[Article] « En vacances au Moyen Âge » : les reconstituteurs de la période médiévale à la recherche d’un temps perdu ?

Martin Bostal

Centre de recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales (CRAHAM – UMR 6273, Université de Caen Normandie)

m.bostal[at]hotmail.fr

La reconstitution du Moyen Âge : un lieu hors du temps ? (Médiévales de Crèvecœur, 2018, photographie de François Hamm, avec l’autorisation du Château de Crèvecœur-en-Auge)

 

La reconstitution historique est une pratique qui vise à représenter de manière vivante certains aspects du passé. Par le biais d’une re-création matérielle basée sur une démarche documentaire, les reconstituteurs cherchent à incarner des hommes et des femmes du passé et à faire l’expérience de leur quotidien. L’objectif d’historicité que poursuivent ces derniers distingue théoriquement la reconstitution d’autres mises en vie du passé. À la différence des fêtes médiévales qui proposent une appropriation festive du passé et mettent en scène des aspects caricaturaux ou tournés vers l’imaginaire du Moyen Âge, les reconstituteurs sont à la recherche d’une forme d’authenticité. La reconstitution reste toutefois très hétérogène et les nombreux biais qu’implique cette démarche en font bien une forme de représentation du passé (Tuaillon Demésy, 2011 ; Bostal, 2020). Bien qu’elle puisse être le cadre d’une activité professionnelle, la reconstitution reste majoritairement une pratique de loisir que l’on peut rattacher aux serious games, puisqu’une part de sa dimension récréative repose sur une finalité autre que le divertissement, et notamment le fait « d’apprendre, d’informer, d’expérimenter et de s’entraîner » (Alvarez et Djaouti, 2012 : 9). En public, l’action des reconstituteurs alterne entre animation et médiation (démonstrations, ateliers, échanges…). Celle-ci se réalise dans différents cadres : reconstitution de bataille, interventions sur des sites du patrimoine, mais également dans des fêtes médiévales de diverses envergures, ce qui contribue à brouiller les frontières entre cette activité et d’autres pratiques plus folkloriques.

Par son objet même, ce loisir entretient un rapport crucial avec le temps. La volonté des reconstituteurs de redonner momentanément vie à un temps définitivement révolu n’est-elle pas susceptible de convoquer différents imaginaires du Moyen Âge ? La recherche d’authenticité historique qui commande à leur pratique la détache-t-elle des implications émotionnelles que suscitent les représentations du Moyen Âge ?

Dans le cadre d’une thèse consacrée à la pratique de la reconstitution médiévale en France (Bostal 2020), 44 entretiens semi-directifs ont été réalisés en 2016 et 2017 auprès de reconstituteurs de la période médiévale pour interroger leurs conceptions de la pratique, leurs visions de ses limites ainsi que ses différents modes de réalisation. Le recueil de ces données s’est accompagné d’observations directes de 19 manifestations proposant une restitution de différents contextes chronologiques et impliquant une interaction entre reconstituteurs et visiteurs. En parallèle, ce travail a mené à un premier état des lieux de la pratique en France en référençant, au 1er janvier 2019, 684 associations de loi 1901 consacrées à la reconstitution de la période médiévale et en étudiant la manière dont ces structures définissent et décrivent leur activité, dans leur objet de déclaration ainsi que sur leurs différentes pages web.

En reposant sur l’analyse de ces données – qui sont présentées en détail dans la thèse évoquée – cet article propose d’explorer les multiples implications temporelles de cette pratique. Cette question sera abordée en deux temps : “en jeu” et “hors-jeu”. Il s’agira tout d’abord de comprendre comment peuvent être représentés des événements et des rythmes passés dans le cadre du jeu. Nous nous intéresserons ainsi aux temporalités du Moyen Âge qui ont la faveur des reconstituteurs et aux marqueurs que mobilisent ces derniers pour inscrire leur activité dans un cadre chronologique, pour “dire” et “jouer” le temps médiéval. Nous interrogerons ensuite la recherche d’un “dépaysement” temporel manifesté par certains pratiquants, en nous demandant si la volonté de sortir du présent implique nécessairement une idéalisation du passé.

Faire l’expérience du temps

Comment les reconstituteurs s’intéressant au Moyen Âge expriment-ils le temps ? Il faut explorer à la fois les repères mobilisés par les associations pour situer leur action dans le passé mais également la manière dont les reconstituteurs parlent et vivent le temps médiéval à travers leur pratique.

