[Article] Introduction : temps et temporalités en jeu dans les loisirs

Audrey Tuaillon Demésy et Sébastien Haissat

ANR Aiôn, laboratoire Culture, Sport, Santé, Société (C3S – EA 4660, Université de Franche-Comté)

audrey.tuaillon-demesy[at]univ-fcomte.fr

sebastien.haissat[at]univ-fcomte.fr

Le 8 octobre 2020 s’est tenue la 3e rencontre des ateliers-séminaires Loisirs et imaginaire, intitulée « Temps, fiction et pratiques ludiques ». Dans la continuité des deux premières éditions qui portaient respectivement sur les modalités de construction des mondes sociaux des loisirs et sur leurs espaces d’expression, cette troisième saison consistait à questionner la ou les temporalité(s) en vigueur dans les mondes ludiques. L’objectif était d’ouvrir le champ de réflexion aux domaines fictionnels (littérature, cinéma, etc.) afin de mettre en perspective diverses formes d’appréhension des temporalités dans le cadre des loisirs. Plus spécifiquement, nous nous sommes questionnés sur la manière dont la création de cadres temporels peut faciliter l’évasion dans un autre monde (à travers différents médias). C’est, entre autres, le cas des fictions post-apocalyptiques mais aussi des différentes formes de voyages dans le temps, telle la reconstitution historique.

Le dossier proposé ici permet de saisir le rapport au temps que les acteurs mobilisent dans le cadre de leurs loisirs, entre le présent de l’expérience ludique et d’autres temps, passé et futur, imaginés ou (ré)inventés, à travers différents exemples de terrain et/ou de corpus.

En premier lieu, Samuel Francblu appréhende, dans ses recherches sur les jeux de société, la façon dont les joueurs mobilisent différentes temporalités dans les parties : le temps diégétique, à travers lequel sont convoqués des imaginaires qui situent et donne sens au jeu, et le temps des joueurs entre les sessions de jeu, qui constitue des moments où s’effectuent des choix et des interactions hors-jeu entre les participants. Il montre également comment les trajectoires biographiques des joueurs et leur rythme de vie ont des effets sur ces rapports au temps.

Du côté des activités sportives, Orlane Messey montre que la pratique du roller derby en France se structure autour de deux grandes périodes (2010-2014 et 2014 à aujourd’hui) qui utilisent chacune des imaginaires du temps distincts. Alors que les débuts du derby s’organisent autour d’un imaginaire festif et carnavalesque, la sportivisation progressive de l’activité conduit les pratiquantes à délaisser les attributs de la fête pour mettre en avant une dimension compétitive, réglée par une temporalité alignée sur le calendrier sportif. Malgré cela, la forme burlesque du premier derby semble ressurgir dans les interstices des matchs et du temps sportif, donnant à voir un temps « folklorique ».

Pour sa part, interrogeant la création de diverses temporalités en histoire vivante, Martin Bostal nous invite à voyager dans le monde de la reconstitution historique médiévale. Cherchant à montrer comment le temps de cette activité de loisir est à la fois dit et joué, il en montre aussi les limites, entre un retour vers le passé qui permet des formes d’évasion et un Moyen âge idéalisé à partir de conceptions du temps contemporaines.

Enfin, ces diverses présentations ont été suivies d’une table ronde abordant différents questionnements autour des temporalités. Les échanges et débats qui en ont émergé permettent de proposer ici quelques constats et éléments d’analyse.

Tout d’abord, comme le rappelle Claude Dubar, temps et temporalités doivent être distingués, puisqu’il est possible de « passer du temps, au singulier, aux temporalités, au pluriel, et définir celles-ci soit abstraitement, comme formes diverses d’agencement du passé, du présent et de l’avenir soit concrètement comme modes d’organisation temporelle des champs sociaux (travail, famille, politique, loisir…) » (Dubar, 2008, en ligne). Dès lors, le temps objectif et structurel peut être organisé en trois axes (passé, présent et futur) tandis que les temporalités, quant à elles, apparaissent comme une réorganisation du temps à travers les activités sociales.

Concernant plus précisément l’espace ludique, le temps unidirectionnel et organisateur (passé, présent, futur) est complété par d’autres conceptions du temps. Alors que le temps du jeu est celui du présent (le jeu n’est ainsi pas “hors du temps” quotidien, il en fait partie), les discours et pratiques des acteurs révèlent la formation d’autres temporalités, non nécessairement ancrées dans une pensée linéaire. En fonction des terrains et œuvres étudiées ici, ces temporalités sont exprimées de plusieurs manières :

– l’évasion dans un “hors-temps” (reconstitutions historiques et histoire vivante) ;

– le bricolage des temporalités en jeu, par exemple entre « temps sportif » et « temps festif » pour la pratique du roller derby ;

– le passage du temps (temps lent du réel et rapide des cadres fictionnels).

