[Article] Des modes de reconstitution d’un univers fictionnel : le cas de la Terre du Milieu de J. R. R. Tolkien

Laura Martin-Gomez

Université d’Artois, Laboratoire Textes et Cultures

laura.martin-gomez [at] laposte.net

Victorien Poncelet

La « Terre du Milieu », univers fictionnel créé par l’auteur britannique J. R. R. Tolkien et principalement connu à travers son œuvre majeure qu’est Le Seigneur des Anneaux (1954-55), est aujourd’hui un pilier de la culture populaire et associée depuis ses débuts à la culture « geek » (Peyron, 2013). Très rapidement adoptée par des lecteurs investis et passionnés, que nous appellerons « fans » par commodité1, la Terre du Milieu a ainsi fait l’objet de très nombreuses « reconstitutions »2, des plus intimes et amatrices aux plus professionnelles et commerciales, comme le furent les adaptations au cinéma de Peter Jackson (2001-2003).

L’exemple de la Terre du Milieu permet d’illustrer comment une œuvre littéraire de fantasy se transforme en un imaginaire réapproprié par son public de fans – c’est-à-dire que les fans se servent de l’imaginaire issu de la fiction d’un auteur à des fins qui leurs sont propres en lui trouvant un usage dans l’environnement réel. Cette réappropriation est une pratique reconnue et largement étudiée (Peyron, 2016), qui recouvre des activités telles que l’usage du costume ou la collection d’objets dérivés. La « Terre du Milieu », « œuvre-monde » originellement fiction littéraire, est ainsi un exemple d’univers fictionnel favorisant particulièrement le phénomène d’immersion des fans et donc dappropriations en tous genres (Martin-Gomez, 2020)3.

Si les pratiques d’appropriation par les fans de science-fiction ou les « geeks » au sens large ont été largement commentées (Jenkins, 1992 ; Peyron, 2013), il nous semble intéressant de nous pencher sur les pratiques propres à des fans d’un univers spécifique et avant tout littéraire. Cet article se propose ainsi de montrer comment les diverses pratiques de « fans de la Terre du Milieu »4 représentent des manières spécifiques d’expérimenter avec l’univers de fantasy et d’inscrire celui-ci dans notre « monde primaire » (Tolkien, 1964)5 et, par là, reflètent différents modes d’appropriation de la fiction. Pour ce faire, nous nous appuierons tout particulièrement sur le corpus recueilli pour notre thèse. Dans un premier temps, il s’agit de fanzines, publiés principalement au Royaume-Uni et aux États-Unis entre les années 1960 et 1990, et issus de collections privées ou de la Gary Hunnewell Collection (Marquette University). Le corpus est aussi composé de témoignages rassemblés à partir de divers projets (appel à témoignages personnel, Tolkien Experience Project, Tolkien Fandom Oral History Collection) et est complété par une sélection de publications sur le groupe Facebook de la Tolkien Society (association anglophone internationale consacrée à l’auteur depuis 1969) qui permettait d’illustrer les éléments déjà identifiés au préalable. L’observation de ces pratiques effectives de fans, à la lumière des fan studies (Jenkins, 1992 ; Hills, 2002) et des études sur les usages contemporains de la fiction (Saint-Gelais, 2011 ; Besson, 2015), nous permet d’en proposer un panorama éclairant. Malgré les limites inhérentes qui s’imposent aux catégorisations, il nous a semblé pertinent de classer ses « modes de reconstitution » en trois grands types : la matérialité – c’est-à-dire la recréation de la Terre du Milieu au moyen d’objets –, les activités pratiquées, et enfin, le langage – des éléments de communication aux choix des noms propres.