S’inscrire dans le temps

Dans la définition de leur activité ou dans leur nom même, les associations de reconstitution médiévale signalent fréquemment l’espace-temps dans lequel elles inscrivent leur action pour témoigner de la cohérence de leur démarche. Selon les associations considérées, les bornes de ce cadrage temporel apparaissent fluctuantes. Certains groupes se situent par rapport à un intervalle chronologique précis : l’association Via Historiae s’attache ainsi à deux contextes chronologiques (les années 1380-1420 et 1450-1470). Une unique date permet parfois de situer l’action de l’association (par exemple : l’Ordonnance Saint Michel 1473). Dans ce cas, il n’est pas question de représenter spécifiquement cette année, mais bien de se situer autour d’un repère qui fait sens pour les membres de l’association. Lorsqu’il est suffisamment évocateur, la mention d’un règne peut également servir de cadre temporel (« au temps de Saint Louis »), de même que celle d’un épisode historique précis (« du temps de Jeanne d’Arc »). D’autres associations inscrivent leur action dans des bornes plus larges, avec une « fourchette » chronologique s’étendant parfois sur plusieurs siècles. C’est par exemple le cas de l’association Gjallahorn, qui se donne pour objectif de « reconstituer la vie civile et l’artisanat viking d’une période de l’histoire comprise entre le VIIIe siècle et le Xe siècle ». Ce phénomène touche plus particulièrement l’activité qui porte sur le Moyen Âge central, et notamment la reconstitution s’intéressant au monde viking (Bostal, 2020 : 141-142). La plus grande disparité des sources pour restituer le quotidien matériel impose en effet de considérer un cadre large, parfois de plusieurs siècles. Si cette démarche trouve sa raison d’un point de vue purement pratique, elle est susceptible de remettre en cause la cohérence historique des éléments présentés.

Les données statistiques doivent également nous interpeller : sur les 470 associations référencées comme “actives” s’intéressant au Moyen Âge, 159 ne précisent aucune borne chronologique permettant de les situer autrement que dans le « Moyen Âge » (Bostal, 2020 : 141). Cette absence d’ancrage incite à la prudence quant à la démarche de plus d’un tiers des pratiquants.

Dire le temps

La reconstitution historique est avant tout une activité basée sur le matériel : c’est la re-création d’un environnement matériel qui permet à la pratique de se réaliser. À l’inverse, la restitution de ce qui touche au domaine du social, que l’on peut rattacher aux “mentalités” de la période considérée, apparaît plus complexe tant elle est empreinte de subjectivité : comment restituer le phrasé, la croyance ou, dans le cas présent, la conception du temps ?

Signalons ici que cette interrogation ne se rattache qu’à une facette précise de la reconstitution. En effet, les modes d’actions de cette pratique diffèrent selon que les reconstituteurs recherchent ou non une immersion. Dans le premier cas, il ne s’agit pas tant d’interpréter une figure historique réelle – un aspect qui reste finalement assez rare – que d’incarner des archétypes de personnages (soldats, guerriers, clercs, artisans, laboureurs, etc.) et de chercher à les faire vivre dans leurs interactions, adoptant un phrasé et des codes relationnels qu’ils jugent adéquats avec leurs positions sociales Ce faisant, ils s’éloignent d’une posture de médiateur contemporain, dans une interprétation qui se rapproche du roleplay (Bostal, 2020 : 492). Ce mode de jeu peut être rapproché du simulacre (mimicry) selon la catégorisation des formes ludiques proposée par Roger Caillois (Caillois, 1958 : 47 ; Tuaillon Demésy, 2011 : 425 ; Pawleta, 2012 : 133). Dans l’espace du jeu, le reconstituteur-joueur devient un personnage en prétendant adopter une autre identité. La « façade », selon l’expression d’Erving Goffman, désigne alors le dispositif permettant au performer d’interpréter son rôle, de son costume à sa manière de parler (Goffman, 1959 ; Pawleta, 2017 : 43). En considérant l’impossible restructuration mentale que supposerait de se mettre pleinement “dans la peau” d’un personnage du passé, cette incarnation reste sujette à une large part d’improvisation, et donc d’une interprétation subjective qui rapproche cet aspect de la reconstitution d’une forme d’imaginaire. Ce jeu de personnages tente toutefois d’intégrer des données historiques sur le vocabulaire, les interactions sociales ou, dans le cadre de notre interrogation, sur le rapport au temps.

