[Article] Fun runs : loisirs, espaces et imaginaires. Le cas de la France métropolitaine

Romain LEPILLÉ

Centre d’Etudes des Transformations des Activités Physiques et Sportives (CETAPS – EA 3832, Normandie Univ., Université de Rouen Normandie)

Sciences Appliquée à L’Environnement (SCALE – FR CNRS 3730, Normandie Univ., Université de Rouen Normandie)

Romain.lepille1 [at] univ-rouen.fr

 

Depuis quelques années, des courses d’apparence nouvelle, qu’on décrit comme des fun runs (Lepillé et al., 2016)[1], se déploient à l’échelle internationale. Ces épreuves proposent de courir déguisé dans des espaces publics, et se présentent comme des « événements » hybrides, à la fois festifs et sportifs, physiques et numériques. Ces manifestations rencontrent un certain succès auprès des jeunes et de leur entourage, qu’elles mobilisent par l’intermédiaire des médias sociaux.

Ces pratiques sont récentes, et encore peu étudiées. Les caractéristiques originales qui les identifient et les dynamiques dont elles témoignent sont encore mal connues. Quels sont ces événements ? Comment se présentent-ils ? Quelles sont les formes d’imaginaires développées autour de ces courses atypiques ? Comment les espaces de pratique sont-ils investis par les coureurs et les organisateurs pour produire ces imaginaires spécifiques ?

Au confluent de la sociologie des loisirs (Dumazedier, 1988 [1962] ; Viard et al., 2002) et de la géographie sociale (Di Méo, 2001 ; Frémont, 1999 ; Lazzarotti, 1995) ce travail s’inscrit dans le cadre plus général d’une thèse[2] (Lepillé, 2017) interdisciplinaire. Il s’agit d’étudier à l’aide du cadre théorique des médiations territoriales (Di Méo, 2001), des natures aroundoor (Mao et al., 2013) spécifiques : des forêts urbaines.

Ce travail prend appui sur l’analyse approfondie des « forêts d’exception » qui composent la ceinture verte de la métropole rouennaise (Lepillé et al., 2017b). Ces forêts urbaines sont à la fois des milieux naturels jugés exceptionnels (pour les services écosystémiques qu’elles rendent aux populations) et des territoires du quotidien qui sont investis de fonctions récréatives plus importantes et plus diverses que par le passé. Cela implique donc d’inventer des formes de gestion nouvelles, capables d’articuler aux enjeux économiques (exploitation forestière, filière bois) et écologiques (biodiversité, transition énergétique), les préoccupations des populations, qui touchent au cadre de vie (Lepillé et al., 2017a), à l’habitabilité des métropoles et à la réalisation de soi par les loisirs (Dumazedier, 1962, 1988 ; Viard, 2002).

Parler d’imaginaire c’est se référer au réel sans pour autant en être un double parfaitement fidèle. Il s’agit du lien entre le réel et l’image qui conditionne la notion d’imaginaire (Debarbieux, 2014). Cet imaginaire se forme dans un espace qui lui est propre.

Dans le cadre de cette recherche, c’est à travers la géographie sociale des territoires du quotidien (Di Méo, 2001 ; Frémont, 1999 ; Lazzarotti, 1995) que l’entrée est privilégiée ; motivée par le fait que « l’existence n’est pas seulement structurée par le temps, elle l’est tout autant par l’espace. Elle n’est pas seulement chargée d’une histoire, elle l’est aussi d’un milieu. » (Watsuji, 2011). Il y a une « dimension propre des milieux, qui n’est ni celle de l’objet, ni celle du sujet, mais celle de la relation qui institue réciproquement ces deux termes, et qui s’oriente en fonction du second. » (Berque, 1994)

La première partie de l’article se focalise et établie le lien entre un travail de recherche sur les loisirs sportifs dans des forêts urbaines et l’apparition de nouvelles courses qui mènent le chercheur sur des pistes de réflexion originales. Il s’agira également ici de décrire la méthodologie employée qui a conduit à la création d’une base de données (N=1021). Les deux parties suivantes serviront d’abord, à l’appui de la base de données, à relever les caractéristiques qui distinguent deux grandes familles d’activités. Cette première dialectique sera, dans un troisième temps, croisée avec les types de milieux qui sont investis à savoir des milieux naturels gérés et détournés de leurs fonctions premières pour le loisir et des décors jardinés dont la fonction première est le loisir et qui sont réinvestis en milieu naturel. Nous obtenons ainsi une typologie qui permet de replacer deux familles d’activités qui renvoient à deux imaginaires distincts et ainsi à des milieux hétérotopiques (Foucault, 1984) différents.

De l’observation de terrain à la création d’une base de données

Le 19 avril 2015, à Mont Saint Aignan[3] 3 500 participants[4] se sont retrouvés en lisière de forêt pour courir et se faire jeter des pigments de peinture par des bénévoles (Figure 1).

Figure 1 : le Mag de la commune de Mont-Saint-Aignan qui promeut la color me rad, avril 2015, n°64

Pour décrire et analyser ces activités, nous avons entrepris un travail d’inventaire (sites Internet et réseaux sociaux), en nous limitant volontairement et arbitrairement au seul territoire français. Entre le 18 mars 2011 et le 3 juillet 2020, nous avons recensé, localisé et caractérisé 1021 activités. Parmi celles-ci, 175 sont des entraînements gratuits organisés généralement un mois ou deux semaines avant ladite course[5], elles ne seront pas mobilisées. Nous nous focaliserons donc sur 846 courses.

Nom

Date

Lieu

Nb participants

Color me rad

19/04/15

Bois de l’Archevêque

3 500

Extrême day

11 /11/15

Bois du Roule

3 000

Color me rad

17/04/16

Bois de l’Archevêque

6 000

No limit day

16/10/16

Le centre d’entrainement golfique de Bois-Guillaume

800

Holi Run

02/06/17

Les quais de Rouen rive droite

3 500

Tableau 1 : Cinq monographies qui présentent des fun runs qui se sont déroulées sur l’agglomération rouennaise

Cette base de données est complétée par cinq monographies qui couvrent de façon exhaustive des événements qui se sont déroulés sur le territoire de la métropole rouennaise (Tableau 1 et Carte 1).

Carte 1 : L’apparition des fun runs dans la métropole rouennaise

Ces monographies comprennent le suivi des fils d’actualités sur trois réseaux sociaux (Facebook, Tweeter et Instagram) avant et après les événements, des observations sur le terrain pendant leur déroulement, la participation à une activité[6], des revues de presse (n=30 articles), et des entretiens informels avec les participants et des organisateurs.

Deux grandes familles d’activités se dégagent

De l’inventaire des courses et des événements, deux grands types de fun runs se dégagent[7] (Tableau 2) : les « courses festivals » (color me rad, color run, etc.) et les « parcours du combattant » (extreme day, Mud Day, Spartan Race). Cette distinction organise la mobilisation d’univers symboliques « genrés », et signale des stratégies marketing précises, qui s’adressent à des publics ciblés. Certaines courses ajoutent des intentions plus explicites, affichant ouvertement être « réservées aux femmes » (Muddy Angel Run), ou « adaptées aux enfants » (Emeraude Xtrem Kids).

n=826

Courses festivals

16,1% des courses observées

Parcours du combattant

83,9% des courses observées

Niveau d’engagement physique

Accessible à tous (course de 5 kilomètres)

Épreuves « engageantes » : distance et obstacles (de 10 à 42 kilomètres)

Formes d’autodérision

Frivolité surjouée : courir avec un sac à main, des lunettes de soleil, en faisant des selfies

Combativité parfois surjouée : râler ouvertement, en rajouter sur la fatigue

Type de souillure proposé

Artificialité de la peinture (poudre sèche) : souillure propre

Naturalité de la boue (humidité et collante, voire liquide) : souillure sale

Ambiance proposée

Construite autour d’un speaker et d’un festival électro à l’arrivée

Coach et musique pour l’échauffement

Âge approximatif des participants*

Jeunes (15-25 ans), voire très jeunes (moins de 15 ans) accompagnés de leurs parents.

Entre 18 et 30 ans (autour de 25 ans)

Genre des participants*

Femmes largement majoritaires, présence d’hommes (surtout de jeunes hommes)

Hommes largement majoritaires, présence féminine

Utilisation des NTIC*

Très présents dans l’activité (selfies, perche, Gopro, etc.)

Peu visible durant l’activité. Probablement en lien avec le degré de salissure

Spectateurs

Peu de spectateurs présents

Un nombre important de spectateurs

Tableau 2 : Différenciation des « courses festivals » et des « parcours du combattant » ; *observations non étayées par des données chiffrées et des tests statistiques

Tout d’abord intéressons-nous aux « courses festivals ». L’idée de jeter des pigments de peinture s’inspire d’une fête hindouiste indienne traditionnelle, la Holî (d’où le nom de la course : holi run), dans laquelle chaque couleur a son importance et sa signification. Ici les pigments sont jetés aléatoirement et se mélangent.

En 2012, une publicité de la marque d’appareil photographique Nikon met en scène la fête Holî en inde. Cette fête permet de montrer la qualité d’un appareil photographique. La même année les courses festivals apparaissent aux États-Unis d’Amérique. Ces épreuves sont conçues dès le départ pour que tout passe par la photographie, de la prise, au vécu et à la restitution à travers les réseaux sociaux. Ici nous sommes en présence du stade ultime de contamination de la réalité par sa mise en scène et de la colonisation du monde vécu et de l’imaginaire par la publicité.

Ces épreuves de faible distance consistent à courir 5 kilomètres, parfois 10, et à se faire « arroser », presque à chaque kilomètre, de pigments de peinture par les bénévoles (Figure 1, p.4). À l’arrivée, un festival « électro » accueille les participants, qui dansent et continuent de se faire arroser, toutes les cinq minutes environ, par les organisateurs, qui utilisent une lance.

Ici le niveau d’engagement est comme nous l’avons dit faible : la plupart des individus sont vêtus de manière identique, et seuls quelques-uns se singularisent par leurs déguisements. Le rapport avec la « souillure » est moindre puisque ce sont uniquement les vêtements qui sont couverts de souillure « propre ». L’ambiance proposée est très construite avec des speakers, des spots tous les kilomètres où il faut sourire devant les objectifs des photographes. À l’arrivée une scène avec des DJs et un speaker construisent une ambiance de concert. Lors du parcours, peu de spectateurs sont présents pour supporter les coureurs, mais on peut noter la présence de badauds intrigués par ce « spectacle ».

En ce qui concerne les parcours du combattant, il apparaît que le phénomène n’est pas nouveau et que déjà au XVIIIème siècle, en France les courses où les individus sautent par-dessus des haies ou des fossés sont déjà présentes (Bruant, 1992 : 23). C’est également le cas pour les courses déguisées. Nous prendrons deux exemples : des courses « loufoques » au début du XIXème siècle comme la « course des masques » et plus récemment, en 1985, l’apparition du marathon du Médoc (Bessy, 2000 [2019] ; Lapeyronie, 2009 [1997]).

Dans ce marathon : « la performance est passée à l’arrière-plan et c’est vers la convivialité et la fête que les organisateurs ont orienté leurs efforts » (Segalen, 1994 : 159). L’idée d’organiser cette course atypique (courir parmi les coteaux et les vignobles réputés de la région) vient de coureurs (marathoniens) de la région bordelaise qui déçus par l’ambiance de certaines courses ont décidé, avec l’appui de la population locale et de la commanderie du bontemps[8], de créer une course qui sillonne les coteaux et les vignobles réputés de la région. Cette course mêle trois aspects qui ne vont normalement pas ensemble : l’activité physique, la consommation d’alcool et la découverte d’un territoire. À cela va s’ajouter, sans que ce soit une prérogative à sa création, le déguisement. Le succès de cette course est « foudroyant, immédiat d’un événement qui met en scène des associations iconoclastes : sport et convivialité, sport et autodérision, sport et alcool » (Segalen, 1994 : 159). Finalement cette course est finement analysée par Olivier Bessy (1993) qui y voit : « un espace sacré de transgression, un moment privilégié de désordre et de renversement des interdits et des normes sportives habituelles. Elle favorise ainsi la fusion dans une immense fraternité par opposition à la vie sociale commune et à la compétition athlétique traditionnelle qui classe et sépare ».

