[Article] Du temps festif au no future : le roller derby sous le prisme des imaginaires du temps

Orlane Messey

Culture, Sport, Santé, Société (C3S – EA 4660, Université de Franche-Comté)

 orlane.messey [ at ] univ-fcomte.fr

Le roller derby en Europe, un sport d’un nouveau genre. Oklarsson, « Luleå Slaughters Daughters mot Ume Radical Rollers SM i Roller Derby 2013 i Halmstad Arena », Wikipedia Commons.

Le roller derby est une pratique sportive américaine issue d’une longue série de transformations. Se pratiquant sur patins quads, il se fait tout d’abord connaître dans les années 1930 sous la forme d’une course de vitesse mixte, pour devenir ensuite, dans les années 1970, un sport de contact où tous les coups sont permis. En 2002, le collectif des Texas Roller Girls se forme autour de ce qui deviendra le revival roller derby, un sport d’équipe réglementé et exclusivement féminin, alliant contact et stratégie de jeu (Storms, 2008). Enfin, contre le modèle de gestion traditionnel du sport de compétition américain tourné vers une logique entrepreneuriale, ce revival emprunte au punk son mode d’action, le do it yourself : la pratique sera gérée de manière bénévole uniquement « by the skaters, for the skaters » (Beaver, 2012). Les auteurs anglo-saxons, nombreux à s’être intéressés à cette discipline, voient également dans l’usage des artefacts du carnaval (les maquillages et les déguisements fantaisistes) ainsi que les sonorités retentissantes du punk-rock lors des temps de jeu, des tactiques de détournement des normes traditionnelles de la féminité.

En France, cette pratique est marquée par une structuration en deux temps. 2009-2014 constitue une première période au cours de laquelle la majorité des équipes apparaît et s’organise de manière auto-gérée ou avec l’aide d’associations de roller déjà constituées. En reprenant les termes des enquêtés, cette période pourrait être celle du « bricolage » : « on ne savait pas trop ce qu’on faisait » (Jam Donuts, 33 ans, pratiquante depuis 20111). La seconde débute en 2014, date d’entrée de la discipline au sein de la Fédération française de roller et skateboard (FFRS) moment où la communauté clame haut et fort l’ancrage sportif de sa pratique : « Le derby c’est un vrai sport ! » (Cat’s Eye, 32 ans, pratiquante depuis 2014).

L’année 2014 matérialise ainsi une rupture dans l’histoire de cette pratique, entre une première période au cours de laquelle le derby se présente comme un jeu carnavalesque et festif, prônant la débrouille et le do it yourself dans son fonctionnement, et une seconde période davantage tournée vers une dynamique sportive ; les équipes revendiquent désormais le « sérieux » (Breeze, 2013) de leur discipline. Un processus de sportivisation peut être évoqué afin de désigner cette transformation à l’œuvre qui se reflète autant dans la structure des équipes qui se « professionnalisent » (le fonctionnement par « tâtonnement » des débuts laisse place à une répartition réfléchie des tâches) que dans le jeu du derby, dont la dynamique festive et carnavalesque, auparavant inhérente au temps sportif, s’amenuise. Si, par le carnaval, les équipes françaises ont établi une rupture avec les pratiques traditionnelles, son abandon montre en retour la réinscription du roller derby dans les cadres traditionnels du sport de compétition. Cependant, le carnaval des débuts, aujourd’hui désigné par les pratiquants comme « folklore » du sport, n’a pas disparu du track2. Les interstices libres des matchs comme la présentation des équipes en début de rencontre ou la mi-temps sont, en effet, devenues les nouveaux espaces d’expression du carnaval, remobilisant au présent des imaginaires associés à la « période punk » du jeu.