Penser et dire le temps est une habitude de la pensée : une manière d’évaluer et de conceptualiser la réalité. Dans le cadre de la reconstitution, intégrer et interpréter la conception du temps des hommes du Moyen Âge se heurte à plusieurs barrières. Dans l’Europe chrétienne médiévale, la conception du temps est extrêmement marquée par le rythme du travail ainsi que par le cadre religieux. Avant la généralisation des horloges mécaniques, le temps est mesuré en fonction du lever et du coucher du soleil : jour et nuit sont divisés chacun en douze heures, de durée variable selon les saisons. Ce sont les cloches des églises qui signalent les heures des prières liturgiques et qui rythment le quotidien des hommes. En parallèle du décompte des jours et des mois, le temps de l’année est lui-même situé par rapport à des références qui constituent des jalons de la mémoire (année d’un sacre, d’une bataille, etc.) ou des repères pratiques qui font sens pour les usagers, en rapport avec les cycles agraires et liturgiques. Les fêtes des saints fournissent également des repères, notamment parce que les célébrations religieuses coïncident avec certains impératifs : fin septembre, la saint Michel correspond par exemple au paiement des fermages après la récolte. À ces grands repères se greffent des jalons plus locaux : marchés, foires, célébration d’un saint local, etc. Bien entendu, différents systèmes s’appliquent selon le contexte historique de référence.

Face à la complexité apparente de ce système par rapport à nos référentiels contemporains et à la difficulté de le substituer aux automatismes du langage, on saisit que la mise en place de ces références temporelles relève d’un défi de taille pour les reconstituteurs. Force est de constater que les éléments se rapportant à la mesure du temps sont le plus souvent absents du roleplay. Il faut saisir que le manque d’un cadre de vie “réel” n’aide pas à la substitution. Même dans les contextes les plus immersifs, les reconstituteurs ne se soumettent pas à un rythme de travail et de vie complet, qui prendrait en compte les tâches quotidiennes, les temps de prières et les impératifs du cycle jour/nuit. Quant au temps long – celui du mois et de l’année –, il n’est pas abordé dans le cadre de manifestations dont la durée dépasse rarement quelques jours. Plus généralement, le dispositif ludique ne s’encombre pas d’une reconstitution qui se rapproche au plus près des temporalités qui rythmaient le quotidien de la période considérée. Les heures qui organisent la journée des reconstituteurs restent très contemporaines : l’ouverture au public, la visite, la pause repas, les pauses « cigarette » pour certains, la fermeture, l’« apéro » et la soirée au cours de laquelle les principes de la reconstitution sont souvent atténués, voire oubliés. À n’en pas douter, les reconstituteurs sont conscients de ces limites. Dans le corpus d’entretiens à la base de cette analyse, 88 % des enquêtés évoquent ce qui touche à l’immatériel comme une des limites de leur activité (Bostal, 2020 : 229-233). Cependant, à l’inverse de la parole ou de la religion, le temps lui-même n’est jamais spécifiquement évoqué. Cette absence montre que la question est en fait rarement au cœur des préoccupations des reconstituteurs.

Jouer et vivre le temps

À partir de la re-création d’une des premières horloges mécaniques, les reconstituteurs illustrent ici le bouleversement qui apparait à la fin du XVe siècle dans le rapport au temps. (Médiévales de Crèvecœur, 2014, avec l’autorisation du Château de Crèvecœur-en-Auge)

Quelques tentatives pour “vivre” le temps médiéval existent cependant dans des contextes de reconstitution précis. Dans les temps « off » (sans public), certaines structures telle que la Company of Saynt George ont la réputation d’imposer un cadre temporel précis à leurs membres pour tenter d’approcher certaines composantes du temps des hommes du XVe siècle. Lors de la prestation tenue par cette structure en avril 2016 au château du Haut-Kœnigsbourg, des tours de garde étaient ainsi organisés selon différentes heures du jour et de la nuit, le but étant de simuler le quotidien de la vie militaire. En l’absence d’observation directe, il est toutefois complexe de juger des modalités de ces investissements. Dans un cadre différent, des tentatives ont pu être menées lors des Médiévales de Crèvecœur. Cette manifestation constitue un cas à part au sein du monde la reconstitution médiévale française. Au fil d’un scénario différent chaque année, elle propose une immersion dans le quotidien d’une petite seigneurie normande dans la seconde moitié du XVe siècle. Dans leurs interactions en jeu et dans leurs échanges avec le public, les reconstituteurs incarnent des personnages sans recourir – en principe – à un discours contemporain. Pour l’édition 2015 dont le thème était justement « la mesure du temps », un document a été réalisé par les organisateurs pour permettre aux reconstituteurs de mieux appréhender la manière de dire et de mesurer le temps, et notamment pour énoncer des repères chronologiques cohérents avec le contexte sensément représenté : les « ides » du mois, l’« octave » de la saint Jean, le temps de faire « trois lieux », s’être levé « à matines », etc. L’expérience a montré que l’acquisition de ces automatismes est particulièrement complexe quand il s’agit de mesurer le réel et de se substituer aux habitudes du langage.

Dans la recherche d’un temps médiéval qui serait “vécu” davantage que joué, il est enfin nécessaire de prendre en compte la dimension expérientielle que revendiquent certains pratiquants de la reconstitution. La recherche d’une coïncidence émotionnelle peut pousser des reconstituteurs à s’immerger totalement dans la situation représentée. Cette expérience sublimatoire, à la fois « physique et psychologique  », a été conceptualisée sous le terme de « period rush » (Agnew, 2004 : 330) ou de « magic moments » (Daugbjerg, 2017 : 161). Il s’agirait d’un stade « de complète absorption » caractérisé par un effondrement des barrières entre le passé et le présent (Agnew, 2004 : 330). La mise en place d’un cadre immersif contraignant peut agir comme un accélérateur dans ce ressenti. Un reconstituteur du XVe siècle mentionne, par exemple, la participation à un camp militaire sur une durée de trois jours, au cours desquels il a dû effectuer des tours de garde en pleine nuit, se livrer à des temps de prière et encourir des sanctions de la part de son officier s’il désobéissait aux ordres (Bostal 2020, 546). Vécue comme authentique, cette expérience demeure bien une illusion du réel : le reconstituteur l’ayant éprouvée a pu ressentir une “sortie” du présent, sans pour autant être “allé” au Moyen Âge.

Retrouver le temps

Pourquoi se plonger dans le passé au point de chercher à le faire revivre ? Si la reconstitution historique est largement tributaire d’une dimension ludique, le choix du Moyen Âge comme espace de jeu n’en reste pas moins marqué par des préoccupations personnelles et mémorielles qui montrent un rapport parfois complexe avec le présent.

Sortir du présent

À partir de la re-création d’une des premières horloges mécaniques, les reconstituteurs illustrent ici le bouleversement qui apparait à la fin du XVe siècle dans le rapport au temps. (Médiévales de Crèvecœur, 2014, avec l’autorisation du Château de Crèvecœur-en-Auge)

Les représentations du Moyen Âge constituent un foyer de références pour définir une identité, et ce depuis l’enfance (Di Carpegna Falconieri, 2015 : 19-25). Moyen Âge de la liberté, de la bravoure et de l’aventure, il est l’âge ténébreux où la référence au fantastique est omniprésente. Il est également lié à l’idée de “tradition”, qui s’exprime à travers le savoir-faire artisanal mais également au cours des interactions de la vie en communauté. Au sein des enquêtés, 43 % des reconstituteurs évoquent un lien entre leur imaginaire d’enfant pour le Moyen Âge et leur entrée dans la pratique de la reconstitution (Bostal, 2020 : 613). La grande faveur que connaissent les thématiques guerrières et militaires au sein de l’activité rappelle ce lien crucial. Mais les reconstituteurs dialoguent également avec le passé en tant qu’adultes mus par des préoccupations très contemporaines.

Une part de l’intérêt pour ce loisir se rattache à une volonté, voire à un besoin, de s’éloigner du quotidien. Parce que l’idée du Moyen Âge est par essence étrangère à notre mode de vie contemporain, son évocation constitue une forme d’« échappatoire » (Holtorf, 2017 : 17). Parmi les reconstituteurs enquêtés, 25 % définissent en effet la reconstitution comme une rupture avec le quotidien, tandis que 32 % mentionnent la recherche d’une forme de dépaysement par une expérience « autre » ou « authentique » (Bostal, 2020 : 616). Il s’agit d’« oublier » ou de se « déconnecter » du quotidien, notamment en mettant de côté certains attachements matériels, à l’exemple des téléphones portables. Les terrains de la reconstitution deviennent alors des « zones enchantées » au sein desquelles les pratiquants peuvent faire des expériences impossibles dans le quotidien du XXIe siècle (Fenske, 2017 : 244). Cette coupure avec le présent est signifiée à différentes niveaux : formation de nouveaux cercles de sociabilités, lien avec la nature ou pratique du travail manuel. Il s’agit bien de retrouver des rythmes perçus comme oubliés, ce qui inscrit cette recherche de dépaysement temporel dans une forme de réaction au présent. La question se pose alors : cette volonté de sortir du présent ne s’accompagne-t-elle pas d’une projection dans un passé médiéval largement empreint d’un imaginaire très “présent” de cette période ?

Idéaliser le passé ?

L’authentique, la tradition, la proximité : les motivations de ces « vacances » au Moyen Âge ne se risquent-elles pas à idéaliser ce passé retrouvé ? Un reconstituteur considère ainsi que « le maître-mot de la reconstitution, c’est retrouver des rythmes naturels », tandis qu’un autre passionné de la période viking évoque l’« osmose avec la nature » qu’il ressent par le biais de son activité (Bostal, 2020 : 617). On ne peut nier que les sociétés du Moyen Âge étaient sans doute davantage liées à la nature que nous ne le sommes, notamment à travers ses réalités de subsistance et de production qui nécessitaient de se conformer aux rythmes des saisons, ainsi que par l’existence de certaines sensibilités et croyances. Il faut toutefois rappeler que ce qui pourrait être aujourd’hui conçu comme un rapport privilégié entre l’homme médiéval et la nature n’est pas une relation par choix, mais par obligation. Considérer l’homme médiéval comme  ”plus écologique”  que l’homme du XXIe siècle relève d’un anachronisme qui transpose les préoccupations contemporaines de notre rapport à la nature sur une société passée. À ces attentes se mêlent d’autres motivations qui inscrivent la reconstitution dans une recherche d’identité qui se confond parfois avec une instrumentalisation idéologique et contribue à créer un Moyen Âge de fiction (Bostal, 2020 : 620-649).

Bien que la reconstitution puisse dépasser le simple hobby, il importe bien sûr de relativiser l’importance de ces sentiments pour ne pas concevoir entièrement ses pratiquants comme des antagonistes du présent ou des nostalgiques du passé. Beaucoup ne manifestent pas d’idéalisation pour la vie des hommes – et surtout des femmes – du Moyen Âge. Certains semblent entretenir uniquement un rapport d’ordre ludique avec cette activité, à l’image de cet enquêté pour qui la reconstitution est d’abord « un rassemblement de copains », une occasion de « boire des bières » et « de jouer au chevalier  » (Bostal, 2020 : 648).

Conclusion

Le rapport entretenu par la reconstitution historique avec le temps est crucial autant qu’il est complexe. Par définition même, cette pratique de loisir s’ancre dans le passé. Dans sa réalisation, elle fait apparaître la difficulté de représenter et d’exprimer le temps du Moyen Âge, dont les repères restent très éloignés des automatismes de la pensée moderne. Parallèlement, la recherche du passé inscrit la reconstitution dans une sortie du présent qui en vient parfois à idéaliser un Moyen Âge très contemporain dans les attentes qui lui sont associées. Les rapports de la reconstitution avec le temps, qui est pourtant l’objet même de son action, illustre donc particulièrement les tensions qui s’expriment dans cette activité entre imaginaires du passé, dimension ludique et recherche d’historicité.

Bibliographie

Agnew V., 2004, « What is reenactment ? », Criticism, n° 46, pp. 327 339.

Alvarez J., Djaouti D., 2012, Introduction au Serious Game, Paris, Questions théoriques.

Bostal M., 2020, L’histoire face à l’histoire vivante. Expérimentation, médiation et représentations à travers la pratique de la reconstitution historique du Moyen Âge, thèse en histoire et archéologie médiévale, Université de Caen Normandie.

Caillois R., 1958, Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard.

Daugbjerg M., 2017, « Being there : Time travel, experience and experiment in re-enactment and “Living History” performances », in Petersson B., Holtorf C. (dirs), The Archeology of Time Travel : experiencing the past in the 21th century, Oxford, Archaeopress Archaeology, p. 157-174.

di Carpegna Falconieri T., 2015, Médiéval et militant. Penser le contemporain à travers le Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne.

Fenske M., 2017, « History as an Adventure. Time travel in late modernity from the perspective of an European Ethnologist », in Petersson B., Holtorf C. (dirs), The Archeology of Time Travel : experiencing the past in the 21th century, Oxford, Archaeopress Archaeology, pp. 241 255.

Goffman E., 1959, The presentation of self in everyday life, New York, Anchor Books.

Holtorf C., 2017, « The meaning of time travel », in Petersson B., Holtorf C. (dirs), The Archeology of Time Travel : experiencing the past in the 21th century, Oxford, Archaeopress Archaeology, pp. 1 22.

Pawleta M., 2012, « The archaeological fête in ludic space », in Chowaniec R., Więckowski W. (dirs), Archaeological Heritage : Methods of Education and Popularization, Oxford, Archeopress, pp. 133-140.

Pawleta M., 2017, « Theatrum archaeologicum : staging the past via archaeological fêtes and historical re-enactment », Sprawozdania Archeologiczne, n° 69, pp. 33 54.

Tuaillon Demésy A., 2011, L’Histoire vivante médiévale, approche socio-anthropologique, thèse en sociologie, Université de Franche-Comté.


Laurent Di Filippo

MCF en SIC, docteur en SIC et études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search