[Article] Introduction : Médiévalisme en séries

Médiévalisme en séries

Introduction

House of the Dragon
Season 1(HBO, 2002)

 

Florian Besson

historien (Actuel Moyen Âge)
actuelmoyenage [ at ] gmail.com

Justine Breton

Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires (CRIMEL, EA 3311 – Université de Reims Champagne-Ardenne)
justine.breton [ at ] univ-reims.fr

 

Alors que les superproductions de séries réinventant le Moyen Âge se multiplient sur la plupart des plateformes, et que l’année 2022-2023 a vu la publication de travaux universitaires proposant d’établir un premier bilan du médiévalisme en tant que champ de recherche (Besson, Blanc, Ferré, 2022 ; Aurell et al., 2023), nous avons souhaité interroger la rencontre de ces deux domaines. À travers un séminaire tenu en ligne, organisé en trois sessions entre novembre 2022 et mars 2023, plusieurs spécialistes de ces questions ont pu interroger la riche production médiévaliste ultracontemporaine, afin de percevoir les échos, les divergences et les prolongements qui existent entre l’étude du médiévalisme et sa représentation sérielle[1].

Sur la seule année 2022, six nouvelles séries médiévalistes de fantasy[2] ont été diffusées, toutes issues d’autres œuvres audiovisuelles, le plus souvent d’autres séries préalablement diffusées sur la même chaîne ou la même plateforme : Vikings : Valhalla (Netflix), House of the Dragon (HBO), Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de pouvoir (Amazon Prime), Berserk : L’Âge d’or – Memorial Edition (Tokyo MX) Willow (Disney+) et The Witcher : L’héritage du sang (Netflix). À l’exception de la série animée Berserk : L’Âge d’or – Memorial Edition, diffusée sur une chaîne commerciale, toutes ces séries sont proposées sur des chaînes ou plateformes à péage, une particularité qui s’explique notamment par le coût de production élevé des programmes médiévalistes ; à l’inverse, la diffusion sur des chaînes ou plateformes à péage explique en retour que ces studios puissent accorder des budgets parfois très conséquents à la production de ces séries. L’explosion de séries médiévalistes en 2022 repose en grande partie sur le succès connu par les « œuvres-mères » – les séries, films ou œuvres littéraires d’où sont tirés ces programmes – et sur l’arrêt en 2019 de la série Game of Thrones (HBO), qui semble avoir laissé une véritable place à prendre dans le paysage sériel. Ces séries dérivées forment avec l’œuvre dont elles sont issues des systèmes de franchises, qui se nouent autour d’enjeux marketing – les séries s’appuient sur un titre ou une marque déjà (re)connu –, d’enjeux de diffusion – les séries bénéficient d’une fanbase déjà construite, qu’il s’agit de satisfaire tout en étendant la série à un public plus large (Escurignan, 2023) – et d’enjeux narratifs – elles prolongent un récit préétabli pour étendre la construction d’un univers (Besson, 2015).

Ces six productions de 2022 ne sont certes pas les premières à s’inscrire dans une lignée sérielle, ou une « série de séries ». Dans le cadre des seules productions médiévalistes, déjà nombreuses (Breton, 2023b), certaines ont été reprises ou rebootées, à l’instar des Rois maudits d’après l’œuvre de Maurice Druon (une série en 1972-1973, une autre en 2005) ou des reprises régulières de Berserk d’après le manga de Kentarō Miura : une série en 1997-1998 et une autre en 2016-2017, avant la reprise anthologique depuis 2022. Il existe également plusieurs cas d’adaptations sérielles d’une suite littéraire, produisant ainsi des séries ou mini-séries distinctes mais liées par leur narration, leur esthétique et, parfois, leurs enjeux de réalisation et de production. C’est ainsi que deux des romans de Ken Follett sont adaptés dans les mini-séries Les Piliers de la Terre (2010) et Un monde sans fin (2012). De même, les mini-séries The White Queen (2013) et The White Princess (2017), suivies de la série The Spanish Princess (2019-2020), adaptent plusieurs romans compilés de Philippa Gregory et forment ensemble une suite de séries. Chaque fois, le récit développé dans ces œuvres repose sur des questions chronologiques, puisque le spectateur est invité à suivre une succession de générations de personnages. Or, il s’agit d’un élément fondamental dans la construction des franchises sérielles de 2022.