Les pratiques de courses d’obstacles que nous nommons « parcours du combattant » sont des épreuves « engageantes », par les distances (10-15 kilomètres, parfois jusqu’à 42 kilomètres) et les obstacles à franchir. Nos observations de terrain montrent que les participants les moins aguerris finissent la course avec une fatigue importante (certains tremblent, d’autres frissonnent). Les individus se déguisent, on est ici dans le simulacre[9]. Dans ces courses, il y a un degré de salissure important. Des promeneurs viennent profiter du spectacle en observant, par exemple, deux individus qui se « battent » dans la boue. Les spectateurs, amusés, immortalisent le moment sur leurs smartphones.

Ici les individus jouent au « militaire », mais en le tournant en dérision. En effet, ceux qui y participent n’ont pas connu la « guerre », ni le service militaire. Ici on voit que se joue un service militaire de « pacotille » à l’heure où celui-ci a disparu.

            On peut donc constater que ces courses se distinguent et ne sont pas sans rappeler les années 1970 lorsque s’opposaient la génération hippies (festival de musique, habits colorés, etc.) et ceux qui partaient au Viêtnam pour faire la guerre et dont leur histoire a été magnifiée par des chefs d’œuvres du cinéma (Voyage au bout de l’enfer, Apocalypse now, Full metal jacket, etc.). Dans le cas des courses festivals, le film qui rappelle ces pratiques est celui de Sydney pollack, On achève bien les chevaux, où des individus doivent faire des marathons de danse, devant des spectateurs, jusqu’à l’épuisement.

Types d’activités pratiquées et types de milieux investis

            Après avoir typifié les activités proposées il apparaît que celles-ci sont médiées par les lieux où elles se déroulent et qui forment des hétérotopies (Foucault, 1984).

Figure 2 : Typologie qui croise le type d’activités pratiquées et le type de milieux investis

Une première dialectique est celle de l’imaginaire proposé par ces courses. L’esprit du carnaval (défilé, déguisement et individus qui se jettent de la poudre de peinture) ou dans l’imaginaire du combattant se préparant à affronter les épreuves, mais en faisant preuve d’ironie en se déguisant et en jouant à « faire la guerre ».

Une deuxième dialectique croise les types de milieux investis (Photographie 1, Photographie 2, Photographie 3, Photographie 4).

Photographie 1 : La color me rad, Mont-Saint-Aignan, 19 avril 2015, Pauleen.Esd

Photographie 2 : Holi run, Presqu’île de Waddington Rouen, Crédit photographique : R. Lepillé, 2 juin 2017

Photographie 3 : Des individus déguisés en tortues ninjas courant dans le bois du roule, à Darnétal durant l’extrême day, source : Facebook, page consultée le 8 mai 2016

Photographie 4 : Des pneus qui fume et un water jump. Des obstacles bricolé lors de la course no limit day, Crédit Photographie : R. Lepillé. 16-10-2016.

Tout d’abord un milieu naturel géré et détourné de sa fonction première pour le loisir. C’est le cas des bois et forêts : Bois du Roule (Photographie 3), forêt d’Oderfang, Bois de Boulogne, Bois de Vincennes, bois de l’archevêque (Photographie 1) ou encore l’ile aux moines située dans le Golfe du Morbihan. Ces sites sont des espaces naturels gérés avec des sites classés (natura 2000 par exemple). Dans le cas de l’Ile aux moines[10], qui compte 604 habitants[11], c’est plus de 5 000 personnes qui ont participé à la course Izenah Xtrem le samedi 28 septembre 2019. Ces milieux sont ainsi détournés de leurs fonctions de gestion de la biodiversité et de protection de la faune et de la flore par l’investissement massif de pratiquants qui par l’imaginaire créent un autre lieu symbolique. Il s’agit ici de réaliser un parcours d’obstacle. Les individus jouent au « militaire », mais en le tournant en dérision. En effet, ceux qui y participent n’ont probablement connu ni la « guerre », ni le service militaire.