Le changement identifié au détour des années 2013-2014 révèle une période conflictuelle au cours de laquelle les acteurs, divisés, ont été amenés à négocier de nouveau leur pratique, traversée par de « nouveaux » imaginaires. Le derby français cristallise de ce fait, un ensemble de ruptures et de continuités qui m’incitent désormais à poser la question suivante : en quoi les deux périodes identifiées dans l’histoire du derby français (2009-2014 puis celle qui débute en 2014 et s’étend jusqu’à aujourd’hui) font-elles intervenir des imaginaires du temps pluriels ? Ce travail me permettra d’introduire des éléments de réflexion concernant le rôle joué par les imaginaires dans la création de ruptures avec l’ordre temporel dominant de nos sociétés (Gui, Ekwa, 1995), le temps linéaire. De plus, je souhaite montrer que le passage d’un derby festif à un derby sportif constitue le résultat d’une transformation des imaginaires qui structuraient le cadre initial de ce jeu. En considérant les imaginaires comme « condition même de [l’]existence » (Debardieux, 2015) des pratiques, il s’agit d’identifier les éléments symboliques mobilisés par les acteurs lorsqu’ils investissent le cadre du jeu, tout en questionnant le sens qu’ils lui attribuent.

Une enquête socio-ethnographique est en cours depuis novembre 2019. Tout d’abord, une observation non participante a inauguré mon entrée sur ce terrain. J’ai ensuite rapidement chaussé des patins afin d’intégrer une équipe et conjuguer de l’intérieur la découverte de cette communauté à l’apprentissage du sport. Si l’occasion d’assister à quelques événements sportifs s’est présentée (un « bootcamp fresh meat », c’est-à-dire une journée de formation pour nouvelles recrues, un match d’envergure régionale ainsi qu’une assemblée générale), les restrictions liées à la crise sanitaire ne m’ont pas permis de découvrir d’autres facettes de la pratique, comme le Derbyland de Montreuil, la « grosse teuf » de ce sport ou des matchs Élites. La richesse de brefs échanges ou des discussions informelles au bord du track a pu être complétée par des échanges plus formels. Ainsi, cinquante entretiens semi-directifs menés auprès de membres d’équipes françaises ont guidé la suite de l’enquête. En les associant aux archives récoltées sur les pages Facebook des équipes, ces témoignages m’ont permis de reconstituer le temps long du derby français, afin de saisir les ressorts de la pratique au présent.

Dans un premier temps, je me focaliserai sur la période 2010-2014 du derby français au cours de laquelle la « fantaisie » (Ndagano, 2010 : 9) du carnaval structure l’apprentissage du jeu derby. Ensuite, il s’agira de s’intéresser à l’éviction du carnaval dans la pratique, et son impact sur les imaginaires autour desquels les collectifs se structuraient jadis. Enfin, j’introduirai quelques éléments concernant l’imbrication au présent du sport et du temps folklorique, comme un retour au « derby des débuts » (Kiss my Death, 30 ans, pratiquante depuis 2014).

2010-2014. Le fun et le temps festif du carnaval

Les Petites Morts de Bordeaux nous plongent dans l’univers décalé et carnavalesque du sport. Ici, les patins se font mortifères.

Le flat track roller derby doit sa popularité en Europe à la sortie sur les écrans du film Whip it en 2010 (Bliss pour sa version française), « la bible » du sport. Séduites par cette pratique sportive « badasse » lorsqu’elles la découvrent, les pionnières du derby ne s’affairent pas seulement à comprendre les rouages du jeu, elles s’engagent dans une véritable aventure créative à laquelle elles consacrent une grande partie de leur temps. Des recrutements à l’organisation d’événements sportifs et festifs, auxquels s’ajoute l’inévitable élaboration d’une « identité3 » d’équipe, le roller derby repose au cours de cette période de création sur une multitude d’activités qui empêchent de considérer les temps de jeu et d’entraînement comme les éléments structurants de la pratique. C’est davantage dans l’élan carnavalesque et festif dans lequel les Texas Roller Girls ont inscrit ce jeu sur roulettes, que les collectifs français fondent les bases de leur fonctionnement.

En effet, si la mécanique innovante de ce sport (les patins quads associés au contact) aurait pu suffire à susciter l’intérêt, c’est bien par le carnaval et la fête que la pratique s’implante en France. Un voyage en arrière sur les pages Facebook des équipes me permet de découvrir les formes du carnaval et de la fête entre 2009 et 2014 : de l’organisation de concerts lors des temps de matchs, en passant par l’utilisation de costumes et de maquillages fantasques ou bien la participation à des événements festifs divers (la salon du tatouage, des festivals d’art, etc.), le temps festif du carnaval est constitutif de la pratique. Pour reprendre le titre de l’ouvrage de Boyd et Mitchell (2015), le derby est alors un « joyeux bordel », au sein duquel les cultures urbaines comme le skateboard, ou alternatives comme le punk ou le rock, épousent ce sport qui leur emprunte notamment leurs valeurs et leur mode de fonctionnement (la logique do it yourself, les concerts, l’ancrage communautaire), ainsi que leur esthétique underground, fun et second degré, des flyers jusqu’aux corps sportifs.