La Terre du Milieu « matérialisée », de la fiction à l’objet métonymique

La recréation la plus évidente de la Terre du Milieu est celle qui passe par la matérialité. Des objets, sélectionnés ou confectionnés par les fans, permettent une représentation métonymique de la Terre du Milieu dans le monde primaire. L’objet-livre est l’objet possédé par le passionné qui permet une première incarnation évidente de la Terre du Milieu, puisque cet univers fictionnel est issu de ses pages : le livre est le premier vecteur par lequel la Terre du Milieu devient tangible pour le lecteur et, à travers les illustrations éventuelles ou parfois simplement la couverture, propose une évocation visuelle de l’univers. Una McCormack l’évoque ainsi : « Ma première rencontre avec l’œuvre de Tolkien fut avec la couverture du volume unique de Seigneur des Anneaux, illustré par Pauline Baynes. Il a une reliure jaune vif – très caractéristique – des paysages sauvages et exceptionnels, et des créatures étranges et merveilleuses. Je me vois encore en train de regarder ces images, sans connaître le livre, me demandant ce que l’histoire allait être, et me racontant mes propres histoires à leur propos »6. En possédant plusieurs ouvrages ou plusieurs éditions7, le fan peut se constituer une collection qui lui permet, à travers l’organisation d’étagères ou d’une bibliothèque, de proposer une représentation personnelle de l’univers. Le rôle symbolique de cette collection trouve une illustration dans l’importance de la pratique des « shelfies »8, qui fonctionnent comme des mises en scènes de collections individuelles : ainsi, au cours de la seule année 2020, une cinquantaine de « shelfies » ont été publiés sur le groupe Facebook de la Tolkien Society.

Parfois, le « shelfie » permet de mettre en scène des objets autres que les ouvrages de l’auteur ou concernant la Terre du Milieu. Ainsi, on retrouve des objets de décoration – parfois issus des adaptations cinématographiques de Peter Jackson mais pas nécessairement – comme des figurines, par exemple. La mise en scène peut dépasser le cadre restreint de la bibliothèque pour marquer l’ensemble de l’environnement domestique, avec une décoration sur les murs (posters, cartes). La représentation de la Terre du Milieu dans l’environnement familier, à travers des objets plus ou moins visibles et distinctifs, joue un rôle esthétique et évocateur : les objets enchantent l’environnement immédiat du fan en intégrant leur référence à l’univers fictionnel de fantasy à notre monde réel.

En dehors du cadre domestique, la représentation de la Terre du Milieu peut passer par les objets que l’on porte, dont le caractère immersif s’exprime à des degrés divers. Un premier degré de corporalité passe par le port d’accessoires tels que des bijoux ou des vêtements « thématiques » qui peuvent fonctionner comme des marqueurs sociaux de reconnaissance entre fans au quotidien (vêtements portés faisant référence à la Terre du Milieu avec des illustrations imprimées sur des T-shirts ou des sweat shirts principalement, ou parfois de simples symboles à haute valeur référentielle comme l’Arbre Blanc du Gondor, l’Œil de Sauron, l’Anneau unique, ou un smial de hobbit…). Alexandra Kiceniuk le stipulait déjà en 1975 : « Il se trouve que j’ai rencontré des gens avec lesquels je continue d’échanger des lettres, grâce à mes “Tolkienismes”, y compris un badge “Venez en Terre du Milieu !”. Sans cela je n’aurais peut-être jamais rencontré ces gens. Nous aurions pu nous croiser dans la rue, et ne pas connaître nos goûts communs »9. L’usage de vêtements directement inspirés de la fiction et revêtus lors d’événements spécifiques, comme des conventions, est une manière plus engagée et immersive de représenter la Terre du Milieu : ces événements sont alors des occasions de représenter une créature issue de la fiction, et les vêtements sont souvent associés à l’usage d’accessoires telles que prothèses, maquillage, armes factices, etc. Nous pouvons d’ailleurs distinguer deux modalités de port du costume dans ce cadre : la première consiste à « ressembler à », où le costume est un outil esthétique et référentiel et vise une reconstitution, tandis que la deuxième inclut l’idée de « se prendre pour » un personnage, le costume étant alors un moyen visuel à des fins de type théâtrales, d’incarnation en quelque sorte. Enfin, la passion peut trouver une expression à même le corps à travers les tatouages thématiques : si l’appropriation de l’œuvre est souvent discrète (symbole reconnaissable uniquement par d’autres fans, ou dissimulé), elle est pour autant littéralement gravée sur la peau de manière permanente10. À des degrés d’investissement personnel très divers, ces pratiques sont ainsi des manières de mettre en vie la Terre du Milieu à travers la corporalité.