Deuxièmement on trouve des milieux plus disparates mais dont le point commun est d’être des décors jardinés dont la fonction première est le loisir et qui sont détournés en milieu naturel auquel les individus vont se confronter. Nous avons recensé des golfs (Photographie 4), des stations balnéaires et de montagnes, des bases de plein air et de loisirs, des camps militaires, des hippodromes, des circuits de course, des stades, des quais (Photographie 2) etc. Nous sommes en présence de structures le plus souvent privées, parfois commerciales qui accueillent ces pratiques.

Les quatre activités suivies se placent donc dans cette typologie qui, quel que soit le motif de pratique (la fête ou le défi physique avant tout), investissent des espaces forestiers détournés de leurs fonctions et des décors jardinés mises en scène.

Les individus qui participent aux « courses festivals », veulent « s’éclater, oublier le chronomètre et ne pas être dans la performance »[12]. Cette réponse, émise immédiatement après leur avoir proposé de répondre à cette interrogation : « courir une fun run c’est pour vous ? », nous a surpris. Ce discours venant de lycéens qui ne sont pas encore sur le marché du travail nous interroge puisqu’à les entendre ils sont déjà et ont déjà conscience d’être dans un système qui les place dans des objectifs de réussite, de performance. Ces épreuves sont peut-être pour eux un moyen de sortir pour un temps de la « gare de triage » (Boudon, 1973) dans laquelle ils sont placés. Le milieu investi pour eux ne semble pas avoir d’importance il pourrait également « courir ailleurs »[13]. Ici le but n’est vraiment pas la performance. En effet, par exemple lors de la holi run, sur 3 500 participants[14], nous avons vu uniquement deux participants (au physique de marathonien), habillés comme pour une épreuve de course hors stade (bidons d’eau, montre GPS, etc.), courir en moins de 40 minutes.

Dans le cas des épreuves du type parcours du combattant la majorité participent pour « se challenger entre potes, se rouler dans la boue »[15], d’autres, plus nombreux que dans les courses festivals, sont dans la performance, le chronomètre pour obtenir des points et se qualifier pour les championnats de France, d’Europe voire du monde.

Conclusion

Pour conclure, nous pouvons observer que nous sommes en présence de formes inédites d’activités de loisirs sportifs qui ne proviennent ni des éducateurs, ni des pratiquants et encore moins des professionnels du tourisme, mais des communicants. Ces derniers proposent des courses pour des publics segmentés et dans des milieux qui sont propres à chaque pratique.

Dans les deux types de courses observées, la focale est placée sur l’image. Il y a un travail de mise en scène que réalisent les organisateurs, c’est-à-dire de rendre une activité banale, extraordinaire. En effet, finalement ce qui est vendu n’est pas uniquement une course, mais une mise en scène. Tout d’abord en fournissant un déguisement (prêt à porter), un décor (prêt à orner), en créant une ambiance (prêt à vivre), en rassemblant des personnes (prêt à matcher[16]) et en magnifiant tout cela par des photographies (prêtes à être publiées sur facebook, tweeter et instagram).

            Des différences significatives et signifiantes apparaissent lorsque l’on se penche sur ces activités et les espaces utilisés, qui jouent sur les imaginaires des participants.

            Tout d’abord chacune des courses est segmentée pour accueillir un public précis.

Ces courses ont leurs pratiquants et leurs mises en scène. Les courses festivals sont plutôt le fait de jeunes, surtout des filles, qui viennent se tourner en dérision mais pas trop. A l’inverse on observe dans le cadre de course du type parcours du combattant des individus qui se roulent dans la boue.

Les espaces utilisés sont également différents. Alors que certaines « courses festivals » se déroulent sur des quais (Photographie 6), il semble que les courses du type « parcours du combattant » nécessitent uniquement des lieux « naturels » pour se rouler dans la boue, dans la gadoue et être souillé (Photographie 4 et Photographie 10).

            L’imaginaire de la « fête » peut ainsi se dérouler dans différents lieux plus ou moins « naturels » quand l’imaginaire du combattant lui renvoie à un espace de « nature » que le pratiquant affronte. Ces espaces sont ainsi appropriés physiquement par les usages qui en sont fait et détournés (Certeau, 1980) de leur fonction première. C’est le cas d’un golf qui remplace un bunker en un water-jump dans lequel les participants plongent en ayant l’impression de suivre un véritable « parcours du combattant » et non un parcours de golf de 18 trous.

            Ces pratiques évoluent et de nouvelles formes de fun runs apparaissent à l’image des Bulky games, une course d’obstacle (de 5 km) sur de grandes structures gonflables géantes. Qui sont les pratiquants ? Quels imaginaires sont mobilisés ici ? Quels espaces sont investis par les pratiquants ? Autant de questions qui impliquent la poursuite de ces travaux liant loisirs, espaces et imaginaires.

Biliographie

Baudrillard J., 1985, Simulacres et simulation, Paris, Galilee.

Berque A., 1994, « Milieu et logique du lieu chez Watsuji », Revue Philosophique de Louvain, vol. 92, n°4, pp. 495–507. En ligne : https://doi.org/10.2143/RPL.92.4.556273

Bessy O., 1993, « Qu’est-ce qui fait courir le “Médoc” ? », Université de Bordeaux-II, publié dans la brochure du IX ème marathon.

Bessy O., 2019, « Le Marathon du Médoc ou le Carnaval de la course à pied. Du sport apollinien au sport dionysiaque », In Schneider R. (ed)., sport, fête et société, Pessac, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine.

Bessy O., 2000, « Le marathon du Médoc. Un évènement sportif au coeur du développement local », Cahier Espaces, n° 66.

Boudon R., 1973, L’inégalité des chances, Paris, Armand Colin.

Bruant G., 1992, Anthropologie du geste sportif : la construction sociale de la course à pied, Paris, Presses Universitaires de France.

Certeau M. de, 1980, L’Invention du quotidien. vol.1 Arts de faire, Paris, Gallimard.

Debarbieux B., 2014, « Imaginaire spatial. Hypergeo », Hyperge. En ligne : https://www.hypergeo.eu/spip.php?article208. Consulté le 3/12/2020.

Di Méo G., 2001, Géographie sociale et territoires, Paris, Nathan université.

Dumazedier J., 1962, Vers une civilisation du loisir ?, Paris, Seuil.

Dumazedier J., 1988, Révolution culturelle du temps libre : 1968-1988, Méridiens Klincksieck, Paris.

Foucault M., 1984, « Des espaces autres ». Architecture, Mouvement, Continuité, n° 5, pp. 46–49.

Frémont A., 1999, La région : Espace vécu, Paris, Flammarion.

Lapeyronie B., 1997, Le marathon des châteaux du Médoc: analyse sociologique des participants, Mémoire de DEA en Sciences et techniques des activités physiques et sportives.

Lapeyronie B., 2009, « Retombées socio-économiques du tourisme sportif Exemples des marathons en France », Tourisme, Sport et Développement, vol. 28, n° 2, pp. 37-44.

Lazzarotti O., 1995, Les loisirs à la conquête des espaces periurbains, Paris, L’Harmattan.

Lepillé R., 2017, Forêts urbaines de loisirs. Usages récréatifs et manières d’habiter, Thèse de doctorat en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives, non publiée, Université de Rouen Normandie.

Lepillé R., Evrard B., Bussi M., Féménias D., 2016, « La forêt au prisme des médias sociaux. Territoires naturels et mises en scènes de soi sur les réseaux sociaux », communication présentée au VIIème Biennale de l’AFRAPS 2016 : Pratiques Sportives, Éducation Physique et Société Numérique, Bordeaux France. En ligne :  https://player.vimeo.com/video/204018388

Lepillé R., Evrard B., Bussi M., Féménias D., 2017a, « Residing in the city, living on the fringe of the forest : differentiated forest leisure activities, significant urban adjustments », Leisure/Loisir, vol. 41, n°1, pp. 131–164. En ligne : https://doi.org/10.1080/14927713.2017.1339363