La traduction et la compréhension de ce jeu collectif complexe s’accompagne d’une volonté des équipes de recréer l’univers burlesque et anti-conformiste de 2002. « En fait c’était un peu le côté, j’pense déguisements et trucs que tu te permets pas de mettre, ou de faire dans ta vie civile entre guillemets du coup, et que moi perso qui me plaisait du coup » (Disaster Uppercut, 35 ans, créatrice d’équipe en 2010). Cette rupture avec le mainstream traduit l’engouffrement du derby dans le « temps explosif de la création » (Gurvitch cit. par Maillard, 2005 : 202). En effet, cette période de la discipline se concentre alors sur l’invention et le bricolage d’un autre univers, « en dehors de la vie courante » (Bakhtine, 1970 : 16) et « empreint de liberté » (Ndagano, 2010 : 9). Des derby wedding (les mariages entre équipes) aux matchs « déjantés » musicaux et fun, le derby est transporté par un ensemble de rituels ludiques, des « unités socio-temporelles plus ou moins closes sur elles mêmes » (Turner cit. par Segalen, 2009 : 25), au cours desquels l’art du détournement est célébré, ne faisant que renforcer cette impression de fermeture avec l’extérieur. Au carnaval et ses jeux d’« inversion » (Fabre, 1992) qui autorisent « l’affranchissement des rôles sociaux et de la morale commune » (Duvignaud, 2012 : 27), « l’effervescence de la fête » (Duvignaud, op. cit. : 25) offre un décalage avec l’ordre temporel du quotidien : « c’était juste du fun » (La Fée pas chier, 40 ans, créatrice d’équipe en 2011).

Très rapidement, le carnaval et la fête deviennent accessoires, secondaires, au profit d’un sport qui s’impose de plus en plus dans le quotidien des équipes. « On n’a plus le temps » (Ninja Dolls, 31 ans, pratiquante depuis 2012) justifie désormais l’éviction du temps festif qui ne sert plus les intérêts du sport et de ses pratiquants qui souhaitent davantage se concentrer sur le patin et les stratégies du jeu.

2014 à aujourd’hui. « On n’a plus le temps » ou la fin de la fête ?

Le blason de l’équipe de France de roller derby emprunte au monde sportif ses symboles (le coq et le drapeau national).

Si, au cours de ses premières années d’existence du derby, le fun et le détournement de l’ordre séduisent ses adeptes, les temps rituels de la fête se confrontent ensuite au temps sportif qui structure progressivement les collectifs : « Y’a eu un moment où ce côté un peu à la marge s’est professionnalisé, les joueuses ont voulu devenir des vraies sportives et participer à des tournois sportifs, voilà à ce moment là y’a fallu faire un choix » (Mary’s Dynamited, 42 ans, pratiquante depuis 2011). Réponse à la recherche de viabilité du sport, ou bien suite logique à la progression des équipes, la pratique semble tiraillée entre l’abandon du ludique qui la distinguait de la « masse » et la recherche de performance sportive combinée à la volonté d’une reconnaissance de la part des institutions. En éloignant son carnaval, le derby affiche son « sérieux » et revendique son inscription dans les cadres légitimés du sport mainstream (Jarvie, 2006). Réduire le temps festif semble devenir la preuve d’une « maturité sportive » : finies les rêveries adolescentes, c’est l’avenir qui doit désormais se construire.