Avant cette explosion sérielle de l’année 2022, on peut souligner que Netflix avait déjà tenté le même procédé en 2019 avec Dark Crystal : Le Temps de la résistance, une série de fantasy avec des marionnettes qui constitue le prequel du film Dark Crystal (1983) réalisé par Jim Henson et Frank Oz. Il s’agit d’une tentative ambitieuse de la plateforme de vidéo à la demande, qui bénéficie d’un budget important et d’une distribution vocale prestigieuse. Aux côtés de Mark Hamil, d’Anya Taylor-Joy ou encore d’Awkwafina, l’on retrouve notamment deux actrices issues de Game of Thrones : Lena Headey et Nathalie Emmanuel. Ce n’est pas anodin ici : la série Dark Crystal traduit ouvertement l’objectif de Netflix, qui est de s’insérer dans ce qui est perçu comme un véritable « créneau de fantasy médiévaliste » laissé par l’arrêt Game of Thrones. Si cette production se révèle être un échec commercial, elle amorce néanmoins une démarche plus large adoptée par les studios, qui perçoivent désormais les programmes de fantasy médiévaliste comme de potentiels succès. Au-delà des adaptations littéraires, qui apparaissent comme l’une des normes de la production sérielle des années 2000-2010, il s’agit désormais de décliner les séries et œuvres audiovisuelles elles-mêmes.

L’objectif des séries dérivées de l’année 2022 est d’abord de prolonger le succès de leur œuvre-mère. C’est dans cette logique que s’inscrit Berserk : L’Âge d’or – Memorial Edition, qui reprend les trois films Berserk : L’Âge d’or (2012-2013) en en proposant un montage différent, plus dynamique et adapté au format sériel. Le récit est donc identique à celui de l’œuvre-mère, mais sa construction est légèrement altérée pour sa diffusion à la télévision. Les autres franchises de 2022 ajoutent à ce prolongement commercial un prolongement narratif, en proposant une narration construite en amont ou en aval de l’œuvre-mère – une dynamique narrative omniprésente en fantasy, et qui n’est pas sans rappeler la tradition littéraire médiévale des « enfances ». Ainsi, la série Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de pouvoir met en scène le récit des origines des premiers anneaux de pouvoir, du Mordor et le retour de Sauron, environ 3000 ans avant les aventures de La Fraternité de l’Anneau. Ce faisant, comme le souligne bien Laura Martin-Gomez dans son article, elle s’inscrit à la fois – non sans de fascinantes contradictions qui interrogent son rapport à la création autant qu’à la réception par les fans – dans la lignée du Silmarillion de J.R.R Tolkien (1977) et dans la continuité de la trilogie cinématographique de Peter Jackson (2001-2003). De même, la mini-série The Witcher : L’héritage du sang décline l’univers de The Witcher (depuis 2019), adapté de l’œuvre d’Andrzej Sapkowski, et présente la création du premier sorceleur et la Conjonction des sphères, près de 1200 ans avant la série originale de Netflix (Breton, 2023a), tout comme House of the Dragon plonge les spectateurs et spectatrices dans le passé de Game of Thrones. Ces séries dérivées peignent ainsi souvent l’origine des univers, mais aussi de certains personnages marquants de l’intrigue de l’œuvre-mère : Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de pouvoir fait apparaître le roi Durin IV, un lointain ancêtre du nain Gimli, tout en illustrant la jeunesse des elfes Galadriel et Elrond, soumis à de riches variations bien étudiées par Emma Save dans sa communication qui se penche sur l’évolution des elfes développés par J.R.R. Tolkien (Save, 2023) ; The Witcher : L’héritage du sang présente Éile, ancêtre du barde Jaskier ; tandis que House of the Dragon retrace le début du déclin de la famille Targaryen, en se concentrant sur les ancêtres de Daenerys Targaryen dans un récit éloigné de près de 120 ans de l’intrigue de Game of Thrones.