Des activités de loisir pour prolonger l’expérience de la Terre du Milieu

La possession d’objets, voire la représentation de la Terre du Milieu à même le corps, ne sont pour autant qu’une manière métonymique de recréer cet espace dans le monde réel, qui ne fonctionne que par la valeur référentielle qui leur est conférée. De fait, le désir de prolongement de l’expérience de la fiction ressentie par le fan (Besson, 2015) dépasse souvent la matérialité pour prendre la forme d’une activité. Les fans agissent alors pour permettre de recréer la Terre du Milieu.

Tout d’abord, en lien direct avec une « matérialisation » de la Terre du Milieu que nous avons évoquée ci-dessus, les activités créatrices sont les plus communément connues11, en particulier les productions artistiques, telles que les fan fictions (narration d’histoires inspirées de la Terre du Milieu), le fan art (production de dessins, tableaux, mais aussi sculpture, par exemple) ou des compositions musicales. Cette créativité s’exprime parfois à travers des productions plus manuelles, comme la broderie, l’enluminure, la cuisine, etc. En quelque sorte, ces activités réutilisent un savoir-faire – acquis pour cet usage spécifique ou au préalable dans un contexte tout autre – au service de la fiction et permettent ainsi au fan de recréer la Terre du Milieu sous un certain angle à travers ses propres compétences et intérêts.

Toutes les activités de fans ne sont pas des productions, qui rejoindraient l’idée d’une recréation « matérielle » de la Terre du Milieu. En effet, de nombreux fans prolongent leur lien avec l’œuvre fictionnelle au travers d’activités de mémoire ou d’hommage qui trouvent leurs marques dans l’espace-temps du monde primaire. Ainsi, les fans de Tolkien sont nombreux à effectuer des pèlerinages sur la tombe de l’auteur, à Oxford en général (Lukić, Vukelić, à paraître) mais aussi à Birmingham pour voir Sarehole Mill12 par exemple. Certains fans de la Terre du Milieu se rendent par ailleurs sur le lieu du tournage des adaptations en Nouvelle-Zélande. Ces voyages sur des territoires symboliques peuvent également être associés à des déplacements pour des événements comme des festivals ou rassemblements de fans, autant d’occasions de prolonger l’immersion à travers l’échange et le partage. Ces rencontres ponctuelles agissent comme des marqueurs temporels dans le calendrier annuel des fans, qui est aussi parsemé de jalons réguliers, en lien direct avec les événements fictionnels ou la vie de Tolkien. Nous pouvons ainsi mentionner le toast porté à la naissance de J. R. R. Tolkien le 3 janvier, mais aussi la célébration du Tolkien Reading Day (le 25 mars, date de la chute de Sauron dans Le Seigneur des Anneaux) ou le Hobbit Day (le 22 septembre, anniversaire à la fois de Bilbo et de Frodo, qui coïncide souvent avec l’organisation de l’Oxonmoot de la Tolkien Society13).

Les activités de fans sont souvent collectives, ou du moins s’intègrent dans une communauté sous une forme plus ou moins lâche14, et semblent parfois être une occupation à vocation de sociabilité. Pourtant, la participation, ponctuelle ou récurrente, à la vie et aux échanges d’une communauté est une manière de recréer la Terre du Milieu dans le monde réel – le partage est fréquemment ce qui permet le prolongement de la fiction. Ces activités au sein d’un groupe sont souvent ludiques, soit dans une communauté consacrée à l’œuvre de Tolkien (comme la mise en place de quiz qui évaluent les connaissances ou de simples jeux d’adresse comme une course hobbitique aux champignons), soit dans une communauté différente mais dont l’activité peut se rapprocher de la Terre du Milieu (la pratique d’un sport comme le tir à l’arc ou l’escrime médiévale, ou encore le jeu de rôle ou le Grandeur Nature, peuvent parfois être associés à la pratique du port du costume mentionné plus haut). La référence au monde fictionnel à travers les activités collectives peut aussi aboutir à un sentiment d’exclusion des participants non-fans, comme lors d’événements thématiques organisés par quelques individus (les mariages par exemple), ce qui témoigne de l’importance d’un référentiel commun pour la réussite d’une activité de « reconstitution » de la Terre du Milieu.

La combinaison de certaines activités, pratiquées dans l’intimité ou partagées au sein d’une communauté avec une forme de matérialisation de la fiction, permettent une immersion en Terre du Milieu qui tend parfois vers une expérience synesthésique15.

Les mots de la Terre du Milieu : quand dire, c’est rendre réel

Parfois au service ou nécessaire aux activités des fans, un langage spécifique est une autre manière de recréer la Terre du Milieu dans notre monde primaire.

La plupart des fan fictions permettent un prolongement de la fiction en narrant de nouvelles histoires dans un cadre diégétique relativement connu, celui de la Terre du Milieu. Parfois, elles se réapproprient la fiction de l’auteur lui-même, reprenant les points de vue de certains personnages créés par Tolkien ou imitant la « voix » de certains d’entre eux, telle cette nouvelle précurseuse de George Heap en 1960 qui opte pour reprendre le récit du Seigneur des Anneaux du point de vue de Sauron16. La fiction s’étend ainsi à la fois avec la réutilisation du matériau original et avec le prolongement de celui-ci par l’ajout de personnages ou d’événements que proposent la plupart des textes basés en Terre du Milieu.

Dans les échanges entre fans, le langage est ce qui permet immédiatement de procéder à une reconnaissance des « pairs ». Ainsi, l’usage de pseudonymes, la référence aux personnages ou aux événements de la fiction originelle, par exemple, agissent comme des signes permettant d’identifier un intérêt commun. Au-delà de la reconnaissance mutuelle que permettent ces références dans le discours, les fans s’approprient tout particulièrement la nomenclature inventée par Tolkien et la réutilisent dans de multiples contextes : ainsi, des scientifiques ou informaticiens n’hésitent pas à baptiser des étoiles, des espèces animales ou des serveurs de noms issus de la Terre du Milieu, tandis que de nombreux fans nomment leurs maisons, leurs animaux de compagnie, voire leurs enfants, avec des noms propres qui sont des références directes à la fiction littéraire.

Enfin, l’amour des langues que Tolkien, philologue de métier, a su infuser dans son œuvre trouve son expression la plus évidente dans l’appropriation extrêmement populaire de ses langues inventées, en particulier les plus connues que sont le quenya et le sindarin, souvent regroupées sous le mot-valise « elfique ». Au-delà de l’utilisation des caractères « tengwar », souvent à mi-chemin entre matérialisation (transcription pour un tatouage, par exemple) et manipulation de la langue (traduction vers l’elfique, puis transcription), les fans se passionnent pour les langues inventées de Tolkien. Ils compilent les informations, étudient grammaires et lexiques, qu’ils modifient et complètent à leur guise parfois, dans une envie sans cesse renouvelée du désir de « parler l’elfique », comme si la communication entre individus dans notre monde primaire dans une langue issue de la fiction symbolisait la quintessence même de la réappropriation de l’œuvre littéraire.

Conclusion

Nous avons ici présenté trois modes de recréation de la Terre du Milieu par les fans : ces manières de recréer l’œuvre apparaissent comme complémentaires mais ne sont pas toujours combinées et peuvent l’être aussi à des degrés variables. Ainsi, si ces pratiques sont parfois omniprésentes et intenses pour certains fans très impliqués, souvent validées par une forme de reconnaissance par la communauté, elles s’illustrent par des signes distinctifs plus ou moins socialement marqués pour la majorité d’entre eux – par exemple, comme nous l’avons vu, l’existence d’un tatouage en tengwar sur une partie du corps peu visible semble représenter un marqueur social bien moindre que le port de prothèses aux oreilles pour représenter un personnage elfe dans une convention. En ce sens, les manières de récréer la Terre du Milieu, entre matérialité, activités et langage, ainsi que leur combinaison, permettent à chaque fan de choisir les modes et degrés d’appropriation de la fiction qui lui conviennent le mieux.

