[Article] Les fictions dans l’univers metal : de la musique à la scénographie du Hellfest

Corentin Charbonnier

Chargé d’enseignement, Université de Tours

Charbonniercorentin [ at ] gmail.com

Corentin Charbonnier, CC-BY-NC-ND

Préciser la notion de fiction n’est pas aisé car ce terme en anthropologie est polysémique. Nous retiendrons ce qu’en dit Marc Augé : « La fiction, d’un point de vue anthropologique est triplement intéressante :

– par ses liens avec l’imagination individuelle qui la conçoit ou qui la reçoit.

– Par ses liens avec l’imaginaire collectif qu’elle peut utiliser et relayer mais qu’elle contribue aussi à enrichi et à modifier.

– Enfin par le rapport qu’elle entretient avec ce qui n’est pas elle mais s’y rattache par un aspect ou un autre : l’histoire, la psychologie, le social, le religieux, etc. » (Augé 1997 : 106).

La musique metal est également complexe à définir du fait de ses nombreux genres. Fabien Hein rappelait que « ce que l’on regroupe aujourd’hui sous le terme “metal” est le fruit d’une histoire musicale née il y a plus d’une trentaine d’années. Il désigne une multitude de genres et sous-genres musicaux issus de l’appariement du “hard rock” et du “heavy metal” et résulte d’une agrégation sémantique consécutive à l’érosion et l’interpénétration de ces termes au cours des années 80 » (Hein, 2003 : 9). Ainsi, selon les genres et sous genres, l’univers fictionnel qui y est rattaché diffère. La culture metal est ponctuée d’influences particulières, allant de sources d’heroïc fantasy à des sources historiques, comme le démontrent les travaux de Simon Théodore dans son actuelle thèse sur le Viking Metal[1] et ceux Nicolas Benard (2017). À titre d’exemple, Fabien Hein note que « les membres de Black Sabbath affichent un goût prononcé pour les ambiances malsaines, l’occultisme d’Aeister Crowley, Satan, le morbide, l’Apocalypse, la littérature d’épouvante et les films d’horreur. » (Hein 2003 : 9). Ainsi, certains groupes vont puiser leur inspiration dans la mythologie nordique ; par exemple, le groupe Amon Amarth fait référence à Thor, dieu de la foudre et du tonnerre dans les titres de certaines musiques : « Mjolner, Hammer of Thor » ou « Twilight of the Thunder God » et dans les paroles de ses chansons.

Mais d’autres groupes, comme cela a déjà pu être relevé par différents médias et festivals (Radio Metal, 2011, Firemaster Convention 2020), (ré)emploient les ouvrages de Tolkien et de Lovecraft, permettant d’user de mythes institués, connus par bon nombre des metalheads[2]. Dans le death ou le black metal, certains groupes ont choisi de porter des noms faisant écho à ces ouvrages, tels Amon Amarth (La montagne du destin dans Le Seigneur des Anneaux) ou Carach Angren (une cité du Mordor, également dans Le Seigneur des Anneaux). Cthulhu, l’entité monstrueuse créée par H. P. Lovecraft a également inspiré divers groupes. Metallica a enregistré « The Call of Ktulu » qui a été publié dans leur second album Ride the Lightning. Le groupe Cradle Of Filth interprète une chanson intitulée « Cthulhu Dawn ». Les groupes participent ainsi à la production d’une culture metal, telle qu’elle peut être définie par Philippe Ruitort (2013 : 51) comme « […] un ensemble de croyances, coutumes, manières de penser et d’agir propres à une société humaine. » Cette culture s’appuie sur une réinterprétation de mythes et de croyances, faisant ainsi référence au concept de syncrétisme, à condition toutefois de ne pas donner à ce terme un sens péjoratif mais de considérer que cette appropriation aboutit à des formes culturelles nouvelles.

Les différents festivals de musique metal utilisent ces références culturelles. Ainsi, les organisateurs du Hellfest Open Air, festival spécialisé de la culture rock et metal qui a lieu à Clisson, en Loire Atlantique, ont créé une scénographie s’appuyant sur l’univers fictionnel de la musique metal. Ce festival est devenu, en 15 ans, l’un des principaux festivals français, et l’un des plus prisés en Europe étant donné sa spécialisation musicale, comme en attestent les 60 000 tickets vendus en 2018 et 2019 en quelques heures. À la suite de deux années entachées par la pandémie de la COVID 19, une double édition s’est déroulée en 2022 du 17 au 19 juin puis du 23 au 27 juin. Complet pour la première édition en raison du report des places vendues en 2019 (et dont les festivaliers ont religieusement conservé le pass), l’ouverture des places pour la seconde édition  n’a duré que quelques minutes, démontrant à nouveau l’attachement des metalheads à leur manifestation fétiche.