Tandis que le carnaval participe à inscrire la pratique du derby dans un temps de « l’instant » où « le présent et le passé sont dissous dans la création d’un avenir transcendé » (Maillard, 2005 : 202), le bricolage du ludique et la spontanéité des rencontres laissent aujourd’hui place à une dynamique sportive véritable. Le derby semble désormais guidé par une temporalité conduite par le calendrier sportif, laissant se dessiner son entrée dans l’ordre temporel dominant de nos sociétés, conduit par le rythme des programmations sportives et dans lequel « tout s’ajoute, s’accumule, nourrit le présent et féconde le futur » (Gui Ekwa, 1995). Un futur se dessine : le derby junior, les rêves olympiques évoqués lors des entretiens ainsi que les perspectives d’intégrer l’équipe nationale structurent aujourd’hui l’organisation du sport, remplaçant les initiatives qui œuvraient jadis à la création fantaisiste et festive d’un monde « à l’envers », sans lendemain. C’est un temps rationalisé qui s’impose, inscrit dans un « processus [ayant] pour objectif une articulation plus étroite et plus efficace entre les moyens et les fins » (Rosa, 2010 : 71). Le temps du derby tend à rejoindre la distinction proposée par Brigitte Bouquet entre le temps événementiel dans lequel le jeu festif s’inscrivait « [relevant] du bricolage, de l’inventivité et de la mobilisation “dans l’instant” », et le temps institutionnel dont le jeu sportif en constitue l’écho, s’appuyant quant à lui « sur des normes, des routines et des procédures, “dans la durée” » (Bouquet, cit. par Dubar, 2004 : 120).

Si le temps sportif prédomine à partir de 2014, mon enquête me conduit pourtant à observer la persistance ponctuelle du carnaval. Devenu « folklore » du sport, le temps festif des débuts témoigne conjointement des transformations vécues par cette pratique sportive, tout comme il soulève la présence d’imaginaires du temps pluriels au sein de ce jeu.

Le folklore actuel du derby : juste un « souvenir » ?

Le “Derbyland est la “grosse teuf” de l’équipe des Nasty Pécheresse de Montreuil durant laquelle le spectacle sportif se mêle aux arts et à la fête.

Aujourd’hui, alors que les pratiquants s’accordent à revendiquer le « sérieux » du derby en écartant toutes les formes de burlesque de la pratique sportive, persiste de manière isolée (le maquillage ou les bas résilles pour les équipes fresh – débutantes) ou « spectacularisée » lors de journées de match comme le Derbyland de Montreuil ou le Skate Hard de Lille, l’ancrage festif et carnavalesque des débuts. Le « folklore » du derby, un terme sciemment utilisé par les pratiquants eux-mêmes, qualifie le temps festif dans la pratique actuelle. Plus encore, il désigne la persistance dans le temps présent, rationalisé et compétitif, des traces d’un passé guidé par l’improductif et, par opposition au « sérieux » du sport, au « non sérieux » de la fête et du carnaval. Bien qu’il soit devenu avec le temps « accessoire », le folklore persiste. Ainsi, de la même manière que le temps festif et carnavalesque marque en 2010 une rupture avec l’ordre temporel dominant, le folklore rétablit une forme de résistance temporelle, par laquelle s’exprime le refus d’une homogénéisation sportive de la pratique. Or, plus qu’une volonté de redonner vie à un jeu révolu, le folklore, dans son expression la plus spectaculaire, se caractérise non pas comme un « retour en arrière » lorsque les sociabilités étaient guidées instinctivement par la création d’un monde à l’envers, mais davantage comme un temps donné au cours duquel le passé se rejoue (Mazeau, 2019). Si le folklore est de nouveau signifié par les artefacts du carnaval et de la fête (le déguisement, le théâtralisation du sport, les concerts) rappelant « le derby des débuts » et ses « souvenirs punks », ce ne sont plus forcément les joueuses expérimentées qui les portent lors des matchs. Les nouveaux acteurs du folklore semblent être ceux qui sont épargnés par la dynamique sportive.

Les fresh meat ou encore les équipes B par exemple s’en emparent en effet volontiers lors des temps de matchs, ainsi que les hommes qui réactualisent le folklore lorsque le jeu s’interrompt. Les pom-pom boys constituent par exemple les nouveaux acteurs burlesques de ce folklore, et s’emparent des mi-temps pour redonner au show du derby, sa force d’antan : « Les choses changent mais en fait le folklore du derby permet justement de véhiculer un peu cette vision du sport alternatif, tu vois tu disais punk mais c’est pour moi assez lié le roller derby et le mouvement punk [] peu importe les impacts que ça aura dans ta vie future […], voilà y’a cette notion de … J’ai pas envie de dire no future, parce que c’est pas vraiment ça mais y’a comme une brise de no future qui traîne dans le derby folklorique » (Angela Pickles, 40 ans, pratiquante depuis 2016).

Conclusion

Cette contribution m’a permis d’initier des réflexions autour des différentes périodes identifiées dans l’histoire du roller derby français, chacune reposant sur différents imaginaires du temps. Les premières années (2010-2014) sont considérées comme « la période punk » du derby, au cours de laquelle les équipes émergent autour de la volonté de perpétuer l’univers burlesque dans lequel les Texas Roller Girls ont inscrit la recréation du sport. Les artefacts du carnaval et l’anti-conformisme burlesque renferment des imaginaires qui ancrent la pratique dans un temps festif et sans avenir, seulement guidé par le plaisir de l’immédiateté. Un tournant s’opère autour de 2014 lorsqu’une dissociation s’établit entre le temps sportif (entraînements et matchs) et le temps carnavalesque, devenu secondaire. En devenant « un vrai sport » (Minouchka, 30 ans, pratiquante depuis 2016), le derby rétablit une continuité normative avec les cadres sportifs traditionnels et temporelle en ce qu’il s’agit d’intégrer un dynamique de progrès. Or, la présence des formes de « folklore » lors des temps sportifs fait intervenir dans le temps présent du sport, des imaginaires issus d’une période révolue de la discipline, confrontant ainsi le temps linéaire et progressif du sport, et le temps explosif du carnaval des débuts, comme un « retour » au modèle premier de ce jeu.

Bibliographie

Bakhtine M., 1970, L’œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen-Age et sous la Renaissance, Paris, Gallimard.

Beaver D. T., 2012, « “By the skaters, for the skaters” The DIY ethos of the Roller Derby revival », Journal of sport and social issues, vol. 36, n°1, pp. 25-49.

Boyd A., Oswald M.D., 2015, Joyeux bordel. Tactiques, principes et théories pour faire la révolution, Paris, Éditions Des liens qui libèrent.

Breeze M., 2013, “Analysing ‘seriousness’ in Roller Derby: Speaking critically with the Serious Leisure Perspective”, Sociological Research Online, [en ligne], http://www.socresonline.org.uk/18/4/23.htlm. Consulté le 25/08/2019.

Dubar C., 2004, « Régimes de temporalités et mutation des temps sociaux », Temporalités, vol. 1, n°1, [en ligne], https://journals.openedition.org/temporalites/661. Consulté le 07/02/2021.

Duvignaud J., 2012, Le don du rien. Essai d’anthropologie de la fête, Téraèdre, Paris.

Gui Ekwa M., 1995, « Temps cyclique, temps linéaire », Aspects sociologiques, vol. 3, n°1, pp. 4-9.

Jarvie G., 2006, Sport, culture and society: an introduction, Londres/New-York, Routledge.

Maillard A., 2005, « Les temps de l’historien et du sociologue. Retour sur la dispute Braudel-Gurvitch », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 119, n°2, pp. 197-222.

Mazeau G., 2019, « Revivre ou déjouer le passé ? Reprendre l’histoire de la Révolution française », Sociétés & représentations, vol. 47, n° 1, pp. 27-38.

Ndagano B., (dir.), 2010, Penser le carnaval, Paris, Éditions Karthala.

Rosa H., 2010, Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte.

Segalen M., 2009, Rites et rituels contemporains, Paris, Armand Colin.

Storms C., 2009, « “There’s no sorry in roller derby”: A feminist examination of identity of women in the full contact sport of roller derby », The New York Sociologist, vol. 3, pp. 68-87.

1Afin de préserver l’anonymat des enquêtés, j’ai choisi d’utiliser le principe du « derby name », les pseudos de jeu des pratiquants de roller derby, que j’ai ensuite modifiés.

2Le track est le nom donné au terrain sur lequel le jeu se déroule.

3Cette « identité d’équipe » comme la nomme les pratiquants se réfère au nom de l’équipe, son logo, mais également le merch (les goodies que vendent les équipes) ou des flyers annonçant la tenue d’un match et dont l’esthétique rejoint celle des équipes américaines : guerrière et sanguinolente.


Laurent Di Filippo

MCF en SIC, docteur en SIC et études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search