Bibliographie

Besson A., 2015, Constellations, Paris, CNRS Éditions.

Bourdaa M., 2021, Les fans, publics actifs et engagés, C&F Editions.

Hills M., 2002, Fan cultures, New York et Londres, Routledge.

Hoebink D., Reijnders S., et Waysdorf A., 2014, « Exhibiting fandom: A museological perspective », in Rehak R. (éd.), « Material and Object-Oriented Fandom », Transformative Works and Culture n°16. En ligne : https://journal.transformativeworks.org/index.php/twc/article/view/529/433

Hommel É., 2017, « Lectures de science-fiction et fantasy : enquête sociologique sur les réceptions et appropriations des littératures de l’imaginaire », thèse de sociologie, sous la direction de Christine Détrez, Université de Lyon.

Jenkins H., 1992, Textual Poachers: Television Fans and Participatory Culture, New York et Londres, Routledge, 1992.

Le Bart C., 2004, « Stratégies identitaires de fans : L’optimum de la différenciation », Revue française de sociologie, Vol.45, n°2, p. 283-306.

Lukić M., Dejan V., à paraître, « Tolkien’s Grave as a Site of Memory » in Sherwood W., Twenty-first Century Receptions of Tolkien: Proceedings of The Tolkien Society Seminar, February 2021, Peter Roe Series XXI, Edimbourg, Luna Press Publishing.

Martin-Gomez L., 2020, « La réception de l’œuvre de Tolkien par ses fans aux États-Unis, Royaume-Uni et France, 1955-1992 », thèse de littérature comparée, sous la direction d’Anne Besson, Université d’Artois.

Peyron D., 2013, Culture geek, Fyp Éditions, Limoges.

Peyron D., 2016, « L’appropriation ludique des mondes fictionnels chez les fans d’imaginaire fantastique », in ¿ Interrogations ?, n°23. Des jeux et des mondes. En ligne : https://www.revue-interrogations.org/L-appropriation-ludique-des-mondes

Ricoeur P., 1983, « Entre le temps vécu et le temps universel : le temps historique », Temps et Récit III, Paris, Le Seuil, p. 153-183.

Schaeffer J-M., 1999, Pourquoi la fiction ?, Paris, Le Seuil.

Saint-Gelais R., 2011, Fictions Transfuges : La transfictionnalité et ses enjeux, Paris, Le Seuil, coll. « Poétique », 2011.

Tuaillon Demésy A., 2018, « “Passer” un costume pour se glisser dans le passé : savoir-faire et apparence corporelle en reconstitution historique », in Ethnologies, n°40, n°1, p. 27–48.

Corpus : œuvres de Tolkien et adaptations

Jackson P. (réalisateur), 2001, The Fellowship of the Ring, New Line Cinema.

Jackson P., 2002, The Two Towers, New Line Cinema.

Jackson P., 2003, The Return of the King, New Line Cinema.

Jackson P., 2012, The Hobbit: An Unexpected Journey, Metro-Goldyn-Meyer, New Line Cinema, WingNut Films.

Jackson P., 2013, The Hobbit: The Desolation of Smaug, Metro-Goldyn-Meyer, New Line Cinema, WingNut Films.

Jackson P., 2014, The Hobbit: The Battle of the Five Armies, Metro-Goldyn-Meyer, New Line Cinema, WingNut Films.

Tolkien J. R. R., 1937, The Hobbit, Londres, Allen & Unwin ; Le Hobbit, 2012, trad. Daniel Lauzon, Paris, Christian Bourgois.

Tolkien J. R. R., 1954, The Fellowship of the Ring, Londres, Allen & Unwin ; La Fraternité de l’Anneau, 2014, trad. Daniel Lauzon, Paris, Christian Bourgois.

Tolkien J. R. R., 1954, The Two Towers, Londres, Allen & Unwin ; Les Deux Tours, 2015, trad. Daniel Lauzon, Paris, Christian Bourgois.

Tolkien J. R. R., 1955, The Return of the King, Londres, Allen & Unwin ; Le Retour du Roi, 2016, trad. Daniel Lauzon, Paris, Christian Bourgois.

Tolkien J. R. R., 1977, The Silmarillion, Christopher Tolkien (éd.), Londres, Allen & Unwin ; Le Silmarillion, 2021, trad. Daniel Lauzon, Paris, Christian Bourgois.

Notes de fin

1 Le terme de « fan » recouvre des degrés de passion et d’investissement très divers chez des individus différents. Cependant, il est de plus en plus utilisé académiquement, en particulier depuis les travaux fondateurs d’Henry Jenkins (1992).

2 À l’image de la « reconstitution historique », cette pratique consiste à récréer une période ou un événement historique. Voir notamment Tuaillon Demésy, 2018.

3 Ce phénomène s’observe depuis les débuts des communautés de fans au cours des années 1960 jusqu’à nos jours, ce que mes travaux de thèse se sont attelés à révéler. Ils servent ainsi de point de départ de la réflexion proposée ici.

4 Nous proposons ici de distinguer les « fans de Tolkien » des « fans de la Terre du Milieu » en ce que les premiers ne s’intéressent qu’à l’œuvre littéraire tandis que les seconds s’intéressent à l’univers fictionnel au sens large, en incluant les adaptations et dérivés plus ou moins proches (jeux vidéo ou jeux de société, par exemple).
 
5 Dans son essai « Du conte de fées », Tolkien distingue le « monde primaire » (notre monde) du « monde secondaire » qui est « sub-créé » par l’auteur.

6 Una McCormack (universitaire et auteur de science-fiction), The Tolkien Experience Project. (https://luke-shelton.com/2019/11/26/una-mccormacks-experience-tolkien-experience-project-81).

7 Le « complétiste » est ainsi un fan qui cherche à établir une collection « complète » selon des critères qu’il a établis ; ce type de pratique rappelle l’ambivalence de la posture du « fan consommateur » étudiée par Matt Hills (2002).

8 Mot-valise composé à partir du néologisme « selfie » et du terme anglais « shelf » signifiant étagère : un « shelfie » est donc une photographie d’une étagère ou d’une bibliothèque.

9 Amon Hen n° 14, février 1975, p. 13.

10 Le degré d’implication le plus fort en termes de corporalité semble être celui de l’intervention chirurgicale, dont la plus fréquente est celle de l’opération des oreilles pour qu’elles ressemblent à celles d’un elfe. Il existe une véritable tendance en Chine (https://nypost.com/2021/06/18/elf-ears-are-the-creepy-new-plastic-surgery-trend-in-china/).

11 Dans ma thèse, j’ai proposé une typologie des postures de fans par rapport à l’œuvre qui distingue posture épistémique, mimétique, ludique et sociale. Nous retrouvons les trois dernières dans ce texte.

12 Il s’agit d’un ancien moulin, devenu musée au sein d’un parc naturel, qui a marqué l’enfance de Tolkien lorsque celui-ci habitait encore à la campagne, à proximité de Birmingham.

13 L’Oxonmoot est un événement annuel de la Tolkien Society qui a lieu en septembre depuis les années 1980 à Oxford. Il rassemble en moyenne 200 participants pour un week-end à mi-chemin entre le colloque universitaire et la convention.

14 La « communauté » peut aujourd’hui avoir une identité très floue lorsque ses contours sont très vastes, ce qui est à mettre en regard des communautés associatives souvent plus « intimes ». Le groupe Facebook de la Tolkien Society a environ 40 000 membres mais l’association n’a que 2000 adhérents.

15 L’expérience de lecture elle-même, évoquée dans les témoignages recueillis pour notre thèse, est déjà parfois synesthésique (odeur et toucher du papier, visuel de l’illustration, lecture à haute voix). Les activités de recréation des fans permettent de reproduire cette expérience en y ajoutant le goût, avec la cuisine par exemple.

16 George Heap, « Departure in Peace », I Palantir n° 1, août 1960, p. 5-7.


Laurent Di Filippo

MCF en SIC, docteur en SIC et études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search