Les autres productions de l’année 2022 font à l’inverse le choix de prolonger le récit de l’œuvre-mère et constituent donc des suites au sens classique du terme, mettant en scène des personnages de descendants de héros d’autrefois : un siècle après le récit d’origine, Vikings : Valhalla fait notamment apparaître Harald Sigurdsson, arrière-petit-fils de Harald à la Belle Chevelure issu de la série Vikings. Quant à la série Willow, limitée à une seule saison et supprimée de sa plate-forme après quelques mois seulement, elle propose une suite directe au film éponyme de 1988, réalisé par Ron Howard, en multipliant les points de jonction : plusieurs acteurs du film réapparaissent dans leur rôle pour la série, le bébé Elora Dana apparaît désormais grandie, et le prince Airk et la princesse Kit sont les enfants de Madmartigan et de la reine Sorsha, prolongeant ainsi les enjeux premiers de l’œuvre-mère. Il s’agit chaque fois de descendances directes ou très rapprochées, qui sont par ailleurs affichées, revendiquées et régulièrement rappelées dans les séries. Les séries dérivées entretiennent donc avec leur œuvre-mère un rapport familier et familial, à la fois parce qu’elles reprennent des esthétiques et des narrations préétablies et parce qu’elles privilégient des récits d’ancêtres ou de descendants.

Ainsi, si ces séries développent une nouvelle image du Moyen Âge, l’on constate qu’il ne s’agit pas nécessairement d’une image nouvelle. Au contraire, elles ont pour la plupart tendance à nier l’étendue temporelle qui leur permettrait de mettre en scène un cadre médiévaliste en évolution entre l’œuvre-mère et la série dérivée, alors même que paradoxalement ces séries proposent parfois un récit étendu sur de nombreuses années[3]House of the Dragon constitue en ce sens une exception, comme l’étudient Soline Anthore-Baptiste et Nicolas Baptiste dans leur article. L’on sait en effet, aujourd’hui mieux que jamais, que le Moyen Âge se caractérise par des modifications à la fois systémiques et de surface, dans tous les domaines – religieux, économiques, sociaux, linguistiques, politiques, etc. Pourtant, le Moyen Âge des séries, y compris entre œuvre-mère et série dérivée, conserve souvent une image et une structure particulièrement figées. Le passage du temps n’est pas perceptible dans les choix linguistiques, puisque toutes ces séries font appel à une langue contemporaine qui aplatit les évolutions que devraient marquer les 100, 300 et pis encore 3000 ans d’histoire qui séparent l’œuvre-mère de sa série-dérivée. Bien entendu, cette neutralisation linguistique s’explique aisément par des raisons pratiques et des enjeux de diffusion – le but étant que la série soit accessible au plus grand nombre –, mais l’une des conséquences de ce choix est que le Moyen Âge de fantasy ainsi mis en scène se trouve figé, inapte à faire évoluer jusqu’à sa langue. De même, toutes ces séries font apparaître une grande permanence des institutions, des fonctions et des normes, ainsi que le souligne Florian Besson dans son article.

Cette stabilité – pour ne pas dire fixité – se retrouve dans la plupart des domaines mis en scène, y compris dans les choix vestimentaires, architecturaux, capillaires et, plus globalement, esthétiques. Peu de variations esthétiques marquées séparent par exemple Rhaenyra et Daenerys Targaryen, alors même que la première meurt un siècle avant la naissance de la seconde. Là encore, cette continuité esthétique s’explique avant tout par des enjeux internes : les séries dérivées, comme dans le cas de n’importe quelle franchise commerciale, doivent respecter un cahier des charges visuels pour pouvoir se revendiquer de l’œuvre-mère et faciliter la reconnaissance du public. Reste que cette immobilité vient renforcer l’idée, très répandue dans le grand public, selon laquelle la période médiévale serait une longue parenthèse de l’histoire, entre une Antiquité flamboyante et une modernité lumineuse : omniprésent en fantasy, ce motif se voit ici offrir une seconde jeunesse dont l’impact sur les imaginaires collectifs ne doit pas être sous-estimé (Besson, 2019).

C’est alors par touches que l’image du Moyen Âge évolue, par des variations esthétiques autour de réplicateurs centraux, comme le château étudié par Yohann Chanoir, ou par des emprunts plus ou moins récurrents à d’autres périodes et systèmes de représentations : ainsi l’intégration ponctuelle d’une esthétique antiquisante permet-elle de faire apparaître une temporalité longue autrement difficile à construire, comme le montre Aurélie Paci dans House of the Dragon. Encore ces références-ci sont-elles à leur tour empreintes de clichés : en l’occurrence, ainsi qu’y revient William Blanc dans son analyse, l’imagerie antique est surtout convoquée pour souligner le déclin de glorieuses civilisations, selon un schéma très ancien qui s’est cristallisé en particulier autour du mythe de la « chute de Rome ».

