Mundus Fabula

La « fabrique des mondes » est un carnet qui propose d’aborder des problématiques relatives à la notion de construction du monde de manière interdisciplinaire. Dans le monde anglo-saxon, la thématique du “world-building” a connu d’importants développements ces dernières années. Nous proposons d’envisager ces réflexions à travers des problématiques élargies en sciences humaines et sociales. L’idée de monde sert parfois à désigner un ensemble commun, plus ou moins uniforme des êtres et des choses créés (TLF). Cette acception perdure lorsqu’elle désigne aujourd’hui l’ensemble des sociétés humaines, comme lorsqu’il s’agit de désigner un « champion du monde ». Cependant, au cours de l’histoire, plusieurs changements vont questionner cette conception. On peut penser à la découverte de “nouveaux mondes” (Les Amériques, le Sud de l’Afrique, …), à la fin du géocentrisme, ou en philosophie à l’ensemble des « mondes possibles » qui interroge le statut de la réalité. L’observation de la pluralité des mondes trouve ainsi son prolongement logique dans l’interrogation de la consistance de ces mondes, de leurs ingrédients, des modes de leur fabrication, de l’écart entre les modèles qui les décrivent et leur réalité. Cette question sature la question moderne de la pluralité, elle l’excède, d’aucuns la qualifieront de post-moderne, surmoderne ou hypermoderne. Elle est rendue actuelle par la possibilité concrète de ne pas faire que « découvrir » de nouveaux mondes, mais de les créer, c’est-à-dire, stricto sensu, d’inventer des espaces dans lesquels interagissent des êtres et des choses. L’homme prenant la place du démiurge : ambition qui va effectivement au-delà de la modernité.

Différentes manières d’aborder ces questions s’ouvrent alors à la réflexion. Par exemple :

  • En sociologie, la question des mondes se situe à la fois au niveau des représentations et à un niveau plus pragmatique. Au premier niveau, la société n’est pas que l’addition d’individus, elle est une représentation partagée, plus ou moins consensuelle pour tenir les gens ensemble, conflictuelle en certains points où des groupes en disputent leur version à d’autres. Les chances d’un groupe de s’imposer, dans une organisation, une communauté, la société dans son ensemble, résident en partie dans sa capacité à élaborer une vision du monde qui emporte l’assentiment, l’adhésion du plus grand nombre, à la mettre en scène dans des rites, des spectacles, à l’utiliser pour légitimer les règles et normes qu’il impose. On peut, par exemple, se demander si les difficultés, aussi bien de la construction européennes que des formes actuelles de la démocratie, ne sont pas celles d’une conception qui ne suffit plus à emporter l’assentiment des populations. Dans une optique pragmatique, les “mondes sociaux” sont aussi les réseaux de relations qui se forment lorsque les individus interagissent et prennent part ensemble à des activités collectives (comme dans les “mondes de l’art”, le “monde des échecs” ou le “monde du football”). On peut alors s’interroger sur les manières dont les interactions sociales réifient, actualisent et en quelques sorte, fabriquent, ces différents mondes.
  • L’architecture, l’urbanisme, se présentent comme la traduction concrète, dans l’espace physique, de projets qui sont d’abord une vision de la manière dont vivent les gens, et que l’on propose/impose à ceux qui vont l’habiter.
  • L’ethnologie et l’anthropologie étudient des groupes sociaux, leurs modes de fonctionnement et de structuration et aux côtés de disciplines telles que l’histoire des religions, décrivent les récits fondateurs par lesquels ces groupes pensent avoir été engendrés.
  • La littérature, en particulier depuis les premiers romans du genre fantastique, invente des mondes imaginaires richement peuplés en êtres et en paysages : projections futuristes, mondes magiques, univers parallèles, utopies, dystopies, uchronies, planètes éloignées dans l’espace et le temps.
  • L’infographie associée aux technologies de réseau fabrique des illusions consensuelles, espaces de rencontre (Second Life) et surtout jeux en ligne en univers persistants.
  • Le cross-media et le transmedia assurent à ces univers une consistance liée à ce que, se développant sur des supports différents, ils semblent exister indépendamment de ce substrat, dans l’imagination des lecteurs-spectateurs. On s’intéressera en particulier aux « Univers partagés » en littérature, créations d’un auteur (Robert E. Howard, J.R.R. Tolkien, Marion Z. Bradley) dans lesquelles d’autres auteurs placent leurs propres récits. On se penchera aussi sur les formes de narration interactive comme le jeu de rôle d’aventure ou l’hyper-roman, qui créent entre les participants l’expérience d’un monde vécu comme consistant à des degrés variables.
  • Au final, la fabrique des mondes est peut-être ce qu’elle est au départ : une question théologique et cosmogonique. Elle intéresse en tous cas les sciences au-delà des sciences humaines et sociales, et les physiciens, mathématiciens, philosophes et historiens des sciences peuvent contribuer à la thématique, sur les représentations cosmogoniques, mais aussi sur la question de l’essence de la réalité.

Comme ces différents angles d’approche le montrent, cette question est large et ouvrent à des analyses multidimensionnelles auxquelles ce carnet de recherche souhaite contribuer et ainsi offrir un espace d’échange entre spécialistes de différents domaines.


Laurent Di Filippo

Docteur en SIC et en études scandinaves. Membre du CREM.
http://laurent.di-filippo.fr

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *