster des commentaires sur la série sur leur propre site pendant les cinq jours qui suivent la première diffusion.

Face à cette saturation de l’espace médiatique, nous avons étudié la manière dont les fans de Tolkien ont choisi de désigner la série, et par extension, leur positionnement par rapport à celle-ci. Cette étude a été menée sur trois forums différents : TolkienGuide, TheOneRing et Tolkiendil.

Dès les premières annonces sur la série en 2017, les fans utilisent pour leur propre compte le terme de « prequel », exprimant la crainte que la série veuille expliquer toutes les origines du Seigneur des Anneaux, ce qui est considéré comme un écueil typique des prequels ; ce terme est ensuite utilisé dans la presse à partir de 2019. L’existence des elfes, immortels, permet de porter à nouveau à l’écran des personnages familiers car présents dans Le Seigneur des Anneaux, qui se déroule beaucoup plus tard, ce qui semble pratique d’un point de vue narratif pour la réalisation d’un prequel. Toutefois, ce terme n’est pas utilisé de manière homogène par les fans : assez peu présent sur les forums de Tolkiendil et TolkienGuide, il l’est beaucoup plus sur TheOneRing, qui est une plateforme consacrée très majoritairement aux adaptations cinématographiques de Tolkien. Tout se passe comme si le terme de « prequel » se prêtait plus à l’usage dans le cadre d’une fiction déjà considérée comme transmédiatique, plutôt que lorsque celle-ci est d’abord considérée comme œuvre littéraire (si « prequel » il y a, ne serait-ce pas déjà Le Hobbit en réalité ?).

Dès 2017, le terme de « fan fiction » est utilisé sur TheOneRing : il est alors souvent accompagné de l’adjectif « glorified » (« glorifiée ») ou « expensive » (« chère ») ce qui donne une connotation négative à l’expression, qui désigne originellement des textes de fans écrits dans le cadre d’un univers fictionnel déjà existant. L’usage connoté qui en est fait pour désigner la série d’Amazon prête à ce terme des défauts qui seraient une écriture maladroite ou une déférence trop importante au texte original, le tout associé à l’idée que la production de ladite « fan fiction » n’est que purement commerciale, et non méritée. Sur le forum de Tolkiendil[15], ce terme ne se fraie un chemin qu’en 2022, au moment où son usage est devenu intensif dans la presse, mais il est presque systématiquement accompagné d’une réflexion sur le fait que ce terme est en réalité inadapté et que la connotation négative véhiculée porte ombrage aux véritables fanfictions, dont la nature-même exclut la possibilité d’une commercialisation. Cette réflexion trouve sa place au cours de la même période sur les deux forums anglophones. En fin de compte, l’utilisation de ce terme par des fans eux-mêmes, ainsi que sa remise en question dans un deuxième temps, semble être le signe d’une segmentation importante du public fan, plus ou moins familier des pratiques communautaires.

Par contraste, le terme d’« adaptation » est lui très peu utilisé, avec cette idée que l’adaptation aurait eu besoin d’un « texte » sur lequel se baser (Sanders, 2015 : 21-34). Les expressions « œuvre dérivée » ou « inspirée de », qui semblent a priori les plus à même de désigner le rapport entre la fiction de Tolkien et la série Les Anneaux de Pouvoir (McFarlane, 1996), sont elles aussi peu utilisées. Nous émettons l’hypothèse que les raisons en sont probablement discursives, ces tournures de phrase étant plus contraignantes syntaxiquement parlant qu’un mot-valise comme « fan fiction », par exemple.

Conclusion

Entre les influences entremêlées d’adaptations multiples à l’écran, y compris vidéoludiques comme Middle-earth : Shadow of Mordor (2014), et les présupposés de départ, liés à la question des droits d’auteur et aux choix des showrunners – contrainte d’un texte-source de quelques pages –, la série Les Anneaux de Pouvoir représente une version de la Terre du Milieu qui est le fruit de nombreuses transformations de l’univers fictionnel près de 70 ans après la publication du Seigneur des Anneaux. Le résultat est un produit hybride transmédiatique qui atteint le succès d’audience, avec une réception critique très mitigée et des fans plutôt divisés : nous faisons l’hypothèse que les fractures se font principalement le long de la frontière entre fans de l’œuvre de Tolkien et fans de la Terre du Milieu transmédiatique, mais une étude plus approfondie serait nécessaire pour confirmer celle-ci.

Bibliographie

Bourdaa M., 2021, Les fans, publics actifs et engagés, Caen, C&F Editions, coll. « Les enfants du numérique ».

Jenkins H., 2013, « La licorne origami contre-attaque », Terminal n°112, pp. 11-28.

McFarlane B, 1996, Novels to Films—An Introduction to the Theory of Adaptation, Oxford : Clarendon Press.

Martin-Gomez L., 2020, « La réception de l’œuvre de Tolkien par ses fans aux États-Unis, Royaume-Uni et France, 1955-1992 », thèse de littérature comparée, sous la direction d’Anne Besson, Université d’Artois.

Saint-Gelais R., 2011, Fictions Transfuges : La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique ».

Sanders J., 2015, Adaptation and Appropriation, Londres, Routledge.

Sitographie sélective

“10 Burning Questions About Amazon’s The Rings of Power”, Vanity Fair, février 2022. En ligne : https://www.vanityfair.com/hollywood/2022/02/10-burning-questions-about-amazons-the-rings-of-power

“Amazon’s Lord of the Rings Series Rises: Inside The Rings of Power”, Vanity Fair, février 2022. En ligne : https://www.vanityfair.com/hollywood/2022/02/amazon-the-rings-of-power-series-first-look

“Exclusive Interview with Tom Shippey concerning LOTRonPrime”, interview de Tom Shippey, juillet 2019. En ligne : https://www.tolkiengesellschaft.de/30918/exklusive-interview-with-tom-shippey-concerning-lotronprime

 

Sources primaires (forums) :

http://newboards.theonering.net/forum/gforum/perl/gforum.cgi?forum=20;guest=286318228

https://www.tolkienguide.com/modules/newbb/viewforum.php?forum=27

https://forum.tolkiendil.com/thread-8147.html

Notes

[1] Nous renvoyons ici au titre du film de Peter Jackson (2001), dans la lignée duquel s’inscrit nettement la série The Rings of Power. Pour les références au premier tome de J.R.R. Tolkien, nous nous appuierons sur la nouvelle traduction du titre par Daniel Lauzon, La Fraternité de l’Anneau.

[2] “Set in Middle Earth, the television adaptation will explore new storylines preceding J.R.R. Tolkien’s The Fellowship of the Ring. The deal includes a potential additional spin-off series”, cité dans Variety en novembre 2017, https://variety.com/2017/tv/news/lord-of-the-rings-tv-series-amazon-1202613609/.

[3] “Chronicle the first five minutes of Jackson’s The Fellowship of the Ring — the Galadriel-narrated prologue that told the story of the rings of power — during the course of five seasons”, « ‘The Rings of Power’ Showrunners Break Silence on Backlash, Sauron and Season 2”, The Hollywood Reporter, octobre 2022, https://www.hollywoodreporter.com/tv/tv-features/the-rings-of-power-showrunners-interview-season-2-1235233124/.

[4] Les Istari sont un ordre de magiciens auquel appartiennent par exemple Gandalf et Saruman, personnages du Seigneur des Anneaux. Les Palantiri sont les pierres de vision, aussi montrées dans Le Seigneur des Anneaux.

[5]Dans une interview de 2019, Tom Shippey, qui travaillait encore sur le projet, explique que « le Tolkien Estate va s’assurer que la forme globale du Deuxième Âge n’est pas altérée. » (https://www.tolkiengesellschaft.de/30918/exklusive-interview-with-tom-shippey-concerning-lotronprime/).

[6] “Amazon Studios’ forthcoming series brings to screens for the very first time the heroic legends of the fabled Second Age of Middle-earth’s history. This epic drama is set thousands of years before the events of J.R.R. Tolkien’s The Hobbit and The Lord of the Rings”, https://www.theonering.net/torwp/2021/01/12/110065-exclusive-official-show-synopsis-for-amazons-lord-of-the-rings-series/.

[7] « [Tolkien] a dit qu’il voulait créer une mythologie interconnectée qui laisserait tout de même le champ libre “à d’autres esprits et à d’autres mains, pratiquant le dessin, la musique et le théâtre” Il voulait que d’autres artistes lui succèdent et continuent à pousser les frontières de l’expansion de ce que la Terre du Milieu pouvait être. » (“[Tolkien] said he wanted to create an interconnected mythology that still would leave room for ‘other minds and hands wielding paint and music and drama.’ He wanted other artists to come after him and continue to push the boundaries of expanding what Middle-earth could be.”, Vanity Fair,“10 Burning Questions About Amazon’s The Rings of Power”, février 2022, https://www.vanityfair.com/hollywood/2022/02/10-burning-questions-about-amazons-the-rings-of-power ). La suite de la citation originale est « Absurde » (Lettres, p. 209).

[8] Un « easter egg » (qui signifie originellement « œuf de Pâques ») est une fonction ou message utilisé en particulier dans les jeux vidéo, mais plus récemment dans les films ou les séries, à destination d’un public connaisseur et friand de repérages.

[9] Voir par exemple la réponse à la question « Est-ce que cela ressemblera au Seigneur des Anneaux ? » (usage du verbe « sound » en anglaise, c’est-à-dire est-ce que les accents et / ou les voix seront comme…) dans “10 Burning Questions About Amazon’s The Rings of Power”.

[10] « Bien que la série ne soit pas une suite exacte du Seigneur des Anneaux de Peter Jackson, elle ne devrait pas se heurter à l’univers cinématographique que les fans ont appris à connaître et aimer » (While the series is not a precise continuation of Peter Jackson’s The Lord of the Rings, it shouldn’t clash with the cinematic world fans have come to know and love.”, “10 Burning Questions About Amazon’s The Rings of Power”).

[11] “Is the series going to put hobbits in the Second Age? In short (so to speak), yes and no. ‘One of the very specific things the texts say is that hobbits never did anything historic or noteworthy before the Third Age,’ says McKay. ‘But really, does it feel like Middle-earth if you don’t have hobbits or something like hobbits in it?’”, Vanity Fair, “Amazon’s Lord of the Rings Series Rises: Inside The Rings of Power”, février 2022, https://www.vanityfair.com/hollywood/2022/02/amazon-the-rings-of-power-series-first-look.

[12] Narsil est l’épée d’Elendil, brisée puis reforgée pour devenir l’épée Andúril portée par Aragorn dans Le Seigneur des Anneaux. Il s’agit donc d’un accessoire visible à la fois dans la série et dans les films de Peter Jackson, mais les deux épées ne sont pas visuellement identiques.

[13] “If you are true to the exact letter of the law, you are going to be telling a story in which your human characters are dying off every season because you’re jumping 200 years in time, and then you’re not meeting really big, important canon characters until season four. Look, there might be some fans who want us to do a documentary of Middle-earth, but we’re going to tell one story that unites all these things.”, “Amazon’s Lord of the Rings Series Rises: Inside The Rings of Power”.

[14] Un MacGuffin est un prétexte au développement du scénario, il s’agit souvent d’un objet mais semble pouvoir s’appliquer à cette situation précise.

[15] Forum Tolkiendil, Fil de discussion « [Série] Le Seigneur des Anneaux – Les Anneaux de Pouvoir », https://forum.tolkiendil.com/thread-8147.html.



Citer ce billet
Laurent Di Filippo (2023, 30 juillet). [Article] Du texte à l’écran : The Rings of Power, métamorphose d’une fiction. Mundus Fabula. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/req1

Laurent Di Filippo

MCF en SIC, docteur en SIC et études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search