Lepillé R., Evrard B., Bussi M., Féménias D., 2017b, « Quand la forêt devient un équipement de la ville : un parc animalier à l’échelle de l’agglomération rouennaise », VertigO, Hors-série n° 28, pp. 0–27. En ligne : https://doi.org/10.4000/vertigo.18312

Mao P., Corneloup J., Bourdeau P., 2013, « L’indoor, l’underdoor et l’aroundoor, les sports de nature envahissent la ville », in Lefebvre S., Roult R., Augustin J.-P. (eds)., Les nouvelles territorialités du sport dans la ville, Quebec, Presses de l’Université du Québec, pp. 81-98.

Segalen M., 1994, Les enfants d’Achille et de Nike. Une ethnologie de la course à pied ordinaire, Paris, Métailié.

Viard J., 2002, « Temps libre, loisirs, vacances et art de vivre : le triangle des Bermudes des sociétés modernes », in Viard J., Potier F., Urbain J.D. (eds)., La France du temps libre et des vacances, Paris, L’aube/datar.

Viard J., Poitier F., Urbain J.D., 2002, La France des temps libres et des vacances, Paris, L’aube/datar.

Watsuji T., 2011, Fûdo: le milieu humain, , traduit par A. Berque, Paris, CNRS éditions.

Notes

[1] Terme généralement employé sur Internet pour définir ce type de courses, par exemple : http://blog.milepakr.com https://www.timeoutdoors.com/events/fun-runs page consultée le 27 mai 2019.

Inconnu, Running. Les Fun Runs, ou quand courir ne suffit plus, Ouest France, 13/05/2015

[2] Thèse disponible à cette adresse  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01701175

[3] Commune limitrophe de la ville de Rouen.

[4] Farcy Matthieu, Rouen: course et fête en couleur, Tendance Ouest, 19 avril 2015

[5] C’est le cas par exemple du « Workout tour Marseille – Officiel » organisé par Spartan race le 7 septembre 2019 qui a pour but de préparer les participants à la Spartan race du 5 octobre 2019. Il s’agit ici un entraînement gratuit d’une durée d’1h30.

[6] La color me rad du Bois de L’archevêque à Mont-Saint-Aignan, le 19 avril 2015

[7] Un troisième type hybride se dégage (n=20) qui mêle « courses festivals » et « parcours du combattant ». C’est le cas de la « color obstacle rush » qui s’est déroulée à Paris, Bordeaux, Lyon et Marseille. Ce type de course n’ayant pas été observé sur le terrain, ne sera pas analysé.

[8] Une commanderie des vignobles du Médoc, des Graves, du Sauternes et du Barsac

[9] Entendons par simulacre la représentation figurée (l’objet, l’image) de la simulation entendue comme l’expérience du réel à travers ce qui nous en est rapporté (Baudrillard, 1985).

[10] Situé dans le golf du Morbihan

[11] Selon les chiffres de l’INSEE en 2016. https://www.insee.fr/fr/statistiques/2011101?geo=COM-56087 page consultée le 18 décembre 2019

[12] Entretien avec un groupe de cinq lycéens (quatre filles et un garçon), lors de la holi run à Rouen, l’entretien se déroule sous le pont Flaubert à Rouen, le 2 juin 2017

[13] Entretien avec un groupe de cinq lycéens (quatre filles et un garçon), lors de la holi run à Rouen, l’entretien se déroule sous le pont Flaubert à Rouen, le 2 juin 2017

[14] Buffet Patricia, A Rouen, la fête pour les 3 500 coureurs de la Holi run, Paris Normandie, 2 juin 2017. http://www.paris-normandie.fr/region/a-rouen-la-fete-pour-les-3-500-coureurs-de-la-holi-run-NH9900681# Page consultée le 8 juin 2017

[15] Entretien avec un homme, 32 ans, lors de l’extrême day, l’entretien se déroule, dans le bois du Roule à Darnétal, le 11 novembre 2015

[16] Anglicisme qui signifier « aller bien ensemble »


Laurent Di Filippo

Docteur en SIC et en études scandinaves. Membre du CREM. http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search