Compte tenu des influences inhérentes à la culture metal et de la place occupée par ce festival en son sein, il est possible de s’interroger sur la façon dont l’univers fictionnel est mis en scène au Hellfest. Autrement dit, à quoi se réfèrent les univers fictionnels mobilisés lors du festival et comment ceux-ci sont-ils réinvestis dans des produits de consommation ? Nous aborderons dans un premier temps la manière dont le festival intègre les références au religieux puis à l’imaginaire metal avant de porter une attention plus singulière aux produits dérivés de cette culture.

L’omniprésence du religieux au service du pèlerinage Hellfest

Tout d’abord, les références au religieux sont omniprésentes. Le nom même du festival, Hellfest, signifie « festival de l’enfer ». Ensuite, la mort et la religion sont des thèmes récurrents constitutifs des affiches élaborées par le festival. Par exemple, sur l’affiche de 2011, le lien avec la religion est présent aussi bien dans le slogan « Our music our religion » que dans l’illustration, le personnage portant un vêtement évoquant celui des moines.

Affiche officielle du festival Hellfest, édition 2011

À cela, s’est ajoutée en 2013 une nouvelle entrée du festival, représentant la façade d’une cathédrale.

Porte d’entrée du site du festival, 2017, C. Charbonnier

Le nom de certaines scènes est également significatif, la scène dédiée au death metal est la scène Altar, mot qui signifie autel, celle réservée au black metal est la scène Temple. Sur chacune de ces scènes, ainsi que sur les autres (les mainstages 1 et 2, la scène Warzone plutôt typée hardcore et punk metal, la scène Valley favorisant les groupes de la scène post metal), une scénographie particulière est mise en place.

Scénographie des scènes principales, 2015, C. Charbonnier

 

Sur la scène Altar, l’éclairage formant des croix inversées témoigne du rapport ambigu à la religion.

Fleshgod Apocalypse, 2016, C. Charbonnier

 

En effet, il existe dans le metal un « bricolage religieux » au sens où l’aborde Nicolas Walzer quand il explique la recomposition du paysage européen à travers deux tendances : « La première est volontairement axée sur l’ouverture et sur l’écoute de plusieurs obédiences spirituelles dans une démarche œcuménique ; la deuxième, à l’inverse, est délibérément orientée dans une démarche de contestation du christianisme mais qui fait néanmoins appel à certains symboles hérités du christianisme. Cette deuxième tendance du spiritualisme recomposé gagne actuellement du terrain […]. Nous assistons ici à un “bricolage religieux” qui mélange imaginaire satanique et imaginaire païen. Mais avec une relation paradoxale vis-à-vis du christianisme […]. Il s’agit des musiques gothiques et metal » (Walzer 2012 : 45-46).

Ce rapport particulier à la religion s’observe également dans la manière de rendre hommage aux personnes connues disparues. Par exemple, en 2013, le festival a installé dans l’espace presse de nombreuses croix plantées dans le sol avec le nom des personnes décédées ; mais, comme le précisait un fan interviewé : « […] Les croix, ben c’est encore ce qu’il y a de mieux même si ça fait catho mais là, il faut qu’elles soient à l’endroit parce que là, la mort, elle est vraie » (Charbonnier, 2015 : 132). Ce metalhead exprime la différence entre ce qui relève de l’imaginaire au sens de valeurs partagées par un ensemble social et ce qui relève de la réalité. Il démontre ainsi l’emploi des « objets » emprunts d’un caractère religieux tout en s’éloignant de leur utilisant traditionnelle chrétienne.

En outre, certains musiciens disparus deviennent des sortes de héros. Depuis 2016, une statue de Lemmy Kilmister (chanteur de Motörhead) trône près de la Warzone. Cette statue d’une hauteur de 15 mètres, réalisée par l’artiste Jimmix, s’observe dès l’entrée du site. Elle est remplacée en 2022 car elle s’est abimée au fil des années. Lemmy Kilmister est considéré comme l’ancêtre commun à tous les metalheads, selon les interviews réalisées lors de diverses éditions du Hellfest (Charbonnier, 2017).

En haut la structure Lemmy de 2016, en bas la structure Lemmy de 2022. C. Charbonnier.

L’imaginaire au Hellfest

La scénographie mise en place présente par ailleurs des aspects qui peuvent sembler contradictoires. L’arbre Hellfest est devenu un point de rassemblement mais également un symbole : « lors d’un échange informel un metalhead a affirmé que les branches représentaient les différents sous-genres du metal et le tronc la naissance du metal et les valeurs communes » (Charbonnier, 2015 : 122). Il est possible de faire le lien entre cet arbre et l’arbre de vie viking Yggdrasil qui soutient les neuf royaumes nordiques. Cet arbre est devenu un objet sacré pour certains. Par exemple, des couples y viennent pour se demander en mariage. Comme l’explique Mircéa Eliade, les objets ne sont pas sacrés par nature mais ils le deviennent. Cet auteur, pour qui l’expérience du sacré n’est pas dépendante de l’idée de Dieu, nomme « hiérophanie » la manifestation du sacré dans le monde profane (Eliade, 1965).

Arbre Hellfest, 2018, C. Charbonnier

D’autre part, l’entrée du bar à Muscadet, mise en place en 2013, est ornée d’une sculpture représentant le dieu du vin et une déesse entourée de lierre. Le dieu romain de la vigne, du vin, de la fête, des plaisirs est Bacchus et, dans la mythologie grecque, il est appelé Dionysos. Cette porte fait donc référence à la mythologie et présente le vin comme un breuvage permettant de dépasser la mort, à l’image de ces Dieux qui sont morts puis ont ressuscité. Cette porte symbolise également le lien tissé entre le festival et l’économie locale, elle marque le passage de la fiction (symbolisée sur le site par le décor) à la réalité (l’intérieur de ce bar à vin). Financée par les vignerons de la communauté de communes, elle indique le lieu de vente du Muscadet sur le site même du festival et le nombre important de litres vendus constitue un apport financier non négligeable à la fois pour le festival mais surtout pour les producteurs.

Porte Kingdom Of Muscadet, 2017, C.Charbonnier

Parallèlement à cet arbre de vie et à ce « royaume du Muscadet » qui célèbrent la vie et la joie de vivre, d’autres décors font référence à la mort et à l’apocalypse. Des têtes de mort trônent sur le site, des bancs en forme d’os ont été installés.

La nuit, une boule située au-dessus du bar face aux Mainstages s’illumine comme une planète qui exploserait. Le rapport à la fin du monde est profondément ancré dans la culture metal. Dès 1970, Black Sabbath, groupe considéré comme fondateur de cette musique, abordait dans les paroles de Iron Man, la fin du monde et la guerre nucléaire. En évoquant la fin du monde et la mort d’une manière particulière, la culture metal se distingue des autres styles musicaux en développant une imagerie plus sombre et violente.

Boule de feu, 2019, C. Charbonnier

Sur le site, les décorations font également référence à des ouvrages et films de science-fiction.

Sur la partie basse de la grande roue, se trouvent différentes peintures (notamment le clown Pennywise repris du film Ça de Stephen King). Les festivaliers viennent s’y prendre en photo, telle la modèle Catlilywoo lors du Hellfest 2019, l’une des égéries de la marque Flibustier, magasin parisien vendant des bijoux rock et metal, partenaire officiel du Hellfest.

Grande Roue, 2019, C.Charbonnier

Les produits dérivés : expression d’un imaginaire « metal »

Cet univers fictionnel se retrouve dans les divers produits dérivés, notamment ceux présents dans les stands de « l’Extreme Market ». Cette partie du festival rassemblant plusieurs dizaines d’exposants donne à voir une multitude d’objets propres à la culture metal : productions sonores (CD/Vinyles/K7 audios /DVD de concerts), vêtements (allant de la lingerie aux combinaisons intégrales type ouvriers pour aller dans le pit), instruments de musique, bijoux…

Après avoir développé une esthétique diverse et variée au fil des années, le festival a su démontrer plus récemment (2015) une envie de réappropriation de la pop culture. Dans le cadre de l’édition Hellfest From Home en 2021, réel palliatif au festival reporté à nouveau, les produits dérivés servent à « vivre l’ambiance » Hellfest à domicile et font référence aux films Amityville (1979/1982/1983/1989). 

Site officiel du festival, 2021

Le Hellfest a réutilisé la maison présente dans ces films en remplaçant la fenêtre du haut par le logo du festival. La même année, le festival investissait la fantasy, l’un des quatre genres de l’imaginaire (avec le merveilleux, le fantastique et la science-fiction) en proposant un tee-shirt représentant différentes scènes du festival (The Altar, The Temple, The Valley, The Warzone) symbolisées par différentes couleurs et motifs détournant l’esthétique d’Harry Potter. Le nom même du tee-shirt n’est pas sans rappeler Poudlard : School’s Out faisant référence au titre bien connu des metalheads « School’s Out » d’Alice Cooper (1972).

Site officiel du festival, 2021  /  Logo d’Harry Potter

Enfin, une marque en particulier, Crève Clothing montre cette réappropriation des thèmes de la mort, de héros ou anti-héros connus, des personnages de jeux vidéo…

Le tee-shirt ci-dessous fait référence au Captain Spaulding, personnage fictif créé par Rob Zombie.

 

Crève Clothing, photo issue du site officiel de la marque, 2021

Cet autre tee-shirt fait référence à la scène culte de Malcom, série télévisée dans laquelle le personnage Dewey répète : « Toi tu vis, toi tu vis, toi tu crèves ».

Crève Clothing, photo issue du site officiel de la marque, 2021

Le Hellfest déploie ainsi toute une scénographie participant au sentiment d’entre-soi au sens où le définit Sylvie Tissot : « La notion d’entre-soi désigne le regroupement de personnes aux caractéristiques communes, que ce soit dans un quartier, une assemblée politique, ou encore un lieu culturel. Elle sous-entend l’exclusion, plus ou moins active et consciente, des autres » (2014 : 5). Ce sentiment d’entre-soi est soutenu par des références à l’imaginaire metal, l’imaginaire étant considéré au sens du philosophe Jean-Jacques Wunenburger (2003 : 10) comme «[un ensemble de productions, mentales ou matérialisées dans des œuvres, à base d’images visuelles (tableau, dessin, photographie) et langagières (métaphore, symbole, récit) formant des ensembles cohérents et dynamiques qui relèvent d’une fonction symbolique au sens d’un emboîtement de sens propres et figurés qui modifient ou enrichissent le réel perçu ou conçu ».

Les artistes prennent part à cet imaginaire en mobilisant lors des concerts une scénographie particulière. Cet imaginaire déployé influe sur les consommations (en produits dérivés), les metalheads ayant tendance à acheter des produits qui leur rappellent le festival. Du fait d’une historicité de quinze années, le Hellfest est lui aussi devenu figure de l’imaginaire metal, en participant à créer ses propres mythes et légendes. Ce festival est le pèlerinage d’une communauté (Charbonnier, 2015) permettant l’expression de rites et rituels contemporains (Segalen, 1998).

Au fil du temps, aux références à la religion notamment catholique et à la mythologie, se sont ajoutées des références à des œuvres célèbres ou à des personnages connus de films, dessins animés, mangas… accessibles à des non-metalheads. Ce processus interroge sur l’évolution de l’imaginaire metal en lien avec un public multigénérationnel.

Déjà, les statistiques de 2019 (les plus récentes au moment d’écrire ses lignes), appelées par les organisateurs du festival « les Hellstats », ont permis un regard nouveau sur le public.  Alors que les premières enquêtes quantitatives menées depuis 2019 démontrent une mutation importante du public du Hellfest, l’imaginaire utilisé par les marques, les groupes et le festival lui-même va-t-il avoir les mêmes effets sur le public ?

Bibliographie

 Augé M., 1997, De l’imaginaire au tout fictionnel, Recherches en communication, n°7, pp. 105-120.

Benard N., 2017, Homo metallicus : Du mythe à la réalité, Paris, Camion Blanc.

Charbonnier C., 2016, Le Hellfest – Un pèlerinage pour metalheads, Azay-sur-Cher, CC Editions.

Charbonnier C., Goebel J., Salvat E., (dir.), 2020, French Metal Studied, Azay-sur-Cher, CC Editions.

Eliade M., 1965 (1987), Le sacré et le profane, Paris, Gallimard.

Guibert C., Guibert G., 2016, “The social Characteristics of the Contemporary Metalhead – The Hellfest Survey”, Global Metal Music and Culture, Londres, Routledge Editions.

Hein F., 2003, Hard Rock, Heavy Metal, Metal : Histoire, cultures et pratiquants, Paris, Mélanie Seteun Editions.

Ruitort P., 2013, Premières leçons de sociologie, Paris, Presses Universitaires de France.

Segalen M., 1998, Rites et rituels contemporains, Paris, Armand Colin.

Tissot S., 2014, « Entre soi et les autres », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 204, pp. 4–9.

Wunenburger J.-J., 2016, L’imaginaire, Paris, PUF.

Notes

[1] Le Viking metal en France : une approche intermédiale de la réception de la figure du Viking et de la mythologie nordique dans le Hard Rock, thèse actuellement en préparation, Université de Strasbourg

[2] Amateurs de metal.


Laurent Di Filippo

MCF en SIC, docteur en SIC et études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search