Différentes temporalités sont convoquées en parallèle de l’axe linéaire du temps. Elles peuvent être appréhendées comme des expressions concrètes du temps, vécues par les acteurs sociaux. Immersion fictionnelle et feintise ludique (Schaeffer, 1999) conduisent ainsi à mobiliser divers imaginaires du temps : à une « suspension de l’incrédulité » liée à l’apparition d’un nouveau régime de croyance se superpose également une « suspension temporelle » (Bazin, 2020). Si l’évasion dans le passé, par exemple, n’est pas un “réel” retour en arrière, il n’en reste pas moins que le moment d’expression du loisir invite à solliciter d’autres références temporelles qui donnent du sens à la pratique : l’enfance, un Moyen âge fantasmé (Tuaillon Demésy, 2019), etc. Dès lors, les imaginaires évoqués (par exemple, de la fête ou du passé) permettant l’immersion fictionnelle ou ludique s’articulent aussi avec des temporalités plurielles et « bricolées » (De Certeau, 1990) : les passés dans le présent, le “hors temps”…

En somme, le présent de l’expression ludique est un moment de création et de production d’œuvres ou de pratiques, tandis que les temps passé et futur peuvent être appréhendés à partir d’imaginaires pluriels (fictions littéraires, temps de l’enfance, temps folklorique, etc.). Nous avions précédemment envisagé de délimiter la notion d’imaginaire selon plusieurs axes : à la fois structurant et dynamique (Tuaillon Demésy et Haissat, 2019), ce dernier est aussi bien un contenant qu’un contenu visant à la reproduction d’idéologies ou étant, au contraire, créateur de nouveaux « mondes sociaux » (Becker, 1998). De fait, l’imaginaire mobilisé par les acteurs apparaît comme ayant une double fonction, d’élaboration et de création d’une part et, de l’autre, de reproduction d’un ordre établi. En ce sens, les imaginaires en jeu dans les pratiques ludiques et les loisirs étudiés ici viennent recomposer l’ordre temporel habituel.

Ainsi, en lien avec une dimension temporelle, l’imaginaire inhérent aux pratiques ludiques est nécessairement situé dans le temps (ce qui autorise donc l’apparition d’imaginaires multiples) mais il est aussi un discours sur le temps : mythique, utopique, temps du jeu et du fun, etc.

Bibliographie

Bazin L., 2020, « Paradoxes au pays des possibles : formes et enjeux du voyage temporel dans les fictions pour adolescents », communication lors de l’atelier-séminaire Temps, fiction et pratiques ludique, Besançon, 8 octobre 2020.

Becker H, 2010 [1982], Les mondes de l’art, Paris, Flammarion.

Bostal M., 2020, L’histoire face à l’histoire vivante. Expérimentation, médiation et représentations à travers la pratique de la reconstitution historique du Moyen Âge, thèse en histoire et archéologie médiévale, Université de Caen Normandie.

De Certeau M., 1990, L’invention du quotidien. Arts de faire, Paris, Gallimard.

Dubar C., 2008, « Temporalité, temporalités : philosophie et sciences sociales », Temporalités, n° 8. En ligne : https://journals.openedition.org/temporalites/137. Consulté le 8/04/2021.

Schaeffer J-M., 1999, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil.

Tuaillon Demésy A., 2019, « Entre Histoire et jeu : les temporalités de l’histoire vivante », in Fraysse P. et XXXX (dirs.), Vivre et faire vivre le Moyen Âge, à paraître

Tuaillon Demésy A., Bostal M., 2021, « Reconstitution », in Besson A., Ferré V., Blanc W. (dirs), Dictionnaire du médiévalisme, pp.

Tuaillon Demésy A., Haissat S., 2019, « Quels usages aujourd’hui de la notion d’imaginaire ? », Carnet hypothèses.org Mundus Fabula, mars. En ligne : https://mf.hypotheses.org/933. Consulté le 8/04/2021.


Laurent Di Filippo

MCF en SIC, docteur en SIC et études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/11/2021

    […] Audrey Tuaillon Demésy, Sébastien Haissat, Introduction : temps et temporalités en jeu dans les loisirs […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search