En plongeant les spectateurs et spectatrices dans des univers de fantasy, ces superproductions médiévalistes contribuent le plus souvent à prolonger d’anciens motifs couramment associés au Moyen Âge, en particulier la violence omniprésente, tout en ménageant, ponctuellement, la place pour de nouvelles thématiques, comme la focalisation sur le corps maternel. Reflets de notre époque autant que de la manière dont nous ne cessons de réinventer le Moyen Âge, elles actualisent le médiévalisme et en mettent en évidence ses enjeux esthétiques et narratifs d’une part, mais aussi et surtout, d’autre part, ses enjeux symboliques voire idéologiques.

Bibliographie

Aurell M., Besson F., Breton J., Malbos L. (dirs), 2023, Les médiévistes face aux médiévalismes, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Besson A., 2004, D’Asimov à Tolkien. Cycles et séries dans la littérature de genre, Paris, CNRS Éditions.

Besson A., 2015, Constellations. Des mondes fictionnels dans l’imaginaire contemporain, Paris, CNRS Éditions.

Besson A., Blanc W., Ferré V. (dirs), 2022, Dictionnaire du Moyen Âge imaginaire, Paris, Vendémiaire.

Besson F., 2019, « Sortir des Moyen Âge imaginaires : le rythme historique de la fantasy médiévaliste », in Besson A. (dir.), Fantasy & histoire(s), Chambéry, ActuSF, pp. 171-193.

Breton J., 2023a, The Witcher, un monde de légendes, Paris, Bragelonne.

Breton J., 2023b, Un Moyen Âge en clair-obscur. Le médiévalisme dans les séries télévisées, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Ferré V., Martin-Gomez L., Save E., Blanc W., « Le Moyen Âge de Tolkien, des romans au petit écran », table ronde présentée au séminaire Médiévalisme en séries, en ligne, 14 janvier 2023. URL : www.youtube.com/watch?v=wCOYlwt2x48.

Escurignan J., 2023, « Fans de séries médiévalistes ou fans du Moyen Âge ? La réception médiatique des séries médiévalistes contemporaines », communication présentée au séminaire Médiévalisme en séries, en ligne, 18 mars 2023.

Save E., 2023, « De l’Elfe de Tolkien à la série The Rings of Power : création d’un être imaginaire issu d’un passé fantasmé », communication présentée au séminaire Médiévalisme en séries, en ligne, 14 janvier 2023. URL : www.youtube.com/watch?v=5Sz0rZ7Sxic.

Notes

[1] Merci aux différentes associations qui ont assuré la diffusion des communications et tables rondes : la Garde de Nuit et Tolkiendil. Nous remercions également Vincent Ferré, qui a accepté de présider une table ronde lors de ce séminaire (Ferré et al., 2023).

[2] Si la série Vikings : Valhalla intègre peu d’éléments de fantasy, elle se situe toutefois dans la droite lignée de la série qui précède, Vikings (2013-2020), qui s’appuyait déjà sur une présence diffuse mais réelle des thèmes de fantasy.

[3] Les séries constituent un médium du temps long, héritant en ce sens d’une ancienne tradition littéraire liée aux feuilletons et aux sagas (Besson, 2004). La diffusion d’une série, lorsqu’elle rencontre un succès commercial, peut d’ailleurs s’étendre sur plusieurs années (neuf ans dans le cas de Game of Thrones, huit pour Vikings). À cela s’ajoute encore la construction de récits étendus, parfois développés sur plusieurs années ou dizaines d’années : la première saison de The Witcher s’étend par exemple de 1210, lorsque Yennefer découvre l’école de magie d’Aretuza, à 1263 avec la bataille du Mont Sodden.



Citer ce billet
Laurent Di Filippo (2023, 30 juillet). [Article] Introduction : Médiévalisme en séries. Mundus Fabula. Consulté le 25 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/req6

Laurent Di Filippo

MCF en SIC, docteur en SIC et études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30/07/2023

    […] Introduction – Florian Besson et Justine